Remercions Chuck Taylor et Michael Jordan pour leur impact sur l’industrie du sneaker

Sans les Converse All Star et les Air Jordan, il n'y aurait pas eu StockX.

Que ce soit les New Balance de nos pères, les Vans Old Skool portées par la moitié de la planète ou les nouveaux Air Jordan, les sneakers ne laissent plus grand monde indifférent. Il n’est plus juste question de sport ou de confort. On aime nos pieds bien chaussés et l’industrie du sneaker aime nous en vendre à la pelletée. 

En 2015, l’industrie des sneakers atteignait plus de 55 milliards $ US sur le marché mondial avec des prévisions allant jusqu’à 95 milliards $ US d’ici 2025.

Bien que l’industrie ne fait que gagner du terrain depuis les 100 dernières années, les acteurs du marché de la revente qui, lui, frise les 6 milliards $ US par année, profitent aussi de cette ruée vers l’or centenaire.

Voici deux des plus grands piliers de la culture du sneaker qui ont stimulé l’industrie jusqu’aux milliards de dollars.

Une All-Star est née

Cette industrie ne serait pas l’ombre d’elle-même sans l’apparition de certaines paires qui ont marqué l’imaginaire collectif.

En 2003, comme plusieurs emo, je me suis procuré ma première paire de Converse Chuck Taylor All Star à la boutique Rio sur la rue Saint-Denis à Montréal. À l’époque, la marque venait d’être achetée par Nike et commençait à regagner en popularité auprès des fans de Taking Back Sunday.

Tout comme des milliers de jeunes Américains dans les années 30, j’ai succombé au hype de ces reliques en toile étoilées.

Un Converse après une journée au Warped tour? Non, le premier modèle des All Star en 1917. 

Après la Première Guerre mondiale, le sport est devenu une source de patriotisme par excellence, générant un engouement féroce pour les premières chaussures approuvées par un athlète, Chuck Taylor.

Ce joueur semi-pro de basketball, représentant et consultant pour Converse, a réussi à mettre la compagnie sur la map. Avec sa popularité grandissante auprès des joueurs de basket, sa signature a été ajoutée au modèle All Star en 1937.

« À un moment donné, il connaissait tous les entraîneurs de basketball universitaires du pays. »

Joe Dean, cadre et dirigeant de Converse, expliquait bien l’engouement pour ces souliers : « Chuck organisait des démonstrations de basketball à travers les États-Unis, pour aider les enfants à mieux jouer […]. À un moment donné, il connaissait tous les entraîneurs de basketball universitaires du pays. » Les légendaires Converse étaient maintenant LA marque par excellence prônée par les coachs américains pour améliorer la performance sur le court.

Décédé en 1969, Chuck n’a jamais touché de commission sur le pourcentage de ventes, préférant un salaire et un compte de dépenses. Tout le contraire d’un autre pionnier du basket qui changera l’industrie à jamais en 1985…

Tasse-toi Chuck, Mike est là!

Le 15 septembre 1985 restera l’un des plus grands jours de l’industrie des sneakers : la chaussure Air Jordan blanche, rouge et noire de Nike est mise en vente au coût de 64,99 $ US (aujourd’hui, elles valent environ 10 000 $ US).

Comme le dirait si bien Indiana Jones, it belongs in a museum!

Jordan causera aussi tout un scandale dans la NBA en chaussant une version noir et rouge interdite selon la politique d’uniformes de la ligue. Ainsi, pour chaque partie qu’il jouera, il devra s’acquitter d’une amende de 5 000 $ US.

Évidemment, cette attitude rebelle n’a que bénéficié à Nike et à Jordan. Celui-ci fait maintenant environ 100 millions par année en redevances. Pas pire retour sur investissement pour des pénalités à 5000 $…

L’arme du crime, Source : Sole Collector

Depuis 1985, 33 modèles officiels de Jordan sont sortis, soit un par année. Ça, c’est sans compter les différentes variations et rééditions.

En 2019 seulement, une quarantaine de variations sortiront. Même que depuis janvier, la paire la plus populaire sur le marché de la revente toutes marques confondues demeure les Jordan 4 Retro Bred, avec 19 575 paires vendues au coût moyen de 342 $ US (prix original : 200 $ US). Une hausse de valeur de 24% seulement trois semaines après sa sortie.

Le NASDAQ des Hypebeasts

Air Max 1/97 Sean Wotherspoon, Source : StockX

En 2015, StockX, une plateforme en ligne fait son apparition et devient la M.V.P. du terrain de la revente en ligne. En seulement quatre ans, la start-up a su attirer des investisseurs comme Mark Wahlberg et Eminem, et prévoit même faire plus de 200 millions de dollars en ventes cette année.

Tenter de se procurer le nouveau modèle de Yeezy sur le site d’Adidas est aussi difficile que de se procurer des billets de Lady Gaga sur Admission.

Saviez-vous qu’acheter une paire de sneakers rares est souvent plus difficile que de les revendre sur StockX? Tenter de se procurer le nouveau modèle de Yeezy sur le site d’Adidas est aussi difficile que de se procurer des billets de Lady Gaga sur Admission. Vous devez être armé de patience et prier Yeezus d’être capable de vaincre les bots de scalpers. Si vous êtes Canadien, vous avez encore moins de chance, car plusieurs entreprises comme Nike ne se donnent même pas la peine d’offrir leurs créations ici.

Si vous réussissez à vous procurer une paire, vous avez le choix : la porter ou la vendre. Plusieurs choisissent pour la dernière option, car leur nouvelle acquisition devient alors une commodité très convoitée par les sneakerheads. C’est là que StockX entre en scène pour vous faciliter la tâche.

Pour revendre, tout ce que vous avez à faire est d’aller sur le site StockX et de fixer un prix. Vous n’avez pas besoin de prendre de photos, vous n’avez qu’à regarder le prix auquel les chaussures se vendent et vous listez votre paire au montant que vous pensez que quelqu’un va les payer. Vous créez ainsi un portfolio, analysez des données statistiques et voyez vos sneakers devenir un stock d’échange comme à la bourse.

Source : StockX

StockX agit donc en tant qu’intermédiaire, et s’assure de vérifier que les souliers sont authentiques avant de libérer le paiement. C’est ce processus simple qui a permis à l’entreprise de se tailler une place de choix dans l’industrie de la revente.

Ainsi, si vous avez dormi sur la vente des Nike Mag en 2015, elles sont offertes pour seulement 50 000$. Réhypothéquer votre condo ne vous dit rien? J’ai un petit scoop d’insider pour vous : les Jordan illégales rouges et noires pourraient sortir plus tard cette année.

La balle est dans votre camp!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Ce doux confort de rester à la maison le vendredi soir

Parce que de prendre soin de soi, relaxer et surtout DORMIR, ça n’a pas de prix. L’important est de faire ce que vous voulez.