Les & !## ? $ de pattern

Moi, j’ai pris une fois une bouchée de foie de veau, j’ai trouvé ça dégueulasse, je me suis dit: PU JAMAIS! Ça fait 15 ans de ça, je n’y ai JAMAIS regoûté. Pis tu sais quoi? Ça me convient parfaitement. Ma vie est super sans le foie de veau. Pourquoi avec les gars je fais pas la même chose? Faudrait que je gère ma vie amoureuse comme j’écoute mes papilles.

On a tous des patterns amoureux bien précis. (Je suis pas statisticienne, mais je suis pas mal sûre de mon affaire.) Un type de personne qui nous fait plus tripper, pis qui viennent nous pogner par en dedans.

Moi, c’est TOUJOURS le même genre de gars! Même affaire. La seule différence d’un à l’autre c’est le nom.   L’espèce de beau/gentil, comédien/artiste, avec un sens de l’humour développé et une face qui va faire des beaux enfants. Tsé, le genre de gars un peu ténébreux, déconnecté des réseaux sociaux, qui se néglige, mais avec style, qui juge l’émission Mémoires Vives mais qui trip sur toutes les séries de Netflix, avec des guns et/ou des Zombies. Marc-André Grondin… genre? (Un jour Marie-Lyne, un jour… finger crossed).

Là tu te dis: « Ok! Mais… yé ou le problème? » M’a être franche? Je sais pas. Je sais pas pourquoi, mais je me fâche de tripper sur le même genre de gars. Je sens que je me cloître dans une case, pis je me ferme à un potentiel perfect fit. (deuxième utilisation de l’anglais ici, j’me surprends)

Y’a aussi que, les artistes on est toutes fuckés, un peu ténébreux troublé avec des problèmes d’insécurités, d’anxiétés, de surdose de confiance ou de MÉGA manque d’estime, bref… on a de la misère à se gérer nous-mêmes donc, à gérer une relation. MAIS MOI ÇA M’ATTIRE ÇA! J’aime les bizarres en quête d’attention. STU VEUX!

La question que je me pose c’est? Est-ce que je devrais essayer de changer de type de gars, ouvrir mes horizons et finir par me marier avec un Esteban de 40 ans, massothérapeute à son compte? Ou c’est juste que j’ai pas trouvé le bon caucasien acteur, avec le fond du regard obscur à force de se vider l’âme à jouer de la grande tragédie antique (miam). J’ai quand même pas un pattern de passif-agressif, menteur et manipulateur. Je tripe sur Roy Dupuis quand il avait 30 ans. Rien de trop épeurant là-dedans.

En même temps, comment tu veux changer de pattern. Je sais pas comment faire. Je vais pas me mettre à sortir dans le Vieux-Port pour espérer pogner un jeune avocat avec une maison à St-Lambert pis une passion pour le Kite Surfing. Ça m’attire pas.

« AWAYE, FORCE TOÉ JONCAS. C’est un good catch ça. Il a une bonne job, une hypothèque, un parfum qui sent cher… »

Ouin, bin, non. Je préfère un pauvre qui a de la misère à payer son 3 et demi parce qu’il fait du théâtre de création par passion de l’art. (pis qui sent cheap, mais un cheap mâle… entk, je me comprends.)

Je dis ça, mais en même temps Marc-André a de l’argent! (Si tu lis ce texte bé, tu vois que je ne suis pas une fille à l’argent, c’est une belle qualité ça).

Dans le fond, je pense que j’ai pas envie de me reprogrammer pour voir si ailleurs c’est mieux. Je suis prête à me péter la yeule encore une, deux même trois fois avant de trouver mon Martin Vachon et qui sait, finalement être bien contente de m’avoir fait confiance.

Pour lire un autre texte de Marie-Lyne Joncas: « Il y a une grosse différence entre être seule et se sentir seule ».

Fan invétérée de l’émission Mémoires Vives, en amour avec Marc-André Grondin depuis qu’il se garde les cheveux rasés et surement, la fille la moins à l'aise pour parler en anglais, même en état d’ébriété.

Du même auteur