Paillettes et belles valeurs – on potine avec Anne-Marie Withenshaw

Quand j’étais jeune, il n’y a rien que je trouvais plus beau et plus chic que l’émission Garden Party de Michèle Richard. Les robes longues, les boas en plumes, le glitz and glam. J’avais beau avoir 5 ans, les kits bouffants, les chansons mielleuses, les entrevues funnées me faisaient rêver.

Quand j’ai commencé à travailler avec Anne-Marie Withenshaw à C’est juste de la TV, j’ai vite réalisé que cette passion nous unissait. Pour nous deux, toutes les occasions sont bonnes pour porter des paillettes. Et tout comme elle, je ne rate pas une occasion de regarder (en cachette) les émissions des Kardashian. Et promis promis, on n’est pas fake pour autant!

Anne-Marie a débuté sa carrière comme VJ à MusiquePlus en 1998. Elle y a interviewé Ozzy, Britney Spears, Stevie Wonder, U2, David Bowie… Puis elle est allée travailler à Flash, émission pour laquelle elle a parcouru les tapis rouges du monde en entier. Je pourrais être un peu jalouse, mais non, je trouve ça juste vraiment cool d’avoir une amie qui peut me raconter des potins sur les Backstreet Boys.

Je l’ai rencontrée pour lui poser quelques questions sur l’intrigant monde du jet-set international et pour savoir à quel point tout cela a eu de l’influence sur qui elle est.

Bon là, on niaisera pas… Qui est gentil et qui ne l’est pas?
L’affaire c’est que ça dépend vraiment des intervieweurs, ça dépend des journées, ça dépend de l’état d’esprit de l’artiste. Par exemple, pour plusieurs journalistes, Sting c’était le pire des pires! Il n’a été vraiment pas cool avec Sonia Benezra. Mais pour moi… ça a été un des plus fins à vie! On buvait des cafés et j’étais pratiquement assise sur ses genoux. Et j’avoue que j’avais le goût de le frencher!

Moi j’ai un règlement pour les entrevues parce que je me dis que tout le monde peut avoir une mauvaise journée dans la vie. Donc si t’es pas fin une fois, aucun problème. Si t’es pas fin deux fois, je me dis que c’est de ma faute et que c’est moi qui sais pas comment te prendre. Et si t’es pas fin trois fois, c’est fini, je t’interviewe plus jamais. Mais c’est jamais arrivé, je pense. Par exemple, un des plus méchants avec moi ça a été Damon Albarn de Blur. Mais la fois d’après, il s’en souvenait et il s’est excusé en me disant qu’il était tellement gelé à la première entrevue, qu’il n’était plus lui-même.

Je pense qu’on peut dire qu’en général les acteurs américains ne sont pas très gentils en entrevue parce que tu as quatre minutes pour leur parler du film et que des dizaines de journalistes attendent. Mais c’est juste parce que c’est pas très l’fun pour eux. Alors que les musiciens, tu as 25 minutes. Tu peux aller plus en profondeur.

Qui est fin alors?
Céline est vraiment smatte! Elle est vraiment, vraiment fine. Elle a maîtrisé l’art de te parler comme si t’étais sa meilleure amie. Même chose pour Taylor Swift qui, elle, a maîtrisé l’art de parler en citations. Mais elle le tourne dans sa bouche comme si c’était la première fois qu’elle le disait. Gwen Stefani, je voulais être sa best à toutes les fois. Beyoncé était vraiment fine aussi! J’ai fait plusieurs entrevues avec elle avant qu’elle soit la big star qu’elle est aujourd’hui. C’était plus dans le temps de Destiny’s Child et du début de sa carrière solo. Dans le temps que sa mère leur faisait des kits pareils. Elle était habillée en Père Noël sexy et elle était super normale! Je pense que c’est parce qu’elle était entourée de sa famille.

Les trouvais-tu superficiels ou si au contraire tu enviais leur mode de vie?
Ni l’un ni l’autre. Je pense que c’est un mode de vie qui va avec leur métier. Ils ont des bonnes années et d’autres où c’est pas facile du tout. Comme j’ai été intervieweyse pendant 15 ans de ma vie, j’en ai vu des artistes avec des hauts et des bas. Je les ai vus faire le Centre Bell et après faire le Corona en février. C’est la preuve que tout est éphémère et ça, je n’envie pas ça. Mais d’un autre côté, si tu trouves ça superficiel… c’est toi qui es superficiel parce que tu ne vois pas plus loin que l’apparence et le mode de vie.

Mais quand t’entends des histoires comme Leonardo DiCaprio qui a nolisé un avion pour se rendre à Cannes au printemps dernier pour faire des conférences sur les changements climatiques… ben là tu peux rire et trouver ça vraiment épais. 

Tu as fréquenté le jet-set pendant de nombreuses années. Penses-tu y avoir perdu une partie de ton âme?
Ben non! Haha calmons-nous! J’habitais chez mes parents!

Sais-tu quoi? Moi je perds une partie de mon âme quand j’entends l’expression jet-set. C’est vraiment laid. C’est juste au Québec qu’on utilise encore cette vieille expression-là. Ça me fait penser au temps de Michel Girouard.

Des fois, les affaires qui ont l’air les plus jet-set sont celles qui le sont moins. J’avais été invitée dans un jet pendant sept jours avec Rihanna. Sept villes, sept jours avec elle dans un jet! Ça a l’air fou! Mais finalement, en une semaine je lui ai parlé 15 minutes. J’ai à peine dormi, je pouvais pas prendre ma douche et j’ai mangé de la bouffe d’avion à chaque repas. Ses spectacles étaient l’fun, mais c’est là que tu comprends que les grosses vedettes sont souvent dans leur propre fuseau horaire parce qu’elles ont des vies de fou et un gros manque de sommeil.

Est-ce que ça te manque d’interviewer les personnes les plus connues au monde?
Ben oui, j’aime vraiment ça faire ça! J’ai animé The Beat pendant cinq ans et ils m’envoyaient couvrir les affaires les plus big! Mais ça intéresse moins le monde, je pense… Il n’y a plus tant de médias au Québec qui le font à part Accès illimité.

Maintenant, ma vie a juste changé. Maintenant, je vis des choses pas tant VIP et je suis un peu triste. (NDLR My God que j’aime cette fille et son honnêteté!) Je regarde les galas américains et je me demande pourquoi je ne suis pas là! J’évite la couverture de Cannes parce que ça me fait presque mal! J’aimerais ça, moi, y aller encore! Mais j’achète encore beaucoup de billets pour des spectacles! C’est juste que tsé… j’aimerais moins aller à Osheaga en touriste que pour mon travail. Ça se dit-tu ça?

Qui est LA personne qu’il te reste à rencontrer avec un micro et une belle robe?
On dirait que je les ai tous rencontrés! Les seuls que je n’ai pas interviewés, ce sont les nouveaux : Justin Bieber, Selena Gomez… J’aurais aimé avec plus de temps avec Rihanna. J’aimerais reparler à Beyonce maintenant qu’elle est une grande icône. Mes fantasmes sont plutôt de faire de longues entrevues.

Sinon, j’aimerais vraiment rencontrer Jimmy Fallon. Pis j’ai jamais rencontré Tina Fey et ça me brise le cœur! On serait des best!

OHHHH! Voyons j’oubliais Kim! C’est la plus fascinante! Elle est partout, elle donne des tonnes d’entrevues, mais on ne sait rien d’elle en profondeur. On lui pose juste des questions coucounes sur ses selfies. Il y a tellement d’affaires intéressantes à lui demander! Donc j’aimerais KIM! All day every day!

 Pour lire un autre billet sur la thématique jet set : « Le jet set en chiffres » par Stéphane Morneau

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Confessions d’un déneigeur de la Ville de Montréal

Tout le monde a son opinion sur les déneigeurs (on aime bien les haïr), mais eux, ont-ils une opinions sur nous?

Dans le même esprit