Picnik Électronik

Musique, pique-nique et Zepha

L’été est bien arrivé à Montréal : les rues sont bondées, le groove est partout, les Francos, le Jazz, mais aussi le Piknic Électronik (parce qu’y a aussi moyen de marier pique-nique et électro, oui, oui!).

URBANIA a rencontré Zepha, une nouvelle recrue du rendez-vous électro à Montréal pour jaser de sa gig au Piknic, de musique underground et de sa carrière de DJ au féminin.

Est-ce ta première fois au Piknic Électronik?
Oui, c’est ma première fois au Piknic. D’ailleurs je ne pensais pas être appelée, j’ai l’impression que j’ai été un peu déconnectée de la scène urbaine, depuis quelque temps, parce que je suis tombée dans l’autre univers, la culture rave underground, les festivals, des trucs plus psychédéliques.

Jouer au Piknic ça représente quoi pour toi?
C’est sûr que c’est le but ultime de tous les artistes locaux de Montréal. J’ai l’impression que c’est comme un petit rêve que tout le monde souhaite atteindre.

Justement, est-ce que tu penses que de jouer au Piknic va t’ouvrir la porte à un auditoire plus large, voire plus “mainstream”?
Je pense que oui, ça va être bon pour me faire découvrir à ce niveau-là. C’est toujours cet univers que j’aurais aimé conquérir. Par contre, le fait d’avoir été dans la scène underground m’a permis de découvrir des gens qui sont connectés, ouverts d’esprits, qui sont là parce qu’ils veulent triper. J’ai l’impression d’avoir découvert une âme dans cette scène-là pis je partage quelque chose de profond avec les gens qui en font partie.

Est-ce que tu sens une différence d’évoluer dans le milieu en tant que femme?
Je sens que ça m’avantage encore plus, parce que vu qu’il y a moins de femmes qui font ça, on dirait que c’est plus facile de me faire une place. C’est sûr qu’au début, je me faisais juger plus facilement, parce qu’on mettait beaucoup de poids sur mes épaules, mais maintenant que ça fait quelque temps que je fais ça, je suis habituée et j’ai réussi à me faire respecter.

Ça fait combien de temps que tu es DJ et comment ça t’est arrivé? Tu t’es réveillée un bon matin et tu t’es dit “Moi c’est ça que je veux faire”?
Bon, ben ça fait 4 ans maintenant. J’ai toujours été la fille qui voulait mettre la musique dans les partys, j’avais un désir puissant de partager mes coups de cœur et ce qui me fait triper. Un jour, mon ex-copain m’a acheté un petit contrôleur de Pioneer. Ç’a commencé comme ça, j’ai été quand même chanceuse parce qu’un mois après avoir reçu ce cadeau-là, j’avais ma premiere gig dans un évènement underground dans le Vieux-Québec au Vice, c’était un bar clandestin et c’était assez funky comme soirée.

À l’approche de ton show de dimanche, est-ce que t’es stressée?
Honnêtement, je fais beaucoup de méditation, d’exercices de respiration et de visualisation. J’essaie de mettre mon énergie à la bonne place, parce que c’est sûr que l’énergie que je prends à stresser, je la prends pas pour me préparer. C’est sûr que c’est quelque chose de gros, mais je pense que j’ai tout ce dont j’ai besoin pour réussir.

Donc t’es stressée quand même un petit peu?
C’est sûr que oui, je suis stressée, mais je relaxe là, ouais ouais… (Rires)

Pour toi, quelle importance à la techno dans le cœur des Québécois?
Ben à Montréal, je trouve qu’on est vraiment gâtés, parce que la techno et house ont vraiment une grande place dans la musique ici; y a beaucoup d’évènements, différents types d’organisateurs, différents styles de bars qui ont des Afters… C’est un style qui est pas connu de tous, même si c’est grand, ça reste underground.

Toi, quel genre d’énergie tu tentes de communiquer à la foule ?
Je suis une danseuse dans l’âme, j’ai le rythme dans la peau, je préfère des crowds qui dansent large, je préfère que ça soit moins jampack pis que les gens dansent, sautent. J’ai vraiment tendance à danser sur scène, je tiens pas en place en fait, et c’est ce que j’aime.

Les deux points à côté de ton œil droit est-ce ton trademark?
Ah! Je sais pas, c’est rien, c’est mon amour pour le sauvage, le tribal… J’ai été inspirée par les gens que j’ai rencontrés dans la jungle, avec des tattoos dans le visage. J’aime ça aussi pas avoir besoin de porter du maquillage et d’être naturellement décorée.

C’est quoi ton top 3 des gigs qui t’excite le plus cet été?
Le premier ça serait Piknic Électronik, le deuxième c’est Eclipse, pis le troisième ça serait AIM.

Pour entendre le mix minimal de Zepha, rendez-vous le dimanche 26 juin au Piknic Électronik!

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up