Morgane Cg

Les joies de décembre

Je ne fais aucun sport d’hiver depuis 2000 parce que j’ai failli laisser ma peau au centre de ski Stoneham quand j’avais 10 ans. Je me suis retrouvée seule sur une piste fermée durant ma première séance de planche à neige et j’ai passé à un poil de me faire aplatir/déchiqueter par une déneigeuse.

Heureusement, ce traumatisme sportif ne m’a pas fait détester l’hiver : je crois que c’est la meilleure saison pour déguster un chocolat chaud en pantoufles devant Maman j’ai raté l’avion et surtout, pour philosopher sur des éléments de la vie quotidienne, comme sur la beauté du mois de décembre.

La slush

Aussi connue sous le nom de gadoue, mot phare popularisé par Patrick Zabé (la gadoue doue doue, pousse l’ananas et moud le café), ou encore baptisée la sbloutche dégueulasse par l’OQLF, elle apparaît, si Dieu le veut, au début décembre. Plusieurs scientifiques se sont penchés sur l’étymologie du mot slush, et la conclusion est unanime : la slush est un hommage à la populaire Slush Puppie. À quelques différences près, la slush d’hiver est grise, un tantinet plus liquide et goûte la marde (je parle ici en connaissance de cause, car j’ai jadis reçu du jus de trottoir dans la bouche alors que je tentais de manger les flocons). Petit truc: tenez-vous loin des bords de rue, vous risqueriez de vous faire arroser par un automobiliste pressé qui vous enverrait la totalité d’une flaque semi-liquide en pleine tronche. Ne portez surtout pas de pantalons blancs, sauf si vous avez un tempérament artsy : les éclaboussures sur fond blanc ressemblent beaucoup aux œuvres de Jackson Pollock.

Comme quoi l’art est partout, même dans la gadoue.

Cours de hot yoga gratuits 

Détrompez-vous : l’hiver n’est pas synonyme de froid. Cette saison possède également son côté tropical, nommé Suons tous ensemble pour un avenir meilleur. L’exercice est simple. Prenez le métro et gardez votre tuque et manteau pendant votre trajet à l’heure de pointe. Faites la salutation au soleil et fermez vos yeux un instant. La position de l’enfant risque d’être un peu ardue dans un métro bondé, alors concentrez-vous sur votre respiration. Prenez conscience de toutes les craques de votre corps détrempées par votre Canada Goose dans un environnement à 40 degrés. Il fera chaud comme à Acapulco, mais vous ressortirez de cette séance en étant zen de corps, d’âme et d’esprit.

À noter que le forfait de la STM ne contient ni de buffet à volonté, ni de mariachis, ni de flirt avec le sauveteur latino de la plage, ni de sable din bobettes ou de piña colada dans un ananas coupé en 2.

Le look hivernal

L’hiver est la saison de prédilection pour être à son meilleur au niveau vestimentaire. Tel un inuit qui aurait suivi les conseils mode de Jean Airoldi, l’emmitoufflage dans une doudoune matelassée avec un foulard en laine enroulé 17 fois autour du cou n’épargnent personne. Le nez coule un peu/en permanence, mais évidemment, y’a jamais de kleenex à proximité pour essuyer la goutte qui pend à la narine et qui pourrait vite se transformer en gros filet de morve vert et gluant comme Plaxmol. Les bottes Sorel, même si elles étaient faites de verre, ne peuvent en aucun cas faire un pied de Cendrillon et avantager la région plantaire. Aussi, il est conseillé d’utiliser un mascara waterproof parce qu’il ne suffit que d’une bourrasque de vent et de violents flocons pour beurrer de noir les paupières. Il faut prioriser le port des cache-oreilles ou du bandeau en tricot parce que le brushing est vite scrappé avec une tuque. Tuque qui mériterait un bill chez Hydro-Québec parce qu’elle fait plus d’électricité statique que n’importe quoi.

En conclusion, l’hiver est la saison idéale pour dater.

L’épicerie des Fêtes

Parmi les idées de génie qu’un humain peut avoir, on retrouve en haut de la liste Faire l’épicerie le 23 décembre. N’est-ce pas tout à fait féérique de se retrouver dans un IGA avec 300 autres personnes qui ont eu la même idée de recette que toi et de zigzaguer entre les gens en tentant de ne pas faire tomber la dinde du voisin qui trône en équilibre sur le top de son chariot ? L’épicerie des Fêtes est aussi spéciale car elle nous rappelle qu’on est tous des chefs à domicile : on a absolument besoin de farine de blé, de millet, de coco, de sucre brun/blanc/en poudre/guernottes pour décorer des cupcakes, de 4 rouleaux de papiers cirés et de pots d’épices qu’on a déjà mais qu’on rachète, question de fraîcheur. Force est d’admettre que grâce à cette saine manière de consommer, on peut déjeuner avec de la bûche de Noël pis des shots de Baileys, dîner avec des petits pains au poulet et souper avec de la tarte au sucre. On pourrait se sentir mal suite à ce chaos intestinal, mais Jésus a aboli le sentiment de culpabilité durant les Fêtes. Merci, man.

P.S. Force et honneur à toutes les caissières qui scannent de la mascarpone pis des pépites de chocolat pendant 8 heures.

Le sapin

Quelle joie d’affronter le vent glacial pour aller choisir un sapin qui mesure 9 pieds et demi. Pour ceux qui n’ont pas de voiture, l’option du traîneau est la solution par excellence pour trimballer ledit sapin. Pendant le chemin du retour, gare à vous, car il y a un risque très élevé que 7-8 branches sacrent le camp et que des passants aux regards menaçants vous hurlent par la tête que envahissez le trottoir. Une fois à la maison, en vous espérant sain et sauf, le constat est fabuleux: le conifère est trop grand et il n’y a pas d’autres options que d’éliminer le boute de trop avec un couteau de cuisine parce qu’aucune scie traîne dans les parages. Après 1 heure de découpe DIY, c’est le festival des brindilles de sapin qui parsèmeront le plancher jusqu’en 2018.

Puis, vient la meilleure partie de toute l’histoire : décorer le sapin avec des vieilles décorations de 1995 telles que des casse-noisettes miniatures en bois grugés par l’humidité, un petit ange en céramique pu d’ailes et des lumières du Dollarama qui fonctionnent à moitié. Puisque rien n’a de valeur tant que ce n’est pas publié sur les réseaux sociaux, il faut prendre le résultat final en photo et ce, sous tous les angles possibles avant d’envahir le fil d’actualité de tous sur Instagram et Facebook.

Conseil d’ami : ne jalousez pas le sapin des autres, car comme le vieil adage le dit, « Le sapin est toujours plus vert chez le voisin ».

Je pourrais aussi écrire sur le triste retour perpétuel des paillettes sur les robes, mais ça ferait un autre 1000 mots. En attendant, n’oubliez pas que d’offrir en cadeau le cd de Noël de Joël Legendre ou un bracelet Pandora vous causera 25 ans de malheur.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up