Magali Cancel

Monsieur Beachclub aka Olivier Primeau nous jase de sa relation avec la météo

Quand dame nature est ta collègue

Olivier Primeau, c’est Monsieur Été. Propriétaire du Beachclub de Pointe-Calumet — décrit comme le plus gros club extérieur en Amérique du Nord —, il fait du soleil et du sable dans le maillot son pain pis son beurre.

L’été dernier, il a pris Facebook d’assaut pour tirer à boulets rouges sur les météorologues, à qui il reproche d’être trop négatifs, en plus d’être une gang de pas fiables.

Rencontre avec une personne pour qui la météo, ce n’est pas juste une façon de casser la glace dans une soirée mondaine. C’est son quotidien.

Discussion avec un détracteur du thermomètre.

À quel point c’est crucial pour votre business, qu’il fasse beau?

On est dépendant de la météo à 100 %. Qu’on ait les plus gros artistes au monde ou pas, la réussite d’une journée dépend de la météo. Les gens, quand ils voient qu’il va pleuvoir, ils se disent : « Bah, on ira la semaine prochaine, il y a un aussi gros artiste ». C’est vraiment, vraiment important pour nous.

Ça m’étonne encore de voir du monde se fier à ça à 100%.

Et qu’est-ce que tu as, toi, contre la météo?

J’ai absolument rien contre la météo. C’est juste qu’au Québec, on aime tellement ça la regarder et se faire croire qu’il va neiger 50 centimètres ou qu’il va pleuvoir pendant deux jours. Les gens prévoient leurs sorties en fonction de la météo, et comme c’est l’une des sciences les moins exactes sur la planète, ça m’étonne encore de voir du monde se fier à ça à 100%.

Pour lire la suite, c’est par ICI!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up