Monsieur le ministre Moore, je vous remercie!

James Moore, ces jours-ci, vous êtes mon préféré! Laissez-moi vous dire pourquoi…

La semaine dernière, notre illustre ministre du Patrimoine et ardent défenseur des bas blancs et du huit heures de sommeil par nuit, James Moore, a sommé Radio-Canada de restreindre la diffusion de « Hard », une série un peu olé, olé diffusée sur TOU.tv. Celui-ci ne voulait pas que les enfants y aient facilement accès (parce que Dieu sait que quand les gamins veulent voir de la peau, ils ne se servent pas de Google quand papa et maman regardent la télé au salon, oh non!, ils se branchent sur TOU.tv).

Bien que l’exercice peut être louable pour certaines familles, les pressions de notre bienfaiteur conservateur a fait en sorte que la SRC ne diffuse maintenant la série qu’entre minuit et quatre heures du matin (parce que bloquer l’accès à l’émission aux moins de 18 ans* aurait été trop convivial… on parle quand même d’un site où on utilise Silverlight, le Real Player du 2.0). « Au diable les tristes sires qui voudraient éjaculer en vain devant leur moniteur à 20h54, voire même à 21h12 ou 23h37! » se dit sûrement M. Moore. « Ceux-ci gaspilleront leur semence à tous vents que lors d’une période fixe! » Et dans les Prairies, le chœur de s’écrier « Alléluia! ».

Tel un Batman drapé de l’étendard canadien, M. Moore a rentré sa bedaine, enfilé sa tenue de justicier des mœurs et s’est permis d’ajouter qu’ « ayant maintenant vu l’émission en question, cela soulève de sérieuses préoccupations au sujet de certaines décisions de programmation faites par CBC/Radio-Canada avec l’argent des contribuables.»

Enfin! Enfin un politicien qui ose se lever contre la programmation d’un tel diffuseur!

M. Moore n’aura pas sévit contre Call.TV, n’aura pas suscité les tendances « sensationnalisme de droite » de Sun TV et n’aura pas exigé qu’on retire des ondes ce gros raciste débile qu’est Don Cherry, mais lorsqu’il est question de mamelons pointus et de verges qui pointent vers le Père, le Christ et le Saint-Esprit (Amen!), alors LÀ on sort le papier à entête, le relationniste de presse et les menaces à peine voilées de coupures! « Comment!? Des fesses dans mon Internet!? Chérie! Je vais rentrer plus tard! Ton James adoré à des comptes à régler, de la censure à encourager et – surtout – de la peau à couvrir! Yeehaw! »

Si seulement M. Moore pouvait faire preuve du même discernement dans tous ces dossiers…Ainsi, en 2008, son gouvernement mettait fin au programme PromArt, qui permettait à des artistes canadiens d’aller se faire voir ailleurs, en citant des cas de musiciens qui pourraient faire sourciller à l’extérieur du pays tout en pointant du doigt le groupe électro rock Holy Fuck.

On y revient encore! Holy Fuck! La sainte baise qui écorche tant les yeux de M. Moore (ou sainte merde selon votre interprétation).

Pourtant, une année plus tôt, la chanteuse canadienne Nelly Furtado chantait pour Mouammar Kadhafi (sous la pression, elle versera le montant à une œuvre de charité, mais quand même!).

Je vous demande, M. Moore, qui nuit le plus à l’image de la musique canadienne entre le groupe nommé aux Junos et au Polaris ou la chanteuse qui fait un tour de chant pour le Colonel? Pourquoi n’a-t-on pas coupé les vivres à Mme Furtado? Pourquoi n’arpente-t-elle pas les dédales d’une prison pour terroristes culturels!? Et là, vous me répondrez « Parce que « Promiscuous Girl » est une excellente chanson, pardi! » Puis je rétorquerai « En effet! »

Puis, ce mardi, vous défendiez la décision de consacrer 7,5 M$ au Jubilé de la Reine d’Angleterre. Alors qu’une grève plane sur les étudiants, alors que les artisans des CPE manifestent dans les rues pour de meilleures conditions et j’en passe, votre gouvernement consacre des millions pour l’anniversaire d’une tante éloignée. Bien sûr, vous qui avez réponse à tout, vous précisez que ce montant n’est pas du gaspillage (c’est quoi alors?) et, qu’après tout, on a bien consacré 100 M$ au 400e de Québec.

Attendez! Est-ce que ça veut dire que je peux déménager sur la Reine? Je prendrais un sein alors, ça doit être confortable comme un « beanie bag ».

Oh, et au fait, c’est bon « Hard »?

* : Bien sûr, vous me direz que c’est facile de mentir sur son âge sur l’Internet, mais bon, c’est la pensée qui compte…

Du même auteur