Musique : la vérité sur les drummers

Si tu as tes deux bras et que tu es pas capable d’être tight, laisse faire.

Les drummers sont les musiciens les plus underratés dans un groupe de musique. Les chanteurs ont toute l’attention et en ont besoin. Les guitaristes eux, sont souvent les plus sexy, shreddant avec leur guits dans des mouvements de bassin vers l’avant qui rappellent sans cesse le coït. Les bassistes sont confinés au rôle de sidekicks du membre qui est dans l’ombre (par sa position reculée sur une scène), le drummer.

CAREY PRICE DE LA BAGUETTE

Le drummer se fait moins reconnaitre que les autres musiciens du groupe rock typique parce qu’il est caché derrière ses cymbales et 3-4 autres guignols qui bougent devant lui. À moins d’être Lars Ulrich qui se lève sans cesse pour pas qu’on oublie qu’il a une face à fesser dedans, le drummer connait son rôle et reste dans l’ombre. Il est le goaler d’une équipe de hockey avec un masque dans face. Mais quand un goaler de la LNH a la tête ailleurs et qu’une shot de Pee-Wee lui passe entre les jambes, y’a pas grand-chose à faire pour les autres membres de l’équipe pour espérer gagner. Le goaler est le seul membre d’une équipe qui peut totalement ruiner un match. Il est aussi le seul qui peut en sauver une, et qui peut transformer une équipe moyenne en gang de champions.

C’est pareil avec les drummers. Un super bon band, avec des bonnes tounes, une bonne présence, mais un drummer de marde a pratiquement aucune chance d’offrir une prestation mémorable, parce que tout le long, l’attention est dirigée sur le beat qui ralenti ou accélère, ou sur les punchs qui sont pas sur les temps. Comme si tu souffrais d’arythmie cardiaque, tu catches qu’y’a de quoi qui fucke et tu prends ton pouls avec tes doigts sur la jugulaire. Tu feeles pas.

Ça devient comme essayer d’écouter un film avec un WiFi trafiqué des voisins, qui lag. Tu peux catcher que le film doit être pas pire, mais c’est pas écoutable et tu finis par peser sur Stop.

À moins d’être Lars Ulrich qui se lève sans cesse pour pas qu’on oublie qu’il a une face à fesser dedans, le drummer connait son rôle et reste dans l’ombre. Il est le goaler d’une équipe de hockey avec un masque dans face.

Par contre, comme Carey Price, qui fait que depuis des années, les Canadiens s’en tirent sans faire monter abominablement le taux de suicide saisonnier, le drummer peut aussi sauver un band moyen. Un groupe ordinaire avec des tounes correctes, mais sans plus, qui s’aligne avec un solide cogneur, tight comme une horloge Suisse, peut nous faire headbanger, swinger les bras et bouger les pieds pendant une soirée de temps. Quand la magie opère et que tu vas voir un groupe beige avec un John Bonham derrière les tambours, ça devient quasi impossible d’enlever ses yeux de cette bête tapageuse et le consommateur moyen est conquis à tout coup.

PLAIN OU ALL DRESSED

Il existe véritablement deux types de drummers. Ceux qui ont deux bras et ceux qui en ont juste un. En fait, il y a le drummer de Def Leppard (un des déguisements préférés chez les enfants de mon primaire avec le « robineux » et le « punk », trois déguisements qui seraient aujourd’hui considérés comme un crime contre la dignité de l’homo sapiens) et les autres. Def Leppard, groupe de cock rock cosmique d’Angleterre, a déjà existé avec un drummer à deux bras. Le même dude en fait, mais après un accident de voiture qui le priva à jamais d’applaudir, il poursuivit sa carrière avec les maîtres de l’overdub qui acceptèrent cette nouvelle réalité d’avoir un drummer manchot. C’est déjà assez dur d’être musicien dans la vie. C’est un choix de carrière assez peu conseillé par les orienteurs du monde entier. Mais être musicien, de surcroit drummer, et jouer d’un instrument de percussion où y faut des mains pour tenir des baguettes et varger de façon mathématique sur des tambours de différentes grandeurs et textures, tout ça avec un seul bras, c’est un conte de fées qui mérite un chapitre à part dans la bible du drummer. Pour résumer, si tu as tes deux bras et que tu es pas capable d’être tight, laisse faire.

VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COCONUT

Historiquement, et par expérience, les drummers sont un peu fous. Selon un de mes anciens tapocheurs officiel, la raison vient du fait que cogner sans cesse sur un objet qui produit un bruit fucking fort, ça finit par te rendre totalement coconut, même si c’est toi qui fait le bruit, volontairement, par choix. Un peu comme les rénos du locataire d’en haut à tous les jours depuis six semaines, qui te donnent le gout de lui rentrer son marteau dans la bouche, mais pendant une vie durant. Volontairement.

 

Selon un de mes anciens tapocheurs officiel, la raison vient du fait que cogner sans cesse sur un objet qui produit un bruit fucking fort, ça finit par te rendre totalement coconut, même si c’est toi qui fait le bruit, volontairement, par choix.

C’est pour cette raison scientifique que mis à part quelques exceptions, les drummers sont souvent les membres qui seront le plus enclin à se mettre nu publiquement, à boire des litres d’alcool frelaté, à se crisser en bas des escaliers pour faire rire les autres et à parler avec un faux accent allemand, pendant une tournée de 2 mois au complet. Ils sont aussi souvent très pointilleux par rapport à leur chère batterie chérie. Pour nous c’est un amas de bois et de pipes de métal que tu criss des coups dessus. Mais pour le drummer, c’est une extension de son corps, de sa personnalité, un membre de sa famille. Ne t’avise pas à t’assoir sur son trône et d’essayer de faire le beat du début de We’re Not Gonna Take It quand il est parti chier pendant un jam. Il reviendra et te jettera un regard fou qui rappelle celui de Charles Manson lors de son arrestation légendaire. Le drummer ne veut pas prêter son kit aux autres bands qui jouent avant, ni après vous, à moins qu’il soit certain que c’est un drummer d’expérience qui joue à peu près de la même technique que lui.

MES PREFS

Les drummers sont aussi les plus snobs. Un peu à la manière des gars de chars, ils accordent beaucoup d’importance et ont de longues et pénibles (pour tout le reste des humains) conversations sur les grosseurs de baguettes, la hauteur des stands de cymbales, l’angle du snare, les sortes de bois et plusieurs autres aspects dont tout le monde se criss au bout du compte quand tu écoutes le beat du début de We’re Not Gonna Take It.

Le drummer manque d’attention et je lui en donne. J’accorde pour ma part une importance particulière au choix des drummers qui performent derrière moi depuis longtemps. Au fil des ans, je me suis aussi lié d’amitié avec plusieurs d’entre eux. C’est bien souvent un membre du groupe avec qui j’aime passer du temps en tournée et dans la vie. Probablement, parce qu’en leur présence, je me rassure de ne pas être le plus fou de la gang et surtout je me réjouis secrètement d’être proche du membre le plus important du groupe.

Présenté par URBANIA Musique. Allez suivre notre page Facebook. Il se passe des choses là-bas!

Du même auteur