Le premier débat de la présidentielle française expliqué aux Québécois

Parce que vous ne l’avez surement pas regardé.

Je me doute bien qu’à moins que vous soyez Français (et encore), vous n’avez surement pas regardé le premier débat de la présidentielle 2017 d’hier soir. Mais, ça tombe bien parce que je l’ai écouté pour vous pour ne pas que vous ayez à le faire et pour que vous ayez l’air intelligent d’en parler d’en votre prochain souper d’ami(e)s.

En France, les attaques sont cinglantes.

En résumé, ç’a été un long débat de plus de 3h30 où chacun des candidats a répété ce à quoi on s’attendait déjà. Par contre, si vous voulez réécouter, il faut passer la première heure pour entendre les premières attaques.

En France, ce n’est pas comme au Québec, les réponses et les attaques sont cinglantes. Ça vaut le coup! Chapeau à Jean-Luc Mélenchon qui en était le Roi hier d’ailleurs.

Mais comme vous ne connaissez pas vraiment les politiques en détail, je préfère vous présenter les pendants nord-américains de chacun des candidats. Comme ça, vous aurez une meilleure idée du type de personne.

Jean-Luc Mélenchon = Gabriel Nadeau-Dubois

À 65 ans, Mélenchon est le plus vieux candidat et est en politique depuis longtemps. Le problème, c’est qu’il est présent depuis trop longtemps et que personne ne semble vouloir vraiment l’écouter. C’est un peu comme si le tout nouveau candidat dans Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, était encore présent dans 40 ans sans jamais avoir vraiment réussi à sortir de ses rencontres de cuisine. Ce n’est pas une question de pertinence de ces gars-là, au contraire. C’est simplement que la fougue de Mélenchon ne l’a pas encore servi. Pour GND, on verra bien si cela pourra plaire à tous ou s’il vieillira mal et deviendra notre futur Mélenchon.

Emmanuel Macron = Alexandre Cloutier

Le petit nouveau du groupe essaie vraiment de mettre «En Marche!» en route. Il est jeune, il a un peu d’expérience politique et il semble bien aimé des jeunes. En fait, c’est tout comme Alexandre Cloutier, mais indépendant. C’est peut-être ça le problème dans le fond. Pour qu’il soit pareil, il aurait fallu que Cloutier fasse cavalier seul et oublie le PQ duquel il n’aurait pas eu à défendre le passé. Il aurait alors peut-être profité de la même vague de sympathie que semble avoir Macron.

Benoît Hamon = Andrés Fontecilla

Pour M. Hamon, c’est un peu plus compliqué. On n’a pas exactement de politiciens comme lui, c’est-à-dire, un homme avec de l’expérience politique, peu connu du grand public et mal aimé par son parti… tout en étant son représentant depuis la primaire de gauche. Pour donner une idée, il faut donc s’imaginer qu’Andrés Fontecilla (l’autre gars qui était porte-parole avec Françoise David de Québec solidaire…ça ne vous dit rien?! Bah, c’est ça…) soit devenu chef du PQ après une entente entre les partis pour former une alliance en vue des élections en espérant ne pas diviser le vote. Pas certain que le PQ l’aurait suivi tout de même. Et bien, Hamon c’est pareil. C’est le vilain petit canard qui cherche encore son camp.

François Fillon = Sam Hamad

C’est le candidat le plus évident pour nous. François Fillon, c’est notre bon vieux Sam Hamad. Il est en politique depuis longtemps, il a eu des rôles importants au gouvernement et, malgré des mises en examen et des controverses, IL EST TOUJOURS LÀ! Si vous voulez comprendre qui est François Fillon, et bien, imaginez-vous que Sam Hamad se présenterait comme futur premier ministre du Québec…ben oui, ce n’est pas évident à imaginer hen?! Mais en France ça passe semble-t-il…

Marine Le Pen = Donald Trump

La dernière et non la moindre, c’est Marine Le Pen qu’on connait bien ici. C’est la Donald Trump, mais avec un peu plus de vocabulaire. Ils jouent dans la même conception de la peur de l’autre et d’un protectionnisme étatique. Pour elle, c’est la France et les Français avant tout. Par contre, elle est bien meilleure oratrice que Trump. Si ce n’était pas de ses idées «trumpesques», on aurait pratiquement pu la comparer à Jean Charest en raison de son éloquence. Mais bien que certains n’aimaient pas ses politiques, Charest est bien loin de Trump.

Alors, d’ici au prochain débat du 4 avril où l’ensemble des candidats seront présents (il y en a 11 en fait!), restez à l’affût des médias sociaux parce que les candidats ont plutôt tendance à les utiliser au lieu de passer du temps avec les médias.

Prendre le Détour pour la présidentielle 2017

Pour les prochaines semaines, je me déplace en France à la rencontre des gens avec un projet appelé Le Détour. Mon objectif est simple, c’est de proposer un angle différent sur cette présidentielle en me promenant sur les routes de France sur la pouce, en covoiturage et en dormant chez des Français question de découvrir la vision de chacun.

Pour continuer les présentations avec les candidats français: «Présidentielle française : les partis et les gaffes des candidats».

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Yorick et Pierrick, les plus grands ménestrels du Moyen Âge

(ou comment j’ai percé à une autre époque).

Dans le même esprit