Pour que tu m’aimes encore

Je déteste le jugement. Je n’aime pas juger, tout comme je n’aime pas me faire juger. Pourtant, je suis humoriste. Je me fais juger toutes les 10 secondes. Déjà là, tu es probablement en train de me juger : “Oh, surprise ! Un autre humoriste qu’on ne connaît pas qui écrit pour Urbania ! Il doit être unique, lui.”

Je m’appelle Jérémy. On me surnomme Jay. Certains ont tenté “Jim-bo” et “Jerry”, mais ça n’a pas duré puisque je ne suis pas un clown pour enfant ni un retraité qui remonte des chars.

Mon nom de famille, c’est Du Temple-Quirion. Je sais. J’ai un nom de roi mage. Mes parents sont ensemble depuis qu’ils ont 15 ans, ils en ont 52 maintenant et ils s’aiment encore. “Ark ! Un gars qui a grandi dans le bonheur.”

Je suis né à St-Constant. Dans les “V” plus précisément. “Pourquoi il m’en dit autant ?” C’est mon texte, je fais ce que je veux. La rue Veillette pour tout te dire.

Je suis l’enfant du milieu. J’ai deux sœurs. La grande est mariée, a deux enfants, une maison, un triplex et deux compagnies et demie (la demie, c’est qu’elle est ma gérante). Ma petite sœur est à l’université et fait du crossfit de compétition. “Une fille qui lève des poids ? Pff.” Non seulement elle est plus forte que moi, mais en plus, elle est magnifique.

J’ai 25 ans. Je suis vierge. “Hahaha ! Un vierge !” Je suis né en septembre. “Hahaha ! Il connaît son signe astrologique.” Je suis hétérosexuel. Mon meilleur ami est canadien d’origine syrienne et avocat. On s’est connu parce qu’on s’est fait laisser en même temps et depuis 2012, on fête la St-Valentin ensemble. “Il doit être gai, mais ne le sait pas encore.” #lovewins

J’ai fait mon secondaire dans un collège privé. “Un frais chié, enfant d’riche.” Vive les uniformes Piacente. J’ai mes 436 et mes 536 et j’ai aimé ça. J’ai fait trois ans de cégep, la première en sciences de la santé, les deux autres, en arts et lettres. Je suis allé à l’École nationale de l’humour. Je n’ai jamais mis pied dans un cours universitaire.

J’ai gagné la médaille du Lieutenant-Gouverneur pour mon implication sociale au secondaire. “Bon, il se vante.” J’ai aussi perdu mon permis de conduire trois mois parce que je n’avais plus de points. “Sûrement parce que tu chauffais le char de ta mère riche.” J’avais une Mazda 3 usagée. “Ark ! T’avais un char usagé.”

J’aime Céline Dion, Taylor Swift, Katy Perry et Miley Cyrus. J’ai écouté “The Notebook” quatre fois dans la même fin de semaine sur Super Écran en 2007. J’ai pleuré les quatre fois. “HA ! GAYYYYYY !” J’aime aussi Dead Obies, Malajube, Karkwa, et Patrick Watson. “C’est qui eux ?”

Je suis dans Gryffondor, ma meilleure amie dans Serpentard. On salue les moldus. “De quoi il parle ?” Lis Harry Potter.

Je porte des chandails longs, des vestes fleuries et des bas farfelus. J’ai quelques tatouages. J’appelle mes amis “chère”, “coco”, “dear” et “fille”. Je fais de l’eczéma depuis toujours. “T’es dégueulasse.”

Je déteste peu de choses dans la vie. J’aime profondément les choux de Bruxelles, ça te donne une idée de mon taux de gaieté, mais le jugement me répugne sincèrement.

Ce n’est pas parce que j’ai été voir Taylor Swift au Centre Bell que quelqu’un peut nécessairement décider mon orientation sexuelle. J’ai juste vécu ma vie sans me soucier du regard des autres. J’ai même acheté un t-shirt. Et je le porte. Souvent.

Trop souvent je vis dans le regard des autres, mais comme disait Ghandi : “Fuck tout le monde.” C’était Ghandi ou Eminem ? Anyways.

Je suis loin d’être parfait. Je juge aussi. On a tous cette voix dans notre tête qui juge constamment. Seulement, certains décident de l’écouter. D’autres de la confronter.

Et rendu là, si tu as encore envie de me juger, je ne te juge pas. J’irai chercher ton âme dans les froids, dans les flammes. Je te jetterai des sorts pour que tu m’aimes encore. Expecto patronum.

Pour lire un autre article sur le jugement : “Le bonheur est dans le doigt pointé” de Brigitte des Rosemomz.

_________________

Fils de Nicole et Yvan, humoriste barbu et toqué. Je suis intolérant au homard, je fais de l'eczéma et je ne sais jamais quoi écrire dans mes bios.

Du même auteur