La leçon de l’esti de gros rat dégueulasse

Parfois, ça prend un gros criss de rat dégueulasse pour nous enseigner quelques petites leçons, aussi traumatisantes soient-elles…

Y’a pas grand chose dans la vie qui me fait plus rire que de faire peur à quelqu’un. J’peux passer des heures sur YouTube à regarder des compilations de gens qui hurlent leur vie. J’aime que l’égo disparaisse quand t’as peur. Tu peux ben être la reine d’Angleterre, si j’te lance une araignée dessus, tu vas crier pis sauter partout comme une folle pareil…

Ma maman a toujours eu une phobie des serpents. Si elle feuilletait un magazine et qu’elle tombait sur l’image d’un serpent, elle garrochait le magazine au bout de ses bras. Un serpent apparaissait à la télé? Elle sortait du salon. Je l’ai déjà surprise à pleurer en p’tite boule derrière le sofa. Ça m’faisait tellement rire. j’avais aucune compassion. J’trouvais juste ça drôle.

GOOD MORNING, BITCHES

J’travaille pas aujourd’hui. Il est 8 heures du matin et j’suis encore dans mon lit comme une torche. J’suis bien. J’suis presque zen. Ça sonne alors à ma porte. ESTI QUE ÇA M’INSULTE. J’ai des crottes de yeux, j’ai un semi qui s’énarve dans mes bobettes pis j’pue d’la yeule, pis là soudainement, j’dois avoir une interaction sans avertissement avec un inconnu? Great.

L’exterminateur entre et fait le tour de mon appartement. Il ne trouve rien. Pas de trou, pas de p’tit caca de rat. Fuck all. J’me sens presque fier.

J’vais ouvrir. C’est ma voisine d’en bas. « Excuse-moi de te déranger, mais on a un problème de rat dans notre appartement et on se demandait si tu en avais toi aussi ». Les jambes me lâchent. Des rats, tabarnak! Mon pire cauchemar. J’lui réponds que non, j’en n’ai pas, mais que je l’encourage fortement à TOUTE LES TUER À COUPS DE PELLE.

Quelques heures plus tard, alors que j’suis sul’bol en train de vivre un p’tit moment de quiétude, ça sonne de nouveau à ma porte. CIBOIRE. Pas moyen que ça sonne quand j’me sens beau pis glorieux. Nanon, soit j’viens de me lever avec mon semi, soit j’suis en train d’chier. C’est l’exterminateur qui sonne. J’lui ouvre. Il m’informe que l’appartement du haut ainsi que celui du bas ET celui d’à côté sont TOUS envahis par des rats. GUUUURL, j’suis encerclé! L’exterminateur entre et fait le tour de mon appartement. Il ne trouve rien. Pas de trou, pas de p’tit caca de rat. Fuck all. J’me sens presque fier. Comme si on avait l’appartement le moins trash du bloc. EXCEPTIONNELS, C’EST ÇA QU’ON EST.

L’ENFER EST PAVÉ DE GROS RATS SALES

L’exterminateur me demande si c’est correct qu’il mette un piège dans ma cuisine quand même, au cas ou. J’hésite parce que j’ai peur de les attirer davantage de cette façon mais il me rassure que non. En installant le (gros criss) de piège, il en profite pour m’expliquer un peu comment ça fonctionne, un (esti) de rat. Il m’explique qu’ils vivent dans les égouts et que c’est par là qu’ils accèdent à nos appartements. Ils peuvent mesurer autour d’un pied de long (QUOI) et sauter environ 1 mètre de haut (RE-QUOI). Ils peuvent être agressifs, trainent plein de maladies et parfois, ils font leur nid dans les murs de nos appartements pour protéger leurs bébés des autres rats qui risquent de venir les manger PARCE QU’ILS SE MANGENT ENTRE EUX, LES TABARNAK. Créatures du démon.

Il m’explique aussi que notre sortie d’égout est probablement brisée et que tant qu’elle ne sera pas réparée, les rats pourront entrer dans notre immeuble comme ils veulent. Yeah. Il m’avertit de ne pas mettre de poison parce que contrairement aux souris, nos rats sont trop gros et même avec un poison spécial, s’ils meurent dans nos murs, ça va sentir la dompe. L’exterminateur me souhaite bonne chance et quitte.

QUE DIEU AIT MON ÂME

Les jours passent… J’suis sul’ gros nerfs. Tous nos voisins doivent tuer plusieurs gros criss de rats dégueulasses par jour. Mon chum me dit qu’il les entend se promener dans nos murs. Je porte maintenant des bottes qui me montent jusqu’aux genoux dans l’appartement. Chaque fois que j’entends un p’tit bruit, le cœur me lâche. J’évite la cuisine comme la peste. Je songe porter une couche pour dormir parce que chaque fois que j’vais faire pipi la nuit, j’ai peur de sentir une grande queue écoeurante de rat m’frotter le bord du pied. Je ne regarde jamais en direction du piège, sachant pertinemment que si j’y vois un gros rat mort, j’mets l’feu à l’appartement.

Je ne regarde jamais en direction du piège, sachant pertinemment que si j’y vois un gros rat mort, j’mets l’feu à l’appartement.

Le piège diabolique dans ma cuisine est toujours intact. Aucun rat. J’commence presqu’à le prendre personnel. Peut-être que c’est des rats homophobes… Ou qu’ils n’aiment pas ma bouffe? Gang de p’tits assholes. J’croise ma voisine dans le hall d’entrée en allant prendre mon courrier. J’lui demande comment ça s’passe de son côté avec ses rats. Elle semble fatiguée sur un moyen temps. «J’suis entrée dans ma cuisine hier soir et il y avait plein de sang pis de marde partout sur mon plancher», qu’elle me dit. «Un rat gigantesque était pris dans le piège mais n’était pas mort et il était PISSED. Il se pitchait partout. J’savais pas quoi faire et j’ai paniqué donc j’me suis mise à sauter dessus comme une esti de folle pour l’achever!» Ma voisine survivrait jusqu’à la fin dans un film d’horreur…

SURPRIIIISE!

Par un beau matin ensoleillé, alors que j’finis d’manger ma p’tite toast dans cuisine, je regarde en direction du coin sombre où se trouve le piège. Hein? On dirait qu’il a changé de place. M’semble que AAAAAAAAAAAHHHHHH!!!! HORREUR! DOUX JÉSUS DE L’EUCHARISTIE! UN RAT. UN GROS CRISS DE RAT! WHY GOD WHY!?! Je sors de la cuisine en volant presque pour passer le plus loin possible du rat. J’SUIS EN DANGER DE MORT.

Je saute sur le sofa du salon, le plancher étant maintenant une zone dangereuse. J’me sens pu les extrémités du corps. Je texte frénétiquement mon chum. Il me dit de prendre une photo du rat. REALLY? Too bad mon gars parce que je ne retourne plus jamais dans la cuisine. J’ouvre une fenêtre pour ne pas être dans le même air qu’un rat mort et je retourne rapidement sur le sofa. Une heure passe et je n’ai pas bougé… J’me déteste. J’me trouve con. Esti de moumoune. Qu’est-ce que je fais?? J’peux-tu appeler le 911 ou ils vont m’envoyer chier?

FAIRE UN HOMME DE MOÉ? NON, TENTE PAS

J’attends des heures pour être certain qu’il soit mort et FRETTE et j’me décide enfin à retourner dans la cuisine. Avec mes grosses bottes aux pieds, le visage dans mon chandail (aucune câlice d’idée pourquoi j’me sens plus safe avec un chandail dans la face) et armé d’un balais, je marche lentement vers la cuisine. J’prends une grosse inspiration et je me retourne en direction du piège. Le rat est toujours là. Mort. Esti qu’il est dégueulasse. Il n’est probablement même pas mort à cause du piège, juste mort de dégueulassitude. J’peux pas m’approcher. J’peux juste pas. J’essaye par tous les moyens. Par tous les angles. J’ose même pas le toucher avec le balais… Fuck that.

J’appelle l’exterminateur. Il répond. Il me dit de ne pas laisser le rat mort sur le sol trop longtemps, sinon d’autres rats risquent de venir le grignoter. JESUS CHRIST.

J’appelle l’exterminateur. Il répond. Il me dit de ne pas laisser le rat mort sur le sol trop longtemps, sinon d’autres rats risquent de venir le grignoter. JESUS CHRIST. J’lui dis que je ne comprends pas par où il est entré, qu’on n’a aucun trou dans notre appartement… Il me dit alors quelque chose qui changera ma vie à tout jamais… Il me dit que parfois, les rats entrent dans les appartements… par… les… toilettes. LES TOILETTES. Depuis, je chie en position squat. Les cuisses me chauffent et j’suis rendu avec les jambes de monsieur univers mais j’men criss.

LES P’TITES BIBITTES NE MANGENT PAS LES GROSSES

C’est l’exterminateur qui est venu enlever mon rat. J’ai jamais été capable. J’ai honte. J’suis désolé, ma p’tite maman. Promis que je ne rirai plus jamais de toi avec tes serpents. En plus, les serpents, ils mangent les rats. Clairement que ta phobie est plus badass que la mienne.

Ma p’tite maman, j’te laisse sur un extrait d’une de mes fables préférées de La Fontaine. Peut-être que si on se la répète assez souvent, maman, on va apprendre à se calmer les nerfs… L’accoutumance ainsi nous rend tout familier. Ce qui nous paraissait terrible et singulier, s’apprivoise avec notre vue, quand ce vient à la continue. J’en sais beaucoup de par le monde à qui ceci conviendrait bien. De loin, c’est quelque chose et de près, ce n’est rien.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre à l’hétéro qui couche secrètement avec d’autres hommes

URBANIA s'associe à "Prêt pour l'action" afin de rappeler aux hommes hétéros l'importance de se faire dépister, peu importe où ils sont allés jouer!

Dans le même esprit