L’effervescence de Rosemont-Petite-Patrie

Petit tour de RoPePa (comme ils disent) en six points.

URBANIA et Yimby s’associent pour vous faire découvrir toutes les merveilles du quartier Rosemont.

On s’entend qu’un appart à Montréal, c’est pas toujours abordable pour les milléniaux qui rêvent d’un trois et demi sur un 2e étage avec balcon privé et à deux pas d’un métro sur la ligne orange. Plusieurs quartiers sont alléchants pour des jeunes en quête d’un logement qui leur permet d’étudier tranquille, mais dans un arrondissement cool pour sortir et vivre sa vie de quartier. Peu de coins à Montréal offrent ces deux avantages. Rosemont-La Petite-Patrie, c’en est un.

Et il existe au moins six raisons pour lesquelles quand t’es un millenial, tu veux vivre dans la mecque des poules urbaines à Montréal.

Des bixis, en veux-tu? En v’là.

Qui dit « milléniaux » dit aussi souvent « pas une maudite cenne pour une auto pis de toute façon pourquoi avoir une auto à Montréal à 26 ans!? #AbatLaPollution ». Voilà pourquoi l’arrondissement offre probablement le plus grand nombre de bornes-BIXI au mètre carré sur l’île de Montréal. Si Venise a ses gondoles, Rosemont a ses BIXIS. Évidemment, parce qu’on vit au Québec et que c’est pas tout le monde qui veut pédaler dans la cote Sherbrooke par soir de tempête de verglas, le service BIXI n’est pas offert à l’année. Ce qui nous emmène au point numéro 2. (Si vous êtes impressionné par la fluidité des liens, c’est tout à fait normal.)

Le désavantage, par contre, c’est qu’on a vraiment pas d’excuse pour être en retard.

Transport et valeurs en commun

Ce ne sont vraiment pas tous les arrondissements de Montréal qui sont aussi bien desservis par le transport collectif. (On salue tous les étudiants de Verdun, LaSalle et Ahuntsic.) À 15 minutes d’autobus de la Rive-Sud comme de la Rive-Nord, le quartier est pratiquement au centre de l’île, ce qui rend les déplacements beaucoup plus faciles qu’un Y qui vit à Rivières-des-Prairies et qui souhaite aller chez sa blonde à Longueuil…

Les autobus sur plusieurs grandes rues passent jusqu’à très tard (Iberville, Rosemont, Beaubien) et les passages lors des heures de pointe sont fréquents et réguliers. Avec les bixis, le transport en commun et de plus en plus de signalisation pro-piétons, Rosemont-La Petite-Patrie se présente en leader des « arrondissements durables » qui essaient de limiter l’utilisation des voitures. En d’autres mots : tu passes pas inaperçu avec ton Hummer coin Masson-2ème avenue.

Proximité de toute

Parlant de la rue Masson… elle représente un bel exemple d’à quel point tu peux régler TOUTES tes commissions de la fin de semaine dans le même 500 mètres carré. Épicerie commerciale, épicerie plus fine et spécialisée, magasins en vrac, quincailleries, pharmacies, banques… absolument tous les types de commerces pratiques se retrouvent, des fois, carrément sur le même tronçon de rue. Les rues Masson, Beaubien et Bélanger en sont d’éloquents exemples. Pour ceux qui aiment régler les courses à pieds, en une heure top chrono : c’est l’idéal. Et beaucoup plus agréable que faire 20 minutes de voiture pour aller dans un grand centre d’achat à la jonction de deux autoroutes laides.

Parcs et autres vertes commodités

Quoi de mieux que de relaxer sur un banc de parc l’été avec un thé glacé et un bon livre? Ou jouer dans la neige l’hiver avec Louis-Mathis, le plus cute neveu? Non, on est pas dans une revue de Josée DiStasio mais bien dans les différents parcs qu’on retrouve un peu partout dans Rosemont. Le Parc Molson, entre autres, avec sa grande scène couverte en forme de rond sur laquelle plusieurs spectacles sont présentés tout au fil de l’année, particulièrement l’été, parce que c’est pas simple de jouer d’la basse en mitaine. Ou le Parc du Pélican avec sa piscine extérieure accessible à tous, le conteneur transformé en oeuvre d’art public, son parc à chiens et ses MOUTONS! Oui! L’été on y trouve des moutons qui broutent et qui servent à éduquer la population sur l’agriculture urbaine. Quand on peut aller jouer une game de balle-molle pendant que notre blonde se balance pis que le poodle gambade joyeusement de l’autre bord, c’est que c’est un bon endroit pour trainer son pique-nique.

*Tant qu’à parler d’espaces verts, mention spéciale aux ruelles vertes qui, à Montréal, on vu le jour dans le quartier Rosemont.

Foisonnant nightlife

Pour qu’un quartier soit attrayant pour les milléniaux, ça prend des bars. Parce que c’est pas vrai qu’on va célébrer notre promotion au travail dans une bibliothèque. Et des bars, il y en a. Ça va de la taverne country classique à la plus moderne des hypertavernes avec ses ardoises et ses drinks au basilic thaï. Et entre les deux, il y a des bars à cocktails (La Distillerie, Le Jockey) des places à bière (Le Brouhaha, La Succursale), des endroits branchés dits plus « d’ambiance » (Chez Roger, Le Quai no.4)… et les plus motivés d’entres vous pourront visiter chacun de ces endroits à pied dans la même soirée. Parce que conduire cocktail, c’est non. Mais marcher pompette, c’est oui.

La « Petite Patrire »

Les soirées d’humour ont la cote à Montréal. Et Rosemont ne fait pas exception à la règle. Plusieurs bars, dont certains mentionnés plus haut (Le Brouhaha, Le Jockey), organisent des soirées d’humour quotidiennes de haut calibre où des humoristes comme Francois Bellefeuille, Mike Ward ou encore Louis-José Houde fréquentent à l’occasion. En plus de ces deux piliers, plusieurs autres soirées et événements sont présentés notamment au Mousse Café, à la Distillerie, au Medley Simple Mal et même au Lozeau sur St-Hubert… quand un magasin d’appareils-photo organise sa soirée d’humour, c’est parce que t’es dans une place où l’offre est impressionnante. À quand une soirée dans un complexe funéraire sur Beaubien : Les mardis morts de rire!

********

Alors voilà, Rosemont c’est hot, et si jamais on souhaite s’y établir, il faut considérer l’option Yimby.

Non, Yimby n’est pas le nom d’un nouveau pokémon (ni le prénom d’une participante d’Occupation Double prof de yoga en altitude). Il s’agit plutôt d’un projet immobilier en train de voir le jour en plein cœur du quartier Rosemont à Montréal. L’idée est d’offrir des appartements idéaux faits sur mesure pour les milléniaux, le tout dans un des arrondissements les plus prisés de la métropole.

Pour toutes autres informations sur les projets de Yimby, consultez le yimbyproject.com et faites le test «Trouve ton Yimby» pour savoir quel type d’appartement offert serait idéal pour vous: êtes vous un Brad, une Sophie ou plutôt un couple comme Mathilde et Benoît?

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pourquoi les cyclistes ne prennent-ils pas les maudites pistes cyclables ?

Commencez-vous à être tannés de cette éternelle guerre entre cyclistes et automobilistes?

Dans le même esprit