Les ventes en ligne de Nike augmentent de 31% grâce à leur association à Colin Kaepernick

Si vous brûlez vos souliers, vous devrez en acheter d'autres. Et vous inspirerez les gens à acheter Nike.

La nouvelle a fait le tour des internets en quelques heures la semaine dernière. Le géant américain de la chaussure sport Nike décidait de faire du quart-arrière Colin Kaepernick le visage de sa campagne 30e anniversaire:

On se rappellera, Kaepernick est le premier joueur à s’être agenouillé pendant l’hymne national pendant une partie de football pour protester contre la violence policière contre les Noirs aux États-Unis. Bien qu’il soit l’instigateur d’un mouvement qui perdure encore aujourd’hui, son audace lui aura coûté son emploi dans la NFL et, somme toute, son rêve de p’tit gars. C’était une prise de position très forte et surtout inattendue de la part de Nike qui, comme tout bon fabricant de vêtements de sport, entretient des liens d’affaires avec toutes les organisations sportives professionnelles.

Ça a tout d’abord été la panique. Les gens qui s’insurgeaient contre le manque de respect envers l’hymne national démontré par Colin Kaepernick se sont mis à brûler leurs chaussures Nike à deux cent balles sur YouTube et la valeur de Nike chuta de 4 milliards de dollars en une seule journée.

Y’a un p’tit dude qui a coupé le logo Nike de sur ses bas, aussi. Un geste devenu emblématique… dans la communauté des créateurs de mèmes.

Move opportuniste s’il en est un (on s’entend que la priorité de Nike est de vendre des souliers), on ne peut cependant pas reprocher à la marque de ne pas prendre position sur les enjeux chauds. On est loin de Robert Charlebois qui refusait de se mouiller à l’aube du référendum de 1995, de peur d’impacter ses ventes de bière.

Nike connaît son auditoire clé comme le fond de sa poche et s’est associé non seulement à Colin Kaepernick, mais à d’autres athlètes qui partagent leurs valeurs comme Serena Williams, LeBron James et Shaquem Griffin, question de célébrer les 30 ans du « Just do it ». En choisissant ces athlètes, Nike a non seulement démontré que la marque connaissait la réalité des jeunes athlètes, mais qu’elle les accompagne jusqu’au top et qu’elle ne les laisse pas tomber dans la tourmente.

C’est quand même fort.

Et ça fonctionne. Après avoir pris une plonge colossale aux lendemains de l’annonce du partenariat avec Kaepernick, l’action de Nike est maintenant à la hausse et a presque tout repris ce qu’elle avait perdu. Croyez-le ou non, les ventes en ligne ont augmenté de 31% dans la semaine suivant l’annonce. La compagnie a poussé l’audace jusqu’à acheter du temps d’antenne pendant les premières parties de la saison de la NFL, afin de diffuser son message. 

La leçon dans tout ça? L’outrage en ligne, ça se gère. Ça s’anticipe même et lorsqu’on prend position de manière réfléchie et en accord avec ses valeurs. Les gens de Nike savaient très bien ce qu’ils faisaient lorsqu’il ont jeté leur dévolu sur Colin Kaepernick pour devenir le visage de leur campagne.

Alors la prochaine fois que vous fâchez des cousins que vous voyez deux fois par année et des anciens collègues de classe avec qui vous avez été à l’école entre 2006 et 2009 avec vos propos sur Facebook, sachez que c’est payant de faire la sourde oreille aux gens qui vous importent peu. Préoccupez-vous de ceux et celles qui vous tiennent à coeur.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Fêter Noël quand on n’a pas une cenne

La seule chose que Noël ne devrait pas être, c’est une nouvelle raison de s’endetter.

Dans le même esprit