Le petit lexique des trésors gastronomiques de la Gaspésie

Bien connaître ses fruits de mer gaspésiens, c'est un devoir de citoyen québécois.

URBANIA et Tourisme Gaspésie s’associent afin de vous présenter un top 6 des produits de la mer qui donnent le goût de s’acheter un shack à Matane.

Relier la Gaspésie aux fruits de mer, c’est un cliché. Mais un cliché qui goûte mauditement bon avec un bucket de beurre à l’ail. Pourquoi ne pas plonger dans le vif du sujet comme on plonge dans une assiette de crevettes-cocktails trop rapidement pendant un 5 à 7?

Petit lexique gastronomique gaspésien à décortiquer sans avoir besoin de pinces.

Le homard

À tout seigneur tout honneur, LE produit par excellence de la péninsule gaspésienne, c’est pas Yoan de La Voix, mais bien le homard. C’est plus fort que nous : aussitôt qu’on arrive sur la 132 qui longe le Fleuve, on se met à avoir une envie soudaine de beurre à l’ail. Le homard est à la Gaspésie ce que la baguette est à la France : le classique des classiques. Même si ça prend une demie-livre d’outils en métal pour extirper la chair tant convoitée, c’est pas grave, ça fait un peu partie du processus de se couper le bout d’doigt avec un éclat d’pince mal affuté. On reconnait le homard de la Gaspésie grâce à un système de traçabilité et d’identification officielle dans les épiceries du Québec alors n’hésitez pas à demander la provenance parce que si vous vous fiez juste à l’accent, ça se peut que vous attendiez longtemps.

Le crabe

Petit cousin du homard, le crabe se distingue de son cousin par sa chair plus fibreuse et sa démarche de gars qui se lève du bol de toilette les culottes aux chevilles pour aller prendre un nouveau rouleau dans l’armoire. Les boites à lunch en Gaspésie sont plus sexy juste parce qu’on peut y mettre un sandwich au crabe au lieu d’un 5298ème wrap au jambon mouillé. Même si ça prend beaucoup de travail juste pour aller chercher les p’tits filaments dans l’fond des pinces, chaque bouchée avalée vaut chaque sacre prononcé.

Les crevettes

Les crevettes de Matane font autant partie du patrimoine québécois que le fleuve St-Laurent ou Robert Charlebois. Aussi appelées « Crevettes nordiques », elles sont petites, très goûteuses et donc parfaites pour incorporer dans plusieurs plats, allant de la pizza aux fruits de mer jusqu’à la soupe miso, en passant par les brownies au fudge. OK, le troisième est pas vrai,- mais avec la créativité des chefs de la région, ce serait pas surprenant que ça arrive d’ici peu.

Guédille au homard

Y’a pas que les fruits de mer qui sont spectaculaires en Gaspésie, les plats qui en sont inspirés aussi. La guédille est certainement son plus poétique exemple. Genre d’hybride entre un hot-dog et un sandwich au thon, la guédille offre une alternative parfaite pour manger à l’extérieur, parce que c’est beaucoup plus ergonomique à transporter qu’une soupe, mettons. À essayer dans un des nombreux casse-croûtes de bords d’autoroute aux noms aussi raffinés que La Guédille à Ti-Guy. 

Spaghetti aux fruits de mer

Parce que tant qu’à rendre hommage aux fruits de mer, aussi bien toute les sacrer dans le même plat de pâtes pis rajouter de la sauce crémeuse par-dessus. L’important, c’est pas les fruits de mer dedans, c’est la quantité de fruits de mer… parce que tu veux pas tomber de temps en temps sur un bout d’crevette entre 4-5 bouchés d’pâtes trop salées. Non. Tu veux, de temps en temps, tomber sur une pâte entre 4-5 pétoncles parfaitement cuits.

La chaudrée de palourdes

Le repas par excellence des amoureux de fruits de mer. Le classique parmi les classiques. La clam chowder de la Nouvelle-Angleterre version Chandler en Gaspésie. Une chaudrée de palourdes, c’est une soupe crémeuse avec, initialement, des morceaux de palourdes, mais avec maintenant pas mal tout ce qu’on peut énumérer dans une liste de fruits de mer. Homard, crabe, pétoncle, bourgot, morue (why not?)… une chaudrée de palourdes peut rapidement devenir une chaudrée de pas mal n’importe quoi. Et c’est toujours aussi réconfortant qu’un calin de grand-mère à la forte poitrine. Le slogan de la Gaspésie devrait être Chaudrée dont du venir avant.

C’est pas comme si on manquait de raisons d’aller visiter la Gaspésie. Les paysages à eux seuls suffiraient à convaincre un aveugle de s’y installer. Mais la gastronomie fait de la région une des plus particulières de toute la Province avec des spécialités basés sur les fruits de mer et toutes ses déclinaisons. On ferait plus confiance à un fish n chips de Gaspé que de Thetford Mines, me semble. Et bien si vous avez la chance de faire la route pour vous rendre en Gaspésie cet été, arrêtez un peu partout le long du chemin dans des casse-croûtes de bord de route. Et tant qu’à être en Gaspésie, prenez le temps de vous payer un bon resto.

Cliquez ici pour en savoir davantage sur la Gaspésie!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Est-ce qu’un carnivore peut se plaire dans une cabane à sucre végétalienne ?

Incursion dans le monde des cretons sans viande et des fèves au «pas de lard».

Dans le même esprit