Elie Chap

Papa, pourquoi les gens sont méchants ?

Un des drames de ma vie, ma fille, c’est que je ne peux pas t’envelopper d’une énorme couche de papier bulle qui te protégerait de la méchanceté des gens.

Je dois me contenter de t’offrir mes bras où tu pourras te ressourcer, te retrouver et te sentir aimé. Pour le reste, je dois te laisser affronter le monde avec les risques qu’il comporte. Ce qui inclut pas mal trop souvent, la méchanceté des gens.

« Oui, mais papa, pourquoi les gens sont méchants? »

Parce que c’est facile d’être méchant, c’est souvent la réaction la plus spontanée, la plus instinctive.

Je vais te donner un exemple.

Quand on écoute les sœurs Boulay dans l’auto, tu te trouves très drôle quand tu réponds « ark dégueux » dès qu’elles parlent d’embrasser sur la bouche. À ton âge, tu ne comprends pas encore la beauté et le plaisir derrière un baiser sur la bouche souhaité, partagé et savouré. C’est normal, ce n’est pas une expérience de vie qui t’est familière. C’est l’inconnu pour toi, l’expression de ton incompréhension.

Ton « ark dégueux », c’est un peu la genèse de la méchanceté, la manifestation concrète qu’au fond de nous sommeille un monstre terriblement méchant. Et pourtant, toi ça te fait rire et c’est pas mal anodin.

Ne pas triper sur les frenchs à six ans, nous sommes tous passés par là, ne t’inquiète pas. À ton âge, papa faisait tomber des chenilles dans les cheveux des filles à l’école et il se trouvait, aussi, très drôle.

Ce qui est plus inquiétant, par contre, c’est quand le « ark dégueux » s’applique aux autres et à répétition.

Toi, c’est une chanson sur l’amour qui provoque ça. Pour d’autres, c’est la différence – la couleur de la peau, la langue, la religion, la taille, le poids, la richesse, etc.

Et c’est là que ça dérape, malheureusement.

Parce que la ligne est mince entre prendre le temps de penser à l’autre et tout simplement laisser libre cours à notre monstre « ark, dégueux » qui sommeille en nous. C’est pour ça que les gens sont méchants, parce qu’ils ne prennent malheureusement pas toujours le temps de s’ouvrir à l’autre avant d’agir et de s’exprimer.

« Mais papa, pourquoi ce n’est pas drôle d’être méchant? »

Parce que ça ne fait rire que la personne qui est méchante et ceux qui l’encouragent. Quand il y a une victime, ou un négligé, ou un laissé pour compte, ça ne peut pas être la chute d’une blague, même si Peter MacLeod te criera le contraire entre deux rires forcés.

Vois-tu, ce n’est pas drôle d’être méchant parce que de nos jours, on s’efforce au quotidien de ne plus se contenter du strict minimum, des bas instincts, d’alimenter des clichés vieux comme le monde qui régissent encore, malheureusement, le monde sous la gouverne des vieux qui engraissent les clichés.

Pourquoi les gens sont méchants? Parce que parfois, souvent, ça demande un effort d’être gentil ou tout simplement de s’abstenir.

Quand quelqu’un a une tribune, ou un Facebook, ou un petit groupe de personnes qui l’écoute comme une classe, par exemple, c’est tentant de vouloir faire plus de bruit pour attirer l’attention, se faire remarquer, se valoriser via l’approbation des autres. Être méchant, malheureusement, c’est encore un raccourci très utilisé pour se sentir important. Pointer quelqu’un du doigt, c’est détourner l’attention de nos travers pour souligner ceux des autres.

Les gens sont méchants parce que d’autres gens les encouragent à l’être. C’est une roue qui tourne et j’aimerais ça te montrer qu’on peut briser la roue en montrant l’exemple avec des sourires et une oreille attentive – mais tu ne pourras pas le faire seule.

En fait, faut faire encore plus de bruit que les idiots de ce monde qui dialoguent encore en criant dans un micro. C’est tout un mandat, je m’en excuse, mais il faut le partager.

« Pourquoi les gens sont quand même méchants malgré tout? »

Parce que les vieilles habitudes sont longues à changer. Fouille-moi pourquoi, mais le gros bon sens et le respect d’autrui fait peur à certaines personnes. Parce que c’est différent, incompris ou inconnu.

Le « ark dégueux », pour eux, c’est d’arrêter d’être méchant. Arrêter de dire à quelqu’un qu’il est gros, ou laid, ou étrange. Juste arrêter et prendre le temps de peser l’impact des mots et des intentions sur le quotidien des autres.

Tu sais ma fille, c’est important de fournir un effort. Un petit plus au quotidien pour ne pas s’imaginer qu’on existe dans une bulle imperméable à l’autre.

Si toi tu es sensible à la méchanceté des autres, si ça te fait de la peine quand quelqu’un te traite de quelque chose, n’oublie pas qu’eux aussi ressentent les mêmes sentiments que toi. Ne pas répondre à la méchanceté par une surenchère mesquine, c’est le premier pas vers la fin de la méchanceté des autres.

C’est juste triste que le premier pas doive souvent être fait plus d’une fois avant que l’impact soit perceptible.

Mais ne baisse pas les bras. Les gens sont méchants, mais toi tu ne le seras pas parce que tu as mes bras à la maison pour te rappeler que l’amour, la gentillesse, c’est pas mal plus logique que l’intolérance criée très fort dans un micro.

Aime silencieusement ma fille, éventuellement la méchante bêtise se fatiguera.

Pour lire un autre texte de Stéphane Morneau: « Papa, pourquoi tu n’as plus d’amoureuse? ».

————

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up