Publicitaires, faites de la porn

Un post à trois boules. Et on ne parle pas de cornet.

La porn (ou le porn, selon vos allégeances), c’est le rêve américain des créatifs au bout du rouleau. LE domaine où on peut faire absolument n’importe quoi, les choses les plus caves, les plus absurdes, les plus ridiculement innovatriço-freaky-laides. Et ça passe. Mieux, ça pogne. Faire de la porn (ou du porn, selon votre sexe), c’est avoir la liberté créative la plus totale. C’est une quasi-promesse d’argent pour toute quasi-idée. Publicitaires, faites donc de la porn au lieu de vous tuer à sortir des idées nouvelles (vous ratez tout le temps anyway). 

Vous savez, la première idée qui sort au brainstorm, qui vous fait vraiment rire, mais que vous ne ferez pas parce «ouais, mais ça passerait jamais»? Faites-la, version porn. Plaisir assuré.

Ce qui m’amène à décerner ma désormais obscure (pour cause de pas assez de posts) médaille de la semaine dans le monde de la pornographie. Cette semaine, elle va à la personne qui a dit, un jour: «Et si on posait une troisième boule à une fille, comme dans Total Recall, et qu’on faisait une scène avec ça?». Et à la personne qui a répondu: «Bonne idée. Allons-y.»

Parce bon, je regarde ça, et je suis incapable de ne pas penser aux fous rires qu’ils ont dû avoir en tournant ça. Et à ceux qu’ils ont dû avoir quand ils ont vu que des gens downloadaient ça.

C’est merveilleux, la porn (ou le porn, selon votre voyelle préférée).

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up