Le raid sur Area 51 : quessé ça cette histoire-là ?

Quand mystères et glandage font bon ménage.

C’est bien connu, nos voisins du sud sont un peu crack-pot.

Comme si on avait besoin d’une autre preuve, le 27 juin dernier, les pages de mèmes ironiques Shitposting cause Im in shambles et Smyleekun ont lancé conjointement un événement Facebook nommé Storm Area 51, They Can’t Stop All of Us.

Jusqu’ici, tout va bien. 

Il s’agit clairement d’un projet ironique, lancé par des gens qui ont beaucoup trop de temps à perdre sur les réseaux sociaux et pas nécessairement par un Tom DeLonge, Bob Lazar ou par quiconque est vraisemblablement convaincu que les extra-terrestres existent et qu’ils sont prisonniers de l’armée américaine. 

Sauf que ça a pris de l’ampleur, cette histoire. Au moment d’écrire ces lignes, l’événement compte 1,3 million de personnes intéressées, la communauté de mèmes la plus hot en ville en est née, plusieurs vedettes, dont Keanu Reeves et Chuck Norris, ont manifesté leur intérêt et, tenez-vous bien, quelqu’un a même lancé un GoFundMe pour que le rappeur Lil Nas X donne un spectacle sur les lieux du raid. Ce qui était au départ une blague est devenu un véritablement mouvement social.

Mais qu’est-ce qui va se passer au juste le 20 septembre prochain, date prévue du raid?

Est-ce que les internautes vont vraiment se pointer à Area 51? 

Probablement pas. Tout le monde a l’air au courant qu’il s’agit seulement d’une séance de niaisage très élaborée et ça participe de bon coeur. Même la personne ayant élaboré le «plan d’attaque» a cru bon mentionner au gouvernement américain qu’il s’agissait d’une joke.

En Français: «Allo gouvernement américain! C’t’une joke et je n’exécuterai pas ce plan. J’trouvais juste ça drôle et j’pensais que ça récolterait quelques pouces sur les internets.»

Le ton des mèmes ne laisse aucun doute non plus:

Rassurez-vous. Il ne s’agit pas d’un soulèvement populaire aussi impromptu que mal planifié. C’est plus une réponse à la prolifération de Flat Earthers et de conspirationnistes de toutes sortes qui s’affirment de plus en plus fièrement sur le web, depuis quelque années. C’est bon de savoir qu’ils ne sont pas pris au sérieux. 

Qu’est-ce que les gens espèrent y trouver?

Des extra-terrestres. Area 51 est au centre d’un nombre effarant de théories du complot allant des petits bonhommes verts au contrôle de la température en passant par le voyage dans le temps. Cette base militaire aux activités hautement secrètes est perçue, pour une raison X, comme un haut lieu de la vérité. Un endroit où le gouvernement américain garde jalousement son savoir sur nos origines. 

C’est un symbole d’oppression pour la personne pas vraiment opprimée. 

Qu’est-ce que les gens vont réellement y trouver?

Votre guess est aussi bon que le nôtre. Probablement des choses bien plates et dangereuses à savoir. Officiellement, Area 51 fait de la recherche en aviation et c’est probablement ça qui s’y passe. 

Une partie de la réputation d’Area 51 est due au grand nombre de signalements d’objets volants non-identifiés provenant dans son espace aérien, mais t’sais… quand tu fais de la recherche ultra-secrète sur des avions, le monde est porté à les prendre pour des OVNIS. La plupart des signalements sont d’ailleurs attribuables au modèle OXCART:

Ainsi qu’au modèle NERVA:

Que va-t-il se passer, le 20 septembre?

Écoutez, on vit dans une société capitaliste. Donald Trump est président des États-Unis. Quelqu’un à quelque part va essayer de faire une passe d’argent. Il risque d’y avoir un événement quelconque. Maintenant, à savoir si ce sera nos pauvres mèmeurs ou genre, Coca-Cola, qui se fera le pactole… votre guess est aussi bon que le nôtre.

Pour l’instant, c’est juste drôle. C’est rare d’avoir des mouvements rassembleurs comme celui-ci en 2019. Apprécions la douce folie collective pendant qu’elle passe.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

New York veut notre électricité pis on va être riches, beubé !

Aussi, Joe Biden se lance dans la course (soupir) et Fitzgibbon met sa propre tête sur le billot.