La sexcam à un nouveau niveau

Qu’on se le dise d’entrée de jeu, je ne suis pas tombé sur Mistress Harley lors de divagations weird sur Internet, une froide soirée de janvier, recroquevillé devant mon ordinateur. C’est plutôt en errant à travers le site Dazed and Confused que j’ai découvert la «domination high-tech».

Le site portait en tout cas bien son nom, j’étais médusé et confus à la lecture de cette histoire. Je préfère également préciser tout de suite que ceci est très sérieux.

Mistress Harley, de son nom de scène, est l’inventrice de la «techdomme», la domination high-tech.

Depuis son domicile, Mistress Harley prend le contrôle total de l’ordinateur et du mobile de ses clients, pour en faire CE QU’ELLE VEUT.

Des clients ont pour fantasme d’avoir leur activité en ligne entièrement contrôlée, le business marche d’ailleurs très bien car Mistress Harley est présentement en train de former de nouvelles recrues. Une option à considérer si tu veux quitter ta job et travailler de la maison.

Moyennant 90$ par jour, la «Techdomme» peut satisfaire leurs fantasmes de chantage financier, 90$ c’est juste un petit début. Elle a même développé une application!

C’est Harley elle-même qui s’est donnée ce surnom de «Techdrome» car elle a développé les programmes et l’application nécessaire de son propre chef. De son utilisation ingénieuse de la technologie, qu’elle a adaptée au business extra-juteux des sexcams, Mistress Harley est la précurseur d’un nouveau genre d’expérience sexuelle. Entre chantage financier, domination sexuelle et dégradations.

Elle ne rencontre jamais ses clients, elle travaille depuis la maison et affirme gagner autour de 4 000$ par jour!

Parmi le catalogue de services proposés par Mistress Harley à ses clients, on trouve de tout : de la domination basique à un blackmail très vicieux, à la limite du légal: J’ai classé son offre par ordre croissant du gentil WTF au gros WTF.

– Mettre le contrôle parental sur l’ordinateur.
– Empêcher l’utilisation de l’ordinateur après une certaine d’heures.
– Bloquer le contrôle à certains sites, comme Facebook.
– Géolocaliser son client.
– Lire les messages du client et écrire à sa place.
– Prendre le contact de sa famille, sa femme ou ses enfants. Et si le client ne répond plus, Mistress Harley fait du chantage avec la famille.
– Se servir directement dans le compte en banque du client, pour refaire ses seins par exemple.
– Divulguer des photos compromettantes du client sur Internet.
– La «techdomme» tient également à jour le «loser wall of fame», une page regroupant des photos très NSFW (et safe pour rien du tout d’ailleurs) de ses clients.

Et si les clients ne veulent pas qu’une photo NSFM soient envoyer à leur grand-mère, alors il devra payer (NSFM = Not Safe For Mamie).
Si le client veut retrouver son accès à Facebook, il devra payer.
Si le client veut arrêter de jouer, il va payer EN MASSE.

Cette pratique sexuelle peut être surprenante: un mélange de chantage, doublé d’extorsion et d’invasion de la vie privée. Cependant, si c’est fait entre adultes consentants, y’a rien à dire! De fait, les clients acceptent et signent un contrat légal at fisrt, autorisant Mistress Harley à faire tout ça. Have fun!

Pour lire un autre texte de Fabien Kerneis : « Apparemment le pape rêvait d’un cheeseburger ».

——

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Sans oui, c’est non pour toi aussi, Katy Perry

Flirter, c’est proposer. Ce n’est pas « imposer » ni « insister ».

Dans le même esprit