Peut-on désigner un animal de compagnie comme héritier ?

La chatte Choupette de Karl Lagerfeld a un brillant avenir devant elle…

Karl Lagerfeld, le directeur artistique de Chanel est décédé ce matin à Paris laissant comme héritière officielle sa chatte «sacrée de Birmanie», Choupette.

Or, vous pouvez imaginer que la fortune du défunt Karl ne se résume pas qu’à une petite poignée de change. Il semblerait que l’héritière vient de s’enrichir de plusieurs millions de dollars.

Petit bémol, la loi française (tout comme la loi québécoise) interdit qu’une fortune soit léguée à un animal puisque l’héritier «doit exister en tant que personne physique et juridique», comme le rapporte le média 20 minutes.

Petit bémol, la loi française (tout comme la loi québécoise) interdit qu’une fortune soit léguée à un animal puisque l’héritier «doit exister en tant que personne physique et juridique», comme le rapporte le média 20 minutes. Par contre, l’homme derrière Chanel a pu écrire dans son testament que cet argent ira à la personne qui s’occupera de Choupette. Pour l’instant, on ne sait pas de qui il s’agit puisque Karl n’a pas de famille.

Si le directeur artistique était mort en Allemagne, son pays de naissance, il n’aurait pas eu à trouver un mandataire pour sa chatte, dont il parlait comme étant «le centre de son monde». En 1992, la comtesse Karlotta Liebenstein avait d’ailleurs légué 328 millions à son berger allemand Gunther IV.

Et ici?

Il est toujours impossible de faire bénéficier votre fortune à votre tant aimé animal. Comme l’explique la Financière Manuvie, «au Canada, on ne peut pas créer de fiducie au profit des animaux de compagnie puisqu’ils sont considérés comme des biens .» Même si depuis 2015, les animaux de compagnie sont considérés comme des « êtres doués de sensibilité », ils ne peuvent pas encore hériter. Vous pouvez toutefois nommer une personne pour s’occuper de votre chien, et lui léguer votre magot pour qu’il en prenne soin. Reste à savoir où l’argent ira vraiment… Si vous voulez prendre TOUTES les précautions, vous pouvez allouer un certain montant qui sera versé aux moments opportuns au nouveau propriétaire de votre animal. Lorsque pitou ou minou sera mort, le reste de l’argent ira à la personne ou à l’organisme désigné.

C’est ainsi que l’agente d’immeuble Leona Helmsley a laissé 12 millions à son chien Trouble, et 0$ à ses deux petits-enfants.

Aux États-Unis, c’est une autre histoire. Aucune loi n’empêche qui que ce soit de léguer des sommes faramineuses à leur bien-aimé animal de compagnie. C’est ainsi que l’agente d’immeuble Leona Helmsley a laissé 12 millions à son chien Trouble, et 0$ à ses deux petits-enfants. Des menaces de mort envers le chien et une poursuite plus tard, Trouble a finalement hérité de «seulement» 2 millions de dollars.

Une poule de Grande-Bretagne nommée Gigoo a même reçu 15 millions lorsque ses maîtres sont morts à deux semaines d’intervalle. N’ayant pas d’enfants, ils ont laissé une partie de leur héritage à leur poulet et le reste (42,5 millions) à des œuvres de charité.

Bref, si jamais vous planifiez tout léguer à votre animal de compagnie, planifiez changer de pays et vous informer sur les normes testamentaires en vigueur.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up