Louis Robert

La business du stress

Coup d’œil sur cinq succès commerciaux bâtis sur la promesse de nous calmer.

 

Pendant qu’on se ronge les ongles, d’autres se frottent les mains. Car notre stress collectif ne libère pas juste beaucoup de sueur, mais aussi un énorme potentiel d’affaires. 

LE FIDGET SPINNER

En 2017, cette petite toupie à main censée procurer concentration et apaisement a viré l’industrie du jouet à l’envers. Sa popularité a explosé de façon virale et inattendue dès le mois de février, propulsée entre autres par YouTube. Des manufacturiers chinois et de petits revendeurs astucieux se sont dépêchés d’inonder le marché par l’entremise d’Amazon, tandis que Walmart et Toys “R” Us, pris de court, faisaient des pieds et des mains pour remplir leurs étagères avec l’hallucinant bidule. Lorsque ces géants de la consommation ont enfin mis le fidget spinner sur leurs tablettes, en mai 2017, la popularité du gadget avait déjà amorcé sa descente.

LA COUVERTURE LESTÉE

La couverture lestée — qui exerce un poids sur le corps — est utilisée depuis longtemps auprès d’enfants autistes pour son prétendu effet calmant. En 2016, une jeune entreprise américaine en a imaginé une version grand public : la Gravity Blanket, remède annoncé au mauvais sommeil, au stress et à l’anxiété, est née à ce moment-là. Depuis, elle a généré des ventes de 15 millions de dollars et a été copiée mille fois, autant par Dormez-vous que sur le site de vente en ligne Etsy. La suite ? Les produits dérivés, comme le masque de sommeil lesté.

 

LES LIVRES À COLORIER POUR ADULTES

Dessiner entre des lignes sans dépasser (si possible) serait une façon d’évacuer la pression. Si vous en doutez, c’est que vous ne faites pas partie du million de personnes qui ont acheté les albums 100 coloriages antistress depuis 2012. Ces succès de librairie signés Hachette Pratique sont devenus le porte-étendard d’un genre littéraire qui a connu son apogée en 2015. Au plus fort de la mode, il y avait du choix pour tous les « colorieurs », qu’ils soient amateurs de chats, de Jamie Dornan, d’Hillary Clinton…

LES DÉODORANTS ET ANTISUDORIFIQUES

Le déodorant, inventé en 1888, a mis un certain temps à s’imposer sur les aisselles. Le temps qu’un publicitaire de l’agence new-yorkaise J. Walter Thompson pense, en 1912, à jouer sur la corde de l’insécurité : sentir le « swing » serait un sérieux faux pas. Depuis, Speed Stick, Secret et cie ont vanté l’efficacité de leurs produits dans toutes les situations stressantes et gênantes possibles. Avec succès, car le marché des déos et antisudorifiques vaudrait 18 milliards de dollars américains.

LA MÉDITATION

Le fait qu’elle soit populaire auprès du 1 % (du PDG de LinkedIn à Madonna en passant par Oprah) explique peut-être que la méditation soit aujourd’hui une affaire de pleine conscience autant que de gros sous. Après tout, même la paix d’esprit se monétise, que ce soit sous la forme d’une application mobile à 12 dollars par mois, de cours privés à 72 dollars de l’heure sur Skype, de retraites en forêt au tarif réduit de 282 dollars… Ah oui, et de beaucoup de bâtons d’encens, évidemment.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Lire la suite

Les petites histoires URBANIA : Le stress

Tout le monde vit des situations stressantes, mais être stressé de nature c’est quelque chose que peu de gens comprennent. Parlez-en à Normand […]