On est où?

Ode aux truck stops étatsuniens

Chroniques d'un (pas si vieux) « camper van ».

Avec les chroniques d’un (pas si vieux) « camper van », Mélanie Leblanc vous amène sur la route, la vraie. Des chemins sans filtres Instagram, pas toujours glam, souvent bordéliques, mais ô combien divertissants. À bord de John Mel & Camper, son truck de 21 ans (pas de rouille, pas de trou), c’est un départ vers la liberté… et le chaos.

Comme je suis tombée éperdument amoureuse des douches en Ontario, me voilà avec le même sentiment des premiers jours, avec les truck stops. Une vraie lune de miel qui ne cesse de combler toutes mes attentes. Les truck stops US, c’est la vie.

Un truck stop c’est comme une bonne vieille paire de  pantoufles, tes plus chaudes, tes prefs, celles dans lesquelles tu voudrais te faire enterrer à ta mort. Parce que tu peux :

Dormir sur tes deux oreilles. Ben oui, c’est la base. Mais dans un truck stop, tu SAIS que tu pourras dormir, faire ta petite affaire, souper, vivre et ne déranger personne. Y a personne qui va venir cogner dans ta fenêtre à 3h du matin en criant “please mooooooove” (bon, ça ne nous est jamais arrivé, mais j’imagine que c’est comme ça que ça va se passer, avec un policier un peu bedonnant et pas trop sympa, la matraque à la main).

Prendre une douche. Oui, 12$US c’est un peu cher, mais si tu es wise, tu peux la prendre à deux, sans te faire prendre. Notre truc : Antoine part avec tout le gear de douche, il va payer son ticket et attend que ce soit son tour. Moi, je flâne dans le truck stop et quand j’entends le discret avertissement audio : “customer number X, your shower is ready. Please proceed in shower number X.” Je m’approche des douches. Pour m’éviter de rentrer dans la douche d’un inconnu, il sifflote une chanson de la Compagnie créole (pour m’éviter de rentrer dans la douche d’un inconnu siffloteur). Je cogne trois petits coups et il m’ouvre. On est tellement fiers de nous, on se prend pour des ninjas pis on se fait des gros high five chaque fois.

T’hydrater pour le reste de ta vie. Gloire aux formats piscines olympiques pour les breuvages. Qui, un jour, aurait cru pouvoir prendre son bain dans son verre de liqueur?

Mon verre est plus gros que ma tête ! Mention spéciale au singe gonflé que j’ai volé à Radio-Canada, au 5e étage, lors de mon dernier contrat. Coupable!

Dumper tes réservoirs d’eau grise et d’eau noire. Quand ça fait longtemps qu’on roule, quand on veut clancher de la route à la recherche de la chaleur, on ne va pas toujours sur les campings. Dans certains truck stops, on peut TOUT faire, on en profite pour soulager John.

Faire une petite game dans les machines. C’est salement déprimant, mais on a vu beaucoup de casinos dans les truck stops (qui font aussi office de bars). Essentiellement des salles enfumées (oui, les gens y fument encore!) avec des machines à poker comme dans le fond des bars au Québec. Si l’envie nous prenait d’aller s’asseoir à côté des gens attachés à leur machine, la mort dans la face, on saura où aller.

Refaire ta garde-robe de mou. Les joggings les plus moelleux, les hoodies XXX large, c’est ici qu’on trouve les plus confos, à prix doux (comme ils disent dans les magazines de mode qui ne couvrent pas ce genre de outfits).

Acheter des joggings ET de la fresh pizza en même temps… je vis dans un rêve. Prière de ne pas me réveiller.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit