Les 5 meilleurs pétages de coche au cinéma

Un des meilleurs ressorts narratifs du septième art est de prendre un personnage et de lui faire complètement péter les plombs. Voici un top absolument personnel des meilleurs moments où on voit un personnage perdre les pédales.

#5: Phillip Seymour Hoffman et Adam Sandler dans Punch Drunk Love

Adam Sandler n’est pas content, et veut parler au gérant. Ça s’adonne que le gérant n’est pas très content non plus, et est joué par un des plus grands acteurs de sa génération. Ça nous donne une scène absolument délicieuse.

#4: Thelma & Louise

Thelma & Louise commence avec deux amies qui partent en vacances, et se finit par le plus grand doigt d’honneur au monde entier. Une des scènes les plus souvent reprises de l’histoire du septième art.

#3: I’m as mad as hell and I’m not gonna take it anymore

Dans Network, Peter Finch joue un lecteur de nouvelles qui décide de se lancer dans l’éditorial en apprenant qu’il ne lui reste que quelques semaines à l’antenne. Puis, un soir, il se lance dans cette tirade mémorable, qui vaudra à Finch l’Oscar du meilleur acteur – le seul Oscar posthume décerné à un acteur jusqu’à Heath Ledger en 2008.

#2: La scène finale de Scarface

Tony Montana n’a plus rien à perdre et se gâte. Vraiment beaucoup, et longtemps.

#1: John Goodman dans Big Lebowski

Walter Sobchak est un des meilleurs personnages de cinéma jamais créés, point barre, et ses nombreux pétages de coche sont tous aussi légendaires les uns que les autres.

Vous en voulez plus? Regardez Les Nouveaux Sauvages.

Pour lire un autre billet sur le cinéma : “5 raisons d’aller au club vidéo en 2016″ par Stéphane Morneau

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up