Manuel d’utilisation des canaux de communication pour patrons

Un boss dans les DM, c'est non.

Que ma mère m’appelle pour me dire qu’elle m’a envoyé un courriel, je lui pardonne. Que mon boss me texte pour me dire d’aller voir mes inbox parce qu’il m’a écrit un courriel pour me dire de l’appeler, c’est non.

Le fait qu’on soit tous joignables en tout temps, c’est pas idéal.

Le fait qu’on soit tous joignables en tout temps, c’est pas idéal. C’est même prouvé que c’est nocif pour notre santé mentale. Certains boss ambitionnent pourtant en écrivant à leurs employés sur toutes les plateformes possibles. Je leur donne le bénéfice du doute: peut-être qu’il ne savent pas quel médium sert à quoi!

Voici donc un tutoriel technologique pour patrons déconnectés, qui leur explique quels moyens de communication privilégier selon les occasions.

N’hésitez pas à épingler cette liste subtilement (après les heures ouvrables ou déguisé en ninja, c’est selon) sur vos babillards de bureaux à la vue de tous… mais surtout de vos patrons!  

Les courriels officiels

Cher patron, tu peux m’écrire sur mon adresse officielle de job à l’heure que tu veux, le nombre de fois que tu veux par jour, c’est parfait! Écris-moi même le vendredi soir si ça te chante, par contre attends-toi pas à une réponse avant le lundi matin.

En fait, t’es peut-être pas au courant, mais si j’accède à ma boîte courriel en dehors des heures de bureau, tous mes mails s’autodétruisent! (NDLA aux employés: merci de m’aider à propager ce petit mensonge blanc.)

Les hotmail-gmail-caramail

Si ton employé a encore Caramail, c’est permis de le troller. Pour toutes les autres messageries, applique les mêmes règles que pour l’adresse de job.

Les messages Messenger

Si on a une relation chummy-chummy toi et moi, tu peux m’écrire sur Messenger, c’est ben correct. Et si on n’est pas best buddies, mais qu’on est quand même amis Facebook, c’est parce que j’ai un minimum de respect pour toi et que j’accepte que tu voies mes photos pas toujours glorieuses.

Dans ce cas-là, les inbox, ça devrait aller. Par exemple, si tu veux me partager une publication intéressante ou m’écrire un p’tit message funny, ce médium est parfait pour ça.

Par contre, y’a la maudite fonction «vu», qui complique tout. Hyper important: c’est pas parce que j’ai lu ton message que j’ai le temps d’y répondre! (NDLA aux employés: il existe des applications pour empêcher la mention «vu» sur Messenger, c’est pratique… et pas juste pour la job!)

Instagram

Si t’es mon boss, qu’on n’est pas amis dans la vie ni sur Facebook, mais que tu me suis sur Instagram et que tu m’y écris en privé, sache il n’y a qu’une seule façon d’interpréter ça: tu veux coucher avec moi.

Les textos

Si tu me textes, cher patron, c’est qu’il y a une urgence. Du genre «un client fucking important déplace le meeting prévu dans 20 minutes à l’autre bout de la ville» ou «y’a un fucking T-Rex derrière toi». En fait pour le T-Rex, t’as le droit de m’appeler (voir rubrique suivante).

Les appels sur mon cell

Évidemment, tu peux m’appeler sur les heures de bureau. Si on s’échange de nombreux courriels, des fois c’est même préférable d’avoir une conversation de trois minutes au téléphone pour tout régler d’un coup.

Sinon, hors des heures ouvrables, faut vraiment qu’il y ait une urgence urgente (j’ai tu dis urgence ?) Genre: un T-Rex vient de manger ma maquette pour la présentation du lendemain et je dois en refaire une car le client ne croira jamais qu’un T-Rex a mangé la maquette.

Me crier après

Ça, c’est VRAIMENT juste en cas de T-Rex.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Se faire passer pour un homme pour être prise au sérieux

Témoignage d'une restauratrice tannée des monsieurs condescendants.

Dans le même esprit