Sans oui, c’est non pour toi aussi, Katy Perry

Flirter, c’est proposer. Ce n’est pas « imposer » ni « insister ».

Vous en avez peut-être entendu parler, ne serait-ce que dans La récap de la semaine de mon collègue Pier-Luc Ouellet : lors de l’épisode d’American Idol diffusé la semaine dernière, Katy Perry a imposé un baiser sur la bouche d’un candidat et ç’a fait BEAUCOUP jaser.

Bien qu’on ait clairement fait le tour des jeux de mots du genre He kissed a girl and did not like it, on n’a pas fait le tour de la question. You didn’t hear me roar et j’ai le rugissement qui a besoin de se faire entendre, car selon moi, la situation témoigne de plusieurs malaises qu’on entretient avec le harcèlement sexuel, la notion d’abus et la sexualité… en général.

Regardons d’abord l’extrait en question :


Oui, mais t’sais…

Sur les réseaux sociaux, les réactions ont été vives et nombreuses. D’un côté, il y a les « oui, mais… » qui soulignent le caractère supposément flou de l’absence de consentement du candidat en question, Benjamin Glaze, âgé de 19 ans.

Oui, mais c’était pas clair s’il voulait ou pas. Il prend ça en riant. Il est allé vers la table des juges. Moi, être Katy Perry, j’aurais pas pu percevoir qu’il ne voulait pas. Moi, être le gars, j’aurais aimé embrasser Katy Perry. Au fin fond de lui-même, il semblait avoir envie de l’embrasser. Katy Perry est seulement flirty. C’est quoi, on n’a pu le droit de flirter? 

De l’autre côté, il y a les réactions « oui mais » qui soulignent le caractère problématique et abusif de la situation.

Oui, mais y a une femme en situation de pouvoir, par son statut de juge et sa notoriété. Il y a de la pression sociale. Il a des millions de téléspectateurs. Une proposition de baiser sur la joue. Qui a fini en baiser sur la bouche, parce que Katy Perry a décidé que ce serait funné d’agir ainsi. Il y a le diffuseur qui a cru bon miser sur ce moment « cocasse », allant jusqu’à l’inclure dans la promo de l’épisode.

Parce qu’on sait tous que c’est si drôle, être témoin d’un moment où quelqu’un met ses limites et voir l’autre ne pas les respecter (?!).

Lol-ons en chœur.

Alors, est-ce vraiment du harcèlement sexuel?

Ne cherchons pas midi à quatorze heures.  « I can’t kiss a girl without being in a relationship », ça veut dire « I can’t kiss a girl without being in a relationship ». « No, wait, hold on », ça veut dire « No, wait, hold on ».

Glaze l’a affirmé de nouveau dans une entrevue accordée au New York Times: “Would I have done it if she said, ‘Would you kiss me?’ No, I would have said no”.

On va le répéter tant qu’il le faudra: Sans oui, c’est non.

Ça s’applique pour les baisers, aussi furtifs soient-ils.

Ça s’applique pour les madames qui veulent avoir des contacts physiques avec des monsieurs.

Ça s’applique dans des contextes où il y a de la fébrilité dans l’air et des sourires din’faces.

Et ça s’applique pour Katy Perry, aussi glamour-jeune-et-jolie soit-elle.

 

Ce qu’on voit, c’est une femme en situation de pouvoir qui insiste pour échanger un baiser et qui l’impose. Ça, c’est une manifestation d’abus.

Qu’on soupçonne que ce moment était orchestré par la production, que Benjamin revienne sur les faits en nommant que finalement ce n’était pas si pire, qu’on dise qu’au niveau juridique on n’est pas trop sûr si une plainte serait recevable, pour moi, ça ne change rien au portrait.

Ce qu’on voit dans cet extrait, c’est de la sollicitation de faveurs sexuelles non désirées. « Come here! Come here! COME HERE RIGHT NOW! ».

Ça, c’est une manifestation de harcèlement sexuel.

Ce que dit le chanteur amateur, c’est qu’il a été inconfortable d’être embrassé sur la bouche parce qu’il ne s’y attendait pas, qu’il n’avait pas demandé à ce que ça se produise et qu’il n’était pas consentant. Ce qu’on voit, c’est une femme en situation de pouvoir qui insiste pour échanger un baiser et qui l’impose.

Ça, c’est une manifestation d’abus.

Je sais, les mots font peur. Harcèlement, abus : ce n’est pas un peu gros? N’exagérais-je-tu-pas?

Nope.

La gestion médiatique de l’affaire en témoigne : on a tendance à banaliser ce genre de comportement et à mélanger certains concepts comme « harceler » et « flirter ». Parce que oui, plusieurs ont utilisé les mots suivants pour justifier l’attitude de la California Girl : elle aurait été flirty et playfull. Séductrice et Espiègle.

Recadrons.

Flirter, c’est proposer. Ce n’est pas « imposer » ni « insister ». Avant, pendant, et après avoir fait une proposition, nous devons être à l’écoute du verbal et du non-verbal de l’autre et respecter ses limites. Même si elles ne nous font pas de sens du genre « ben là, partager un baiser ce n’est pas si grave, ça va juste être drôle! », je le répète : on doit respecter les limites de l’autre.

Et non, il n’y a rien de playful  ou d’espiègle à ce qu’une femme embrasse un homme contre son gré. Ça entretient le double standard voulant que ce soit évidemment condamnable si un homme avait posé les mêmes gestes, mais que pour une femme, « ce n’est pas la même chose ».

Et non, il n’y a rien de playful  ou d’espiègle à ce qu’une femme embrasse un homme contre son gré. Ça entretient le double standard voulant que ce soit évidemment condamnable si un homme avait posé les mêmes gestes, mais que pour une femme, « ce n’est pas la même chose ». Comme si elle était moins menaçante. Comme si le jeune homme ne serait pas dans une situation de vulnérabilité. Comme si, à la limite, elle lui rendait un service en l’ « initiant » aux plaisirs charnels.

Ce n’est pas le cas.

Des comportements abusifs, ça peut être insidieux. Ça peut se passer comme ça, en 1 minute, sous les projecteurs, avec des rires et du-monde-qui-porte-du-beau-linge. Ce n’est pas divertissant, ce n’est pas léger et surtout, ce n’est pas supposé constituer un bon moment de télé.

Pour votre information, Benjamin a finalement interprété sa chanson. Après sa performance, les juges lui ont tous dit non. Visiblement, il était déçu et aurait préféré avancer plus loin dans la compétition. Malgré tout:

Il les a écoutés.

Il n’a pas insisté.

Il a respecté leur décision.

Même s’il a chanté un peu tout croche, on pourra dire que contrairement à Katy Perry et ses acolytes juges, il aura au moins eu la décence d’accueillir et de gérer un refus et ce, sans fausse note.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Celle qui m’a achetée pour son mari

Une ancienne travailleuse du sexe nous raconte la fois où une gentille dame l'a achetée pour son mari, question d'honorer une vieille promesse...

Dans le même esprit