Les gens sont faillibles

Les gens déçoivent, c'est inévitable.

Je regardais une entrevue de Jean-Pierre Bacri ce weekend. Jean-Pierre Bacri, grand acteur, scénariste et comique. Une vraie tronche de Français. Mal engueulé. Bougon. C’est simple, sur une carte, on pourrait remplacer la France par la tête de Bacri. Ou du moins Paris.

Si Jean-Pierre Bacri était un bout de météo, il serait le petit crachat parisien qui te colle à la peau 6 mois par année, pendant ce qu’ils appellent l’hiver. Cette petite bruine sale qui adhère aux lunettes. Le 100 % gris.

On s’arrondi avec le temps

Mais dans ce paysage sans couleur, la force de Bacri, c’est le rayonnement de son cœur. Il y a quelque chose d’incroyable à voir un personnage sombre parler avec la simplicité du cœur. Le contraste est tel que chaque réplique surprend. Bougonner en étant gentil, moi je dis que c’est un bon plan dans la vie.

Je l’écoutais parler et je me disais « mon dieu qu’il a l’air intimidant » et il parlait justement de ça, de comment il s’était arrondi en vieillissant. Il parlait de notre arrogance de jeunesse. Et de comment avec le temps, la vie nous adoucit. Parce qu’on apprend qu’elle ne fonctionne jamais comme on voudrait. Que tant d’imprévus surviennent. Et que le temps nous file entre les mains sans que l’on y puisse grand-chose. Et c’est ça qui nous ramollit. Ce constat. De manque de contrôle.

L’humain est con, des fois

Parmi tout ça, une phrase m’a interpelée, il a dit que vieillir nous apprend que « les gens sont faillibles. » Et ses mots m’ont marquée parce que voilà une formule que l’on n’entend pas beaucoup par les temps qui courent. Par ces temps de condamnation où les têtes roulent et les cloches de la honte retentissent, dans ces temps de jugement dernier, de pointage du doigt où chacun se drape dans sa vérité pour appuyer le nez de son voisin dans le caca, on a tendance à oublier cet énoncé tout bête : les gens sont faillibles.

Nous sommes faillibles. Personne n’est irréprochable, les accidents arrivent, nos mots blessent, nos émotions sont tranchantes, bref, les sautes d’humeur, les gestes regrettables, les mauvaises décisions, quand c’est pas carrément les crimes… Les humains sont faillibles.

Alors, oui bien sûr, il existe des lois à ne pas transgresser et des choses très graves à ne pas faire. Évitez de tuer votre voisin et de le rouler dans un tapis, par exemple. Aussi, lâchez le cul de votre secrétaire et arrêtez de faire des blagues de cuisse et de poitrine à la serveuse du St-Hubert, ça intéresse personne.

Écouter, pardonner

Mais cela dit, on peut-tu aussi se donner un peu le droit à l’erreur? J’ai l’impression que notre code de conduite est en train de dangereusement se resserrer et que plus personne sera capable de vivre en l’appliquant. Je veux pas tomber dans le « on peut plus rien faire et on peut plus rien dire », mais peut-être juste rappeler quelques notions d’écoute et de tolérance de base? Et surtout un peu de pardon. On n’est pas parfaits, gang, malgré ce qu’en disent nos Instagram. Soyons réalistes, nous sommes effectivement faillibles. Ça m’aide de m’en souvenir. Ça réduit mes attentes. Et j’aime ça vieillir de même.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

La machine à l’envers

Les carnets d'Anick Lemay.

Dans le même esprit