Pas de Bye Bye 2009, ça me donne le goût de pleurer

Je n’écoute jamais le Bye Bye en direct. Soit parce que je suis trop occupée à boire du semblant de champagne ou manger de la mousse aux crevettes semie-bonne avec mes amis. Soit parce que je suis incapable de rester assise devant la télé, trop occupée à embrasser le bol de toilette. À cause de la semi-bonne mousse aux crevettes. La plupart du temps, j’enregistre le Bye Bye sur une cassette VHS et je l’écoute le lendemain matin, une fois bien dégrisée, en mangeant des morceaux de Minces aux Légumes cassés, dans ma grosse couverte. Chaque fois, avant d’appuyer sur «Play», c’est inévitable, j’ai les mains moites, le cœur qui palpite. Je suis aussi énervée qu’une adolescente la journée de son bal des finissants. Même si je ne ris plus comme avant, en l’écoutant. Même si, la plupart du temps, je sais que je vais être choquée après l’avoir écouté. *** Bien que je ne trouve plus que le Bye Bye est aussi bon qu’avant, je dois avouer que j’ai quand même un petit pincement au cœur, à l’idée qu’il n’y aura pas de version 2009 du show de fin d’année. Le Bye Bye, c’est beaucoup de souvenirs, tsé. Beaucoup de bons moments passés en famille, beaucoup de fous rires en regardant Dominique Michel, Patrice L’Écuyer ou les gars RBO entre deux bouchées de saucisses trempées dans la sauce VH. Le Bye Bye, c’est aussi beaucoup de débats animés au retour des vacances de Noël avec les filles du bureau. L’occasion de tester nos limites, de connaître celles des autres. De faire le point sur ce qu’on a accompli (ou non) et sur ce qu’on a vécu en tant que nation au cours de l’année. Il fait partie de notre imaginaire collectif et de nos traditions télévisuelles québécoises, au même titre que la Soirée du Hockey, les Beaux Dimanches ou les reprises de La Petite Vie. *** Cette année, au jour de l’An, je vais devoir me faire à l’idée. Enroulée dans ma grosse couverte, en mangeant des restants de Minces aux Légumes, je devrai écouter un autre épisode de Lucky Luke et les Daltons à Ciné-Cadeau.

Du même auteur