Le lipdub de l’UQAM a 10 ans : le youtubeur Fred Bastien revient sur sa participation

Notre collaborateur s'est enregistré pendant qu'il réécoutait le lipdub pour la première fois depuis tout ce temps.

Aujourd’hui marque le 10e anniversaire de la mise en ligne sur Facebook du fameux lipdub produit par les étudiants en Communications de l’UQÀM en 2009. Pour «célébrer » cet anniversaire, mais surtout pour savoir quelles leçons on pourrait tirer de cet événement, on a demandé à notre collaborateur et ex-participant du lipdub Frédéric Bastien-Forrest de nous raconter son expérience. Il a fait bien mieux, lui qui n’avait jamais revu le fameux vidéo, a filmé sa réaction en le revoyant pour la première fois depuis toutes ces années.

Soyons honnêtes : la force du lipdub, c’était surtout de mettre en scène des jeunes étudiants/étudiantes très esthétiques, #daydrunk et en train de se magasiner un one-night. Qui ne voudrait pas regarder ça? Ce lipdub, c’est à la fois un trainwreck et du beau monde qui a du vrai fun. QUESS TU VEUX D’PLUS? Ça résume bien mon bac.

Oui, le lipdub, c’est pratiquement un documentaire sur les initiations en Comm à l’UQAM.

Oui, le lipdub, c’est pratiquement un documentaire sur les initiations en Comm à l’UQAM. Ce marathon d’une semaine est à la fois un rallye et une compétition entre les différents groupes de l’école des médias. Des « arbitres zébrés », autrefois appelés « putes zèbres », lancent des défis facultatifs en échange de points imaginaires. C’est précisément le jeudi après-midi, assez tard pour que les gueules de bois se pointent et assez tôt pour ne pas empiéter sur la douce beuverie du soir que le Lipdub se filma.

Et avant qu’on commence à paniquer et à lever le drapeau du bon goût lors d’initiations universitaires : lorsque je suis entré à l’UQAM, et qu’on m’a initié, un an avant le lipdub (2008), les organisateurs se vantaient déjà de ne pas s’abaisser à « se beurrer de moutarde comme les étudiants en médecine » ou à « forcer les gens à se rentrer des balais dans le cul comme à McGill ». Non, les initiations en Comm à l’UQAM, c’est autre chose. Nos slogans étaient « le calage est illégal » et « sans oui, c’est non ». On était aussi déguisés en personnages sexualisés de Toy Story. L’UQAM.

Même si ton rôle, c’est de faire un « chin » en marmonnant de manière enthousiaste des paroles surtout célébrées pour leur sonorité accessible.

Mais avant d’aller plus loin, il faut parler des étudiants en comm. Si tu choisis d’étudier en Comm à l’université, je peux te promettre deux choses : tu ne te prends pas pour de la marde, et tu ADORES l’attention. Facts. Quand vient ton temps de performer pour la caméra, t’es prêt. Même si ton rôle, c’est de faire un « chin » en marmonnant de manière enthousiaste des paroles surtout célébrées pour leur sonorité accessible. Juste réunir 20 étudiants en Comm dans la même pièce et poser une question ouverte, c’est dangereux. D’ici 4 minutes t’as un débat, deux clans, un confessionnal pis 3 filles qui vont un jour s’inscrire à OD à cause de ta question. Y’a d’ailleurs du monde dans le lipdub qui travaillent maintenant sur OD. P-p-p-party everyday, right Ada? 

Selon mes souvenirs, y’a du monde dans le lipdub qui travaillent pas mal partout, dans toutes sortes de domaines. C’est great. Ça doit faire au moins 9 ans que je n’ai pas regardé le lipdub. Aujourd’hui, pour URBANIA, devant vos yeux ébahis, je vais retenter l’expérience. À l’instant. En réagissant à la vidéo, comme le bon YouTubeur que je suis.

(suite) Wow. On vit dans un monde où un dude qui écoute une vieille vidéo de lui et ses chums à l’université = du contenu rémunéré. La vie pareil, hein. Qu’est-ce que ça m’a apporté, le lipdub?

•Un argument de plus quand je disais que le futur de la télé, c’était le web. En 2009, cette opinion n’était pas populaire.

•Un moment de plaisir, #DayDrunk dans une loge avec des amis à jaser de la vie et de VJ Recherché. À attendre notre tour pour faire notre bout.

•Un lien de séparation de moins avec Fergie (pas mal sûr que si je la croise un jour et que je dis « I was in the lipdub », je vais au moins avoir droit à un sourire). J’espère aussi croiser will. i.am un jour, pour d’autres raisons (il est un génie musical et technologique [lien cliquable]).

•Un genre de mini-fame auprès des employés de MusiquePlus quand j’ai commencé VJ Recherché, parce que j’étais dans un clip qui était vu des millions de fois sur internet, alors que les émissions des chaînes spécialisées québécoises ne font pas vraiment ces cotes d’écoute.

•Une sacrée bonne histoire quand mon père, sur un bateau en Allemagne, m’a appelé pour me dire que le couple qui soupait avec lui me connaissait très bien puisque leur enfant de 5 ans écoutait le lipdub TOUS LES JOURS DEPUIS 1 AN.

•Une belle occasion de revisiter avec nostalgie la frénésie de mes années d’études tous les 10 ans. On se reparle au 20e, la gang!!!

P.S. LOL à tous les jeunes fans qui m’ont écrit à l’époque pour me dire qu’ils ont choisi d’étudier en Comm grâce au lipdub. Ils ont maintenant une carrière fructueuse dans notre industrie (I see you! GG).

Pour réécouter ce chef-d’œuvre : 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up