Le guide ultime pour baiser en auberge de jeunesse

Explorer sa sexualité, un lit superposé à la fois.

Que vous soyez en couple ou célibataire, rester en auberge de jeunesse, c’est le meilleur moyen de voyager pour pas cher tout en rencontrant d’autres backpackers. Le downside, c’est le manque flagrant d’intimité. Tous ceux qui ont déjà voyagé en hostel ont été confrontés (en réalité ou dans leurs pensées) à la fameuse question des rapprochements. On s’entend, un hostel, c’est comme Occupation Double sans les caméras. Tu enfermes un paquet de monde en quête de sensations fortes ensemble, loin de leur quotidien, loin du regard de leurs proches, loin de leur zone de confort et tu les entoures d’activités qui incitent à socialiser. Résultat : quelqu’un va finir par s’envoyer en l’air, plus d’une personne, et plus d’une fois. Voici des trucs de pro pour vous aider à gérer votre libido à l’autre bout du monde.

Choisir son heure

On va se le dire, c’est pas cool d’entendre les gémissements d’une Anglaise saoule à 2 heures du matin qui s’est ramené un Australien dans le dortoir. Si vous avez la malchance d’être dans le même lit superposé qu’eux, préparez-vous à vivre un moment « inoubliable ».

Si toutefois vous êtes dans le rôle inverse, celui d’avoir rencontré un.e prince.sse charmant.e et que le seul endroit apparent où vous pouvez consommer votre amour de voyage, c’est votre dortoir, on vous conseille de viser les périodes où il y a le moins d’achalandage. Si vous restez dans un party hostel, pensez à utiliser le dortoir entre 21h et 23h pendant que vos camarades de chambre viennent de quitter pour la soirée. Vous pouvez aussi viser entre 11h et 16h en mode « siesta coquine » quand tout le monde est en train de visiter de quoi à l’extérieur de l’auberge, mais méfiez-vous des gens de ménage, c’est souvent à ce moment qu’ils font leur visite.

« Silence, on baise. »

Si malgré tout, vos hormones prennent le dessus et que vous voulez copuler en étant conscients qu’il y a d’autres amis dans le dortoir, optez pour des positions moins bruyantes et qui ne nécessitent pas de grands mouvements. Au doggy style on préfèrera la petite cuillère #spooning.  Gardez en tête qu’un bunk bed, ça bouge facilement. Choisissez le lit du bas qui permet plus de prises pour s’agripper et a la possibilité d’accrocher au frame une couverture ou un paréo pour bloquer les regards des curieux. Pensez aussi à étouffer vos cris, un oreiller dans la face au besoin (mais pas longtemps pour éviter que ça ne tourne au drame). Il y a toujours l’option de faire jouer de la musique sur votre cell pour camoufler vos respirations haletantes, mais ça peut aussi éveiller les soupçons ou déranger encore plus.

Si vous ne pensez pas pouvoir contrôler vos coups de bassins, optez pour des avenues plus silencieuses : cunni, fellation, masturbation seront vos meilleurs amis. Ces solutions plus subtiles vous permettront potentiellement de moins vous faire détester des autres backpackers.

Interlude protection

La plupart des auberges de jeunesse ont des distributeurs à condoms ou en vendent à la réception. C’est clair que ça peut être malaisant à demander, mais vaut mieux être « safe » que « sorry ». Dans certains pays, où la prévalence du VIH/SIDA est particulièrement élevée, les auberges de jeunesse donnent gratuitement des condoms dans les salles de bain. En voyage, les gens « partagent » plus qu’à l’habitude, et ça inclut aussi les maladies, alors soyez smart.

Se louer une chambre privée

En parlant d’être responsable, la plupart des hostels ont des chambres privées. Ça coûte un peu plus cher, mais quand on est en couple, à long terme ou très très temporairement, c’est essentiel à un certain point pour un moment d’intimité. Si vous êtes célibataire, vous pouvez voir ça comme un investissement, à condition d’être confiant que vos probabilités sont élevées d’en profiter avec quelqu’un que vous n’avez pas encore rencontré, un long shot comme on dit.

Et si c’est plutôt une rencontre imprévue qui date d’il y a quelques minutes au bar de l’hostel, il n’est jamais trop tard pour demander une chambre privée même à 2 heures du matin. En plus, vous pourrez sûrement négocier le prix.

Rooftop, piscine, TV room, salle de lavage et placard du concierge

Votre nouvelle flamme et vous êtes trop cheap pour vous louer une chambre privée et trop pudique pour forniquer dans le dortoir? Pas de problème. Les esprits libres trouveront refuge dans les endroits communs de l’auberge : hamacs, piscine, salon, salle à manger, terrasse, salle de lavage, place pour entreposer les bagages, cuisine, bureau du staff et même placards des gens de ménage. Le rooftop est clairement le grand gagnant des endroits les plus mémorables où se culbuter : le grand air, la vue panoramique et les étoiles dans le ciel! Assurez-vous quand même que la voie est libre avant de passer à l’action.

Attention aux caméras

Rappel : il y a des caméras de sécurité pratiquement partout dans les espaces communs des hostels. Soit vous faites un bon travail de repérage et profitez des angles morts, soit vous assumez votre côté pornstar et vous leur en donnez pour leur argent. Pas game de leur faire un thumbs up à la caméra. Ça va peut-être vous choquer, mais les employés d’hostel vous le diront, ça existe des collections privées de ‘’sex tapes’’ des guests. Vous allez probablement vous faire renvoyer, mais votre exploit perdurera.

Salle de bain, douches et toilettes

Imaginez un monde libre sans surveillance vidéo, bienvenue dans les salles de bain des auberges de jeunesse. Certaines sont mixtes, d’autres non; votre complice et vous devrez vous faufiler dans une cabine. Le jet d’eau a le chic de pouvoir camoufler les sons, mais attention, c’est souvent glissant. Les douches et toilettes sont définitivement une option solide, mais pour une p’tite vite seulement. Si vous avez le goût de vous perdre dans une bulle de phéromones pendant des heures, va falloir trouver autre chose.

Si le staff vous pogne, c’est grave?

Oui et non. En théorie, ils peuvent vous expulser de l’auberge, mais en pratique, les gens qui travaillent en auberge sont au courant qu’il y a du sexe dans la place. Ils peuvent fermer les yeux à condition que ça ne dérange pas les autres invités.

Point bonus : les employés d’auberge sont souvent des voyageurs. Ils ont probablement testé tous les spots. Si vous finissez par craquer pour le séduisant gars (ou la fille) de la réception, vous aurez probablement accès aux meilleurs.

Choisissez bien votre type d’hostels

Certaines auberges se positionnent comme des party hostels, où on fait beaucoup le party (!) et où les débouchés sexu ne sont pas rares. Mais si vous cherchez un moment calme et romantique avec votre douce moitié, vous devriez peut-être choisir autre type d’auberge. Il y a aussi des auberges pour les gays et lesbiennes. Dans tous les cas, assurez-vous de bien lire les reviews pour gérer vos attentes.

Résidents de l’auberge vs Non-Guest

Si votre partner et vous ne restez pas dans la même auberge de jeunesse, c’est là que ça se complique! La majorité des hostels n’acceptent pas que les visiteurs se rendent dans les chambres de leurs résidents. Votre conquête Tinder va peut-être devoir s’enregistrer, espérons qu’elle a son passeport avec elle.

Des idées créatives à l’extérieur de l’auberge

Si cette personne n’a pas son passeport, a-t-elle un char? Si oui, bingo, vous aurez votre havre d’intimité sur la banquette de sa voiture en mode Grease.

Sinon ne vous limitez pas à l’auberge! Playa, beer garden, forêt, piscine, parc, restaurant, gym, «love hotel»…

Oui au sexe en hostel

Le sexe en voyage, ça ne devrait pas être tabou! Tant mieux si vous rencontrez quelqu’un avec qui vous avez le goût de partager des fluides le temps d’une nuit ou, qui sait, toute une vie. L’important, c’est de ne pas imposer quelque chose qu’on n’aimerait pas recevoir. Ne soyez pas le ou la douchebag qui baise en hostel sans être conscient des autres.

+++

Emilie et Safia voyagent à temps plein depuis plus de 5 ans, elles ont exploré plus de 65 pays et racontent leurs aventures dans leur magazine web Nomad Junkies. On les suit ici!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Chaque matin, sourire aux lèvres, micro à la main, je vous mentais

L'ancienne présentatrice météo de Salut Bonjour! Joanie Gonthier n'était pas celle que vous pensiez.

Dans le même esprit