Manuel de savoir-vivre à l’intention des nouveaux riches

La vie des gens riches et célèbres est ponctuée de mondanités, de cocktails, de réceptions, de vernissages et autres pince-fesses ennuyants où le buffet est parfois moins froid que la maîtresse de maison. Pour ne pas passer pour un mal élevé ou un pique-assiette, il est essentiel de se soumettre à l’Étiquette.

L’Étiquette permet de vous distinguer des classes moins favorisées par la naissance. Sans elle, n’importe quel milliardaire ressemble à un col bleu en congé de maladie. Cependant, les bonnes manières, ce n’est pas comme les Ferrari, les Rolex ou les avocats, ça ne s’achète pas. Vous aurez beau avoir un compte numéroté en Suisse, une adresse à la Barbade, un bateau amarré à l’ombre du Rocher de Monaco, un condo à Westmount, trois voitures de collection dans votre garage et une table réservée en permanence à La Queue de Cheval, si vous ne savez pas vous tenir à table ou baiser la main d’une dame, vous aurez toujours l’air d’un parvenu ou d’un pauvre type.

1. La tenue Pour ne pas arriver en clown à un déjeuner mondain ou en smoking à un pyjama party, vous devez avant tout savoir décrypter un carton d’invitation. – « Tenue de ville » : tailleur Chanel ou petite robe Prada sans flafla pour vous, madame, et costume sobre et strict coupé à votre mesure pour vous, monsieur. – « Tenue de soirée » : monsieur aura enfilé son smoking et madame aura acheté une robe très chère et très longue chez un couturier très renommé de Paris, de New York ou de Londres. – S’il n’est rien écrit, ça ne veut pas dire que vous devez venir tout nu. 2. Salutations distinguées Le protocole et l’Étiquette n’ont pas été inventés pour les babouins ou les soldats américains en Irak. Appliquez-les le plus souvent possible. Tout d’abord, on ne tend pas la main en premier à un personnage plus considérable que soi. Vous devez attendre que cette personne fasse le premier geste. Exercice : Parmi ces trois personnages, lequel n’est pas plus considérable que vous ? 1) Élizabeth, Reine du Canada. 2) Benoît XVI 3) Bonhomme Carnaval. Ensuite, on présente un homme à une femme et la personne la plus jeune à la personne la plus âgée. Une femme assise ne se lève pas lorsqu’un homme vient la saluer. Mais si cette femme est encore vierge, elle se lève pour tout le monde. C’est une bonne façon de se faire remarquer des soupirants potentiels. Exemple : « Madame la Baronne, j’ai le plaisir de vous présenter le vicomte de Drarneh. » Pour éviter le banal « enchanté ! » ou le trivial « Salut vieille branche !», il existe des formules de politesse faciles à retenir : « Mes hommages, Madame », « Mes respects, Monsieur le vice-président », « Mes économies, mes acomptes provisionnels et mon chèque post-daté, Monsieur le ministre des finances. » 3. Le baisemain Le baisemain est un de ces petits détails délicieux qui distingue les personnes bien nées des primates et des manchots. Le véritable baisemain, marque déposée, consiste à effleurer des lèvres le dos de la main d’une dame. Règle numéro 1 : on ne baise pas la main d’une jeune fille.

Règle numéro 2 : ne jamais baiser une dame dans la rue ou dans un lieu public.

Règle numéro 3 : on ne baise jamais une main gantée.

Règle numéro 4 : l’homme ne doit pas élever la main qu’on lui tend jusqu’à lui mais s’incliner vers elle.

Règle numéro 5 : n’en profitez pas pour baiser toutes les femmes présentes. Réservez vos élans à la maîtresse de maison ou, à la rigueur, aux femmes les plus âgées.

Règle numéro 6 : si la dame est un pape, il faut mettre genou à terre et baiser son anneau. 4. Le lâcher de noms Vulgairement appelé name dropping, le lâcher de noms permet de se faire une respectabilité en société sans devoir coucher avec toute la communauté artistique. Notre truc: Si vous arrivez en retard dans une soirée, expliquez que vous étiez au restaurant avec Roy (prononcer Roïeuh), Macha ou Marina, tout le monde comprendra. Ça marche moins bien avec Jean-Guy. Conseil pour mieux paraître : Dans un lieu public, saluez tous les inconnus, comme ça tout le monde pensera que vous êtes connu. On gagne toujours à être connu.5. L’art de se tenir à table

Autrefois, il était beaucoup plus facile de faire un plan de table. La maîtresse de maison d’un côté, son mari en face. À droite de la maîtresse de maison, la personne la plus importante, ou la plus âgée, ou la plus décorée ; à gauche le second en grade ou en âge ; à droite du mari, la femme de celui qui est à droite de la maîtresse de maison et à gauche la femme de l’autre ; au milieu de ce beau monde, les célibataires, les laiderons, les pauvres, les vieux amis avec qui on n’a plus rien à raconter. Aujourd’hui, on ne sait plus qui couche avec qui, on invite peu les militaires à souper car ils sont en Afghanistan ou à la retraite et, avec ces jeunes entrepreneurs du design et du multimédia, tout le monde est président de sa propre compagnie. Il est donc très difficile de placer les convives de façon cohérente. Notre truc : faites un buffet. À table, chaque ustensile a sa place, la fourchette à gauche de l’assiette, les dents contre la nappe, le couteau à droite et les verres, du plus grand au plus petit, aussi nombreux que les vins fins que vous aller déguster. Une fois devant cette armada d’argenterie, il faut savoir se tenir. Nous vous rappelons ici quelques principes de base qui ne s’appliquent pas si vous êtes invité dans un party de cuisine. – On attend un signe de la maîtresse de maison avant de boire. Ce n’est pas toujours facile de vivre dans le luxe, mais au moins le vin est bon. – Dès que vous êtes assis, mettez votre serviette sur vos genoux sans la déplier entièrement. – Avant de boire, posez vos couverts en croix sur votre assiette. – Buvez par petites gorgées en gardant la tête droite. Même s’il s’agit d’un Petrus 1988, vous n’êtes pas obligé de vous extasier comme une blonde platine dans un film porno. – Après avoir bu, essuyez vos lèvres délicatement, comme une blonde platine dans un film porno. – Le toast se porte à la fin du repas alors que les toasts se mangent le matin. C’est la personne la plus importante ou l’hôte qui se lève pour prononcer quelques mots. Exemple : « Je lève mon verre en l’honneur de tous ces pauvres travailleurs qui ont perdu leur emploi et nous ont permis d’augmenter nos bénéfices… ». Les autres convives lèvent simplement leur verre en souriant en signe d’acquiescement. – C’est l’hôtesse qui donne le signal de quitter la table. Vous déposez alors votre serviette (non pliée) près de votre assiette en vous levant. Notre conseil : Ne pas manger avant d’avoir été servi. 6. Les enfants Si vous êtes invité avec vos enfants, faites comme la Reine Fabiola avant d’aller à une réception, gavez-les de gruau afin qu’ils ne se garochent pas dans le buffet comme des Soudanais dans un Loblaws. Évitez le chili ou la soupe au choux 6 heures avant l’invitation. Notre conseil : Avec ces petites phrases, vous aurez l’air de parents attentifs malgré votre agenda chargé : « Ne mets pas tes coudes sur la table. Ne mets pas tes pieds sur le fauteuil. Ne mets pas ton doigt dans le nez. Ne mets pas ta main dans la culotte de ta petite voisine. »

7. La galanterie
La galanterie, ou l’art de mettre une femme en valeur, vous permettra de ne pas passer pour un rustre, un malappris ou un Ontarien en vacances. Tirer ou pousser ? Là est la question. Devant une porte automatique, la question se pose moins. Malgré des années de féminisme, au moment de passer une porte, d’entrer dans un ascenseur ou de pénétrer dans une limousine, le vrai gentleman se doit de laisser passer les femmes avant lui. Dans les escaliers, qu’ils soient mobiles ou immobiles, c’est le contraire. À la montée, il devancera la dame pour ne pas avoir l’air de vérifier la fermeté de son popotin et, dans la descente, il sera encore devant elle afin de s’assurer de la ramasser si elle s’enfarge dans les fleurs de sa robe longue. Remarque : Mesdames, en 2009, si un quidam vous ouvre la porte, vous n’êtes plus obligée de lui faire une pipe.

8. Smoking ou non smoking ? Il est discourtois de fumer dans les endroits non-fumeurs. Tout comme il est impoli de vider sa vessie dans le salon de vos hôtes… Bref, que ce soit pour fumer, pour vous laver les mains ou pour un petit besoin, si l’envie est irrésistible, vous n’êtes pas tenu de préciser la nature de votre absence. Sortez, soulagez-vous et revenez aussi discrètement que vous êtes parti.

9. Le téléphone cellulaire Si vous avez oublié de débrancher le boulouboulouboulou de votre portable, faites semblant que ce n’est pas votre téléphone. Si malgré tout vous devez répondre parce que c’est votre courtier qui se demande quoi faire avec vos stocks options, excusez-vous tout en vous éloignant discrètement, mais pas trop, il faut que les invités entendent les sommes astronomiques avec lesquelles vous jonglez. Notre conseil : Le iPhone fait certainement très branché, mais il est encore plus chic de se faire appeler par le majordome qui clame « un appel de Tokyo pour vous ».

10. Le sens de la répartie
Être galant, c’est bien, mais être drôle c’est mieux. Pour devenir le centre d’attention d’une réception, récolter les compliments au bal des jonquilles ou emballer votre voisine dans un souper mondain, rien ne vaut le sens de l’humour. Si vous n’êtes pas allé à l’école du susnommé humour ou que vous ne vous souvenez plus du dernier spectacle d’André Sauvé, préparez quelques citations de Sacha Guitry pour avoir l’air d’avoir de l’esprit. Gratuit ! 3 citations de Sacha Guitry pour briller en société: « Les avocats portent des robes pour mentir aussi bien que les femmes. » « Le bonheur à deux, ça dure le temps de compter jusqu’à trois. » « Les hommes n’ont que ce qu’ils méritent. Les autres sont célibataires ! » Attention : Il est extrêmement impoli d’avoir un sens de l’humour et de la répartie qui éclipse celui des autres. Avoir l’air un peu con sur les bords est le summum du chic. Surtout quand on est reçu par plus con que soi, ce qui, reconnaissons-le, arrive souvent.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up