Pourquoi la France continue-t-elle à parler des «  droits de l’Homme  »  ?

Pourquoi les Français ont-ils délibérément masculinisé un terme neutre dans sa langue d’origine ?

Au Québec, pour parler des droits fondamentaux, les institutions ont tendance à utiliser l’expression « droits de la personne humaine ». De leur côté, la Suisse et la Belgique évoquent plutôt les « droits humains ». Mais la France ne lâche pas le morceau : les droits en question, ce sont les « droits de l’Homme ». À l’heure où l’écriture inclusive n’en finit plus de faire parler d’elle dans les médias français, je m’interroge : le français de France est-il fondamentalement sexiste?

À l’école française, pour faire passer la pilule, on explique aux élèves que l’homme et l’Homme n’ont rien à voir. Si l’homme est un garçon, L’Homme avec un grand H, c’est l’humain universel dans toute sa complexité, dans toute sa grandeur, sans distinction de classe, de genre ou de couleur.

J’avais 9 ou 10 ans quand j’ai entendu cette explication pour la première fois. En classe, l’un de mes camarades avait levé la main pour demander pourquoi on avait choisi le mot Homme et pas Femme. La question était logique, limpide même. Pourtant, l’institutrice l’avait perçue comme une provocation. Je n’oublierai jamais son regard excédé, et son « parce que c’est comme ça », qui avait clôt le débat. 20 ans plus tard, je repense régulièrement à cette réponse. Cette dame n’avait donc jamais eu l’idée de remettre en question l’utilisation d’un mot qui, dans le langage courant, fait référence au sexe masculin? Ou, pire, avait-elle considéré que la question ne méritait pas d’être abordée avec ses élèves?

Merci Eleanor Roosevelt

Pourtant, employer l’expression « droits de l’Homme » n’était pas une fatalité. En 1948, les Nations Unies se réunissent pour discuter des valeurs communes qu’elles veulent adopter. Le 10 décembre, elles leur donnent un titre en anglais. Eleanor Roosevelt, seule femme présente dans la salle, fait pression : hors de question de parler de « Man Rights ». À la place, on choisit the Universal Declaration of Human Rights. Traduite en 500 langues – ce qui en fait le document le plus traduit du monde – la déclaration devient celle des « droits de l’Homme », en français.

Alors, pourquoi les Français ont-ils délibérément masculinisé un terme neutre dans sa langue d’origine? Un parti pris d’autant plus curieux que la plupart des autres langues s’en sont tenues au mot « humain ». En espagnol, on a préféré « derechos humanos » à « derechos del hombre ». De même, l’italien a choisi « diritti umani » et non « diritti dell’uomo ».

Je me souviens avoir posé la question à un professeur d’histoire, des années après le « parce que c’est comme ça » de l’enseignante excédée. Sûr de lui, il avait répondu : « en France, nous avions déjà la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : les Français étaient habitués à l’expression ». Une réponse discutable quand on sait que le texte en question garantissait surtout les droits des hommes, et pas franchement ceux des femmes (après tout, elles n’avaient pas le droit de vote ni celui d’être élues). Une inégalité si flagrante qu’une certaine Olympe de Gouges la dénonce deux ans plus tard en publiant sa Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne.

Quand je serai grande, je serai peintresse

Plus récemment, en France, on m’a rappelé la fameuse règle du masculin qui l’emporte sur le féminin. Il faudrait parler des « droits de l’Homme » pour la même raison qu’une femme médecin est un docteur, ou qu’une femme qui écrit est un auteur. Le problème : cette règle n’existait pas avant le 17è siècle. Jusqu’à ce que l’Académie française ne s’en mêle, une femme pouvait être autrice, professeuse, poétesse, peintresse ou médecine.

Ces noms de profession féminisés ont-ils disparu pour des raisons politiques? Sans doute. Dans un système profondément sexiste, les réformateurs de l’Académie française – qui sont restés « entre hommes » jusqu’en 1980 et qui ne comptent encore que 4 femmes sur 40 « Immortels » – auraient considéré qu’il était assez logique de masculiniser les noms des professions considérées comme prestigieuses. Pas de problème pour celles qui l’étaient moins, elles ont pu garder leur caractère féminin. Ainsi, une boulangère a pu rester boulangère. [Notons que chez URBANIA, on adore le pain. On considère que la boulangerie est l’un des domaines les plus nobles qui soient.]

Mais dans le fond, est-ce un problème de parler des droits de l’Homme si les droits de tous sont garantis pareil? Oui, répondent les intellectuels qui militent pour éradiquer le terme « Homme » de la déclaration de 1948. De fait, un tel terme véhicule des clichés, donne priorité à l’homme sur la femme, et invisibilise cette dernière. Un sondage réalisé en France en 1998 montre que dans l’imaginaire collectif, l’expression « Les droits de l’Homme » renvoit d’abord aux droits des hommes, et pas des femmes, donc. Un argument suffisant pour rappeler à la France qu’une langue n’est pas seulement un outil de communication, mais peut aussi, à l’occasion, être un outil d’inclusion… ou d’exclusion.

Les cousins français ont leur page Facebook. Du coup, tu peux liker : URBANIA France.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

La peur de « l’autre »

Plaidoyer pour la nuance et la diversité culturelle.

Dans le même esprit