Les 5 essentiels à mettre dans ton baluchon quand tu finis une relation

T’as ramassé tes choses qui trainaient dans son appart en t’assurant de faire bien du bruit en les garochant dans ton sac, pour que ça soit clair que tu partais, juste au cas où il aurait voulu te retenir une fois de plus…

Les yeux encore pleins d’amour en bouette à cause des larmes qui s’y mêlaient, tu l’as salué une dernière fois en étant gênée de l’embrasser, ne sachant plus trop si sa bouche était encore ton territoire. T’étais plus en sécurité, ça fait que pour compenser, t’as attaché tes souliers plus serrés. Trop serrés. T’avais les pieds comme le cœur. Pis aujourd’hui, petite fille flaque qui joue à être un lac, tu cherches des articles de peine d’amour sur internet pour t’assurer de fondre bien comme il le faut sur ton divan, au même rythme que ta Häagen Dazs.

Sauf que de te rappeler que t’es belle malgré ta face bouffie pleine de morve et tes cheveux qui puent parce que t’es trop triste pour te laver, c’est pas ma job. Je ne suis pas ta meilleure amie, je suis juste quelqu’un qui vit la même chose que toi, pis qui sait à quel point c’est de la marde.

Ça fait que continue à lire, rassemble chacun des 5 éléments suivants et traversons ensemble de ce petit bout de chemin parsemé de caca!

De l’orgueil                                                                                          

T’es clairement pas prête à entendre que “tout le monde passe par là” et que “tu vas t’en remettre” alors OK, c’est la fin du monde. Mais la fin du monde n’excuse pas les miettes de biscuit dans ton décolleté de pyjama ni tes sourcils qui commencent tranquillement à concurrencer celui de Gregory Charles. Tu souffres déjà assez comme ça, pas besoin de te donner une raison de plus de pleurer, quand tu constateras en te regardant dans le miroir que les similitudes entre un cétacé en putréfaction et toi augmentent de jour en jour. Transforme ta peine en jeu. Le but est simple, tu te fais un peu cute et t’essaie de garder ton mascara intact toute la journée, sans le faire couler. C’est pas de la belle motivation ça?

Peut-être un peu d’alcool

Attention, il ne s’agit pas ici d’aller noyer ta tristesse dans 28 shots de téquila cheap. Mon point est beaucoup plus réfléchi et mécanique que ça: il suffit de garder ta bouche occupée (mais pas occupée avec le premier gars venu parce que “yolo pis toute”, pas du tout!). Favorise les bières ou les drinks avec des pailles que tu peux siroter lentement. Comme ça, si ta bouche est pleine, tu ne pourras pas appeler ton ex en le suppliant de te rependre et lui crier que le 14e essai pourrait être le bon. Ça va éviter des gaffes et des regrets qui te punchent dans le ventre le lendemain matin. 

Du courage

Parfois, même les plus braves princesses en détresse n’arrivent pas à venir à leur propre secours. C’est normal que ça soit difficile de couper par toi-même le pont qui te reliait au château de celui qui était devenu ton habitude préférée… C’est pour ça que tu dois avoir le courage de sortir de ton sombre donjon où tu commences graduellement à moisir sous tes couvertes et faire appel à tes ami(e)s chevalier(ères) qui t’aideront, entre autres, à te trouver un nouveau fond d’écran de cell bien plus cool que la photo quétaine de toi-et-lui-avec-un-doigt-dans-le-nez-de-l’autre-parce-que-vous-étiez-tellement-complices qui te fait brailler à chaque fois que tu veux juste regarder l’heure.

Un rebound

Ce qu’il y a de bien avec les bobos, c’est qu’un jour ils deviennent des cicatrices, pis ils arrêtent même de faire mal. Souviens-toi que jamais une blessure n’a guéri sans avoir passé par la phase d’être une gale vraiment dégueu. Ta peine d’amour c’est ta gale, pis pour éviter de trop la gratter, tu y peux coller un diachylon. Ça c’est ton rebound. Que ça soit un filet mignon ou un mignon garçon, l’important c’est de te trouver temporairement un petit engrais à bonheur en attendant que ta face n’ait plus envie d’être un robinet. (Ne sois pas trop pressée, ça se peut que ta boite de kleenex se vide avant toutes tes larmes. C’est correct.)

De la patience

Ce n’est pas parce qu’IL ne te prend plus dans ses bras que toi tu ne peux pas te prendre en main! On est d’accord, une peine d’amour ça brûle, mais rassure-toi, elle ne va pas nourrir ton cœur de jalapeños pour toujours. Comme pour tes papilles qui fondent quand tu manges épicé, peu importe le remède vers lequel tu te tournes, eau et pain ou doudous et comédies romantiques, le meilleur médicament, c’est le temps. Seuls les calendriers savent apaiser les cœurs brisés et il n’y a donc qu’en remplissant les cases qu’on a l’impression de changer de saison plus vite.

Voilà.

Ton baluchon est prêt? Remplace maintenant tes pantoufles par des espadrilles et essaie de marcher vers l’avant, je te promets qu’à un moment donné, tu ne penseras même plus à te retourner.

Pour lire un autre texte de Rosalie Bonenfant : “Pourquoi je veux que mon chum regarde d’autres fesses”

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up