Le bruit d’un baiser dans le cou

S’il y a un jour où je n’offre pas de fleurs, je n’invite pas ma blonde au restaurant et j’évite le chocolat, c’est bien aujourd’hui. La Saint-Valentin*.

« Amour », tous les paroliers de chansonnettes vous le diront, ça rime avec « toujours ». Avec « jour », avec « lourd » et avec « four » aussi, c’est vrai. Mais, selon les experts en fleurs bleues, ça marche mieux avec « toujours ».

Alors, pourquoi célébrer l’amour seulement une fois par année?

Je suis certain que vous y aviez pensé. Mais vous vous êtes quand même encore laissé entraîner par le tourbillon des traditions et le poids des conventions. Votre moitié n’aurait pas accepté que vous passiez la soirée de Cupidon à regarder les révélations navrantes d’Alain Gravel à Enquête ou les pirouettes de La fièvre de la danse à TVA. Vous avez donc réservé une table pour deux, vous avez acheté une boîte de chocolat en forme de cœur, vous avez peut-être même emballé des huiles de bain dans un paquet rouge ou acheté une paire de billets pour le bal des amoureux en espérant que la soirée dansante finisse en nuit de transe.

Le 14 février est une autre de ces dates commerciales qui font avant tout le bonheur des commerçantes et la joie des boutiquiers.

Même les bons sentiments se marchandent en trois versements égaux.

Vous aurez pourtant encore l’occasion demain, et tous les jours qui suivent jusqu’au 14 février 2014, de célébrer l’amour, de le partager, de l’étreindre et même de le faire. Les restaurants auront encore un tas de tables pour deux à vous proposer, les fleuristes auront tout le temps de vous concocter un bouquet à la mesure de votre passion et les facteurs pourront allègrement glisser entre les factures et les circulaires vos petits billets doux qui font rimer « Bisous dans le cou » avec « Je t’aime comme un fou ». Profitez-en!

Si vous tenez vraiment à vous lancer aujourd’hui sur le chemin tortueux des amoureux, je ne peux trop que vous conseiller l’idée touchante de Patsy Van Roost, une artiste du Mile End qui a dressé la cartographie in situ des histoires d’amour. Ça vaut, je crois, le détour (tiens, un autre mot qui rime avec amour). Les amoureux du Mile-End ont donné à l’artiste leurs recettes pour que l’amour éclose. Et Patsy a créé des petites pancartes qui sont installées là où l’amour fleurit. Ça change du repas gastronomique en tête à tête ou du chocolat trop sucré. Une belle histoire à suivre aussi sur Twitter (@AmourMileEnd) où toutes les 10 minutes des petits mots d’amour, des secrets et des recettes seront postés.

Pour ma part, j’ai emmené mon amour faire un tour sur Big Sur…. Tiens, ça rime encore mieux que « toujours »…

*Mon amour, te voilà prévenue.

Et c’est ici pour suivre @pascalhenrard sur Twitter

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up