Justin Trudeau se remanie le ministre

Aussi, Trump accusé de trahison et on attend moins dans les hôpitaux (parce que les employés sont à bout)

Quand j’étais jeune, je pensais que les journalistes étaient des gens très sérieux, qui savaient tout sur tout, des espèces d’encyclopédies vivantes des bouleversements planétaires. Le genre de gens qui se levaient très tôt le matin pour appeler leurs contacts aux quatre coins du globe pour prendre le pouls de la planète.

J’ai aussi habité avec des colocs qui étudiaient en « comm ». Finalement, les journalistes sont surtout des gens qui cachent des Poppers Ice pour obliger leurs amis à les caler (un jeu de bros qui s’appelle « Icer »…)

Oh well.

Voici les nouvelles de la semaine.

Trudeau se remanie le ministre

Le premier ministre en a également profité pour créer de nouveaux ministères aux noms étonnants…

On parle beaucoup des élections québécoises qui approchent, mais l’air de rien, les élections fédérales approchent elles aussi à grands pas.

Et si le règne du petit Justin est parti en grand, avec la planète au complet qui pensait qu’on s’était trouvé un nouveau Barack Obama, Trudeau est en train de réaliser que ses sunny ways s’en viennent nuageuses pas mal.

C’était donc le temps de changer la place de certains ministres, question de redonner du pep à son équipe.

La plus grosse nouvelle, c’est évidemment la destitution de Mélanie Joly. Elle qui avait l’important ministère du Patrimoine canadien se retrouve maintenant au nettement moins prestigieux ministère du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie. On lui a demandé ses impressions à l’annonce de la nouvelle mercredi. Elle était encore en train de répondre à la question vendredi matin.

Le premier ministre en a également profité pour créer de nouveaux ministères aux noms étonnants, comme celui du « Gouvernement numérique », aka on va acheter des Apple Watches pis des hoverboard aux ministres, et celui de la « Diversification du commerce international », aka faudrait qu’on vende nos affaires à quelqu’un d’autre qu’à Trump.

Trump accusé de trahison par les observateurs

Même pour Trump, c’était une semaine particulière stupide. Pour résumer l’histoire, vendredi dernier, un grand jury fédéral américain a inculpé 12 agents russes d’avoir piraté le réseau d’Hillary Clinton ainsi que celui du Parti démocrate afin d’influencer les élections de 2016.

L’affaire, c’est que le président américain (tsé, celui qui a été élu dans cette fameuse élection, et qui a une bromance avec Vladimir Poutine, telle qu’on s’attend à entendre le saxophone de Careless Whisper de George Michael dès qu’ils sont dans la même pièce) rencontrait le président russe lundi.

Bien sûr, les journalistes ont demandé au président américain de commenter l’affaire. On s’attendait à une réponse du genre : « Nous allons vérifier et pour le moment nous réserverons nos commentaires, mais la démocratie c’est important ».

Donald, évidemment, a choisi un autre angle; il a déclaré qu’« il n’y a aucune collusion », qu’il est président parce qu’il est le meilleur, que les enquêteurs ont tort et qu’anyway, il a demandé à Poutine pis il lui a dit que c’était pas lui. Paraît que pendant tout le temps que Donald Trump parlait, Vladimir Poutine flattait un chat en ricanant comme un maniaque.

Même les républicains ont qualifié cette conférence d’acte de trahison. Alors que la justice américaine dépose une accusation très grave envers la Russie, soit celle de s’être ingérée dans le processus démocratique par des moyens illégaux, l’homme qui en a profité, Donald Trump, se fend en quatre pour défendre le président russe et pour miner la justice américaine.

C’est aussi pire que la fois où Dumbledore a donné genre 500 points à Gryffondor juste parce qu’il voulait qu’Harry gagne la coupe des quatre maisons.

Même les républicains ont qualifié cette conférence d’acte de trahison.

Et qu’est-ce qu’il a dit le beau Donald quand il est revenu au pays et que tout le monde lui a dit : « WTF!? »? Il a dit que le monde a peut-être mal compris. Il voulait dire : « je ne vois aucune raison pour laquelle ce serait la Russie », et non « je ne vois aucune raison pour laquelle ce NE serait PAS la Russie ».

Bon, ben me semble que c’est réglé.

Ça va mieux dans les hôpitaux (sauf si tu travailles dans un hôpital)

C’est l’histoire d’un gars qui va chez le médecin, pis là le médecin rentre pis il lui dit :

« J’ai une bonne pis une mauvaise nouvelle.
— Je vais commencer par la bonne.
— Vous aurez juste besoin d’attendre 14 h avant de vous faire soigner.
— Eeeeeh, OK. C’est quoi la mauvaise?
— Votre médecin risque d’être mort d’épuisement avant ça. »

OK, c’est pas super drôle, mais travailler dans un hôpital non plus.

Si vous êtes malades à Longueuil, aussi bien vous prendre un billet de bus pour le Bas-du-fleuve.

Pour les patients, ça s’améliore un peu. Dans la dernière année, le temps d’attente a diminué de 1 h 52, pour atteindre 13 h 42 en moyenne. Si mettons t’as le bras cassé pis la gastro en même temps, ça te fait une longue journée, mais bon, c’est mieux qu’avant.

Et tous les hôpitaux ne font pas les mêmes scores. À Matane, l’attente n’est que de 5 h en moyenne, contrairement à 23 h à Longueuil.

Si vous êtes malades à Longueuil, aussi bien vous prendre un billet de bus pour le Bas-du-fleuve. Longueuil-Matane c’est un peu moins de 14 h, aller-retour (même en additionnant le 5 h d’attente et le 14 h de routes, ça fait quand même 4 h perdues de moins que d’attendre à Longueuil!), et vous pourrez arrêter vous prendre des crevettes en revenant.

Sauf que les gens du milieu soulignent que ces gains ce sont fait au prix de sacrifices de la part des employés. Les heures supplémentaires obligatoires sont monnaie courante. Et les équipes fonctionnent toujours avec moins d’employés que le nombre requis, ce qui fait que par exemple, 4 infirmières doivent se partager le travail de 6 infirmières (et parfois plus).

Maudit que je suis content de pas avoir suivi la trace de mes parents infirmiers et d’avoir choisi d’écrire des blagues à la place.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Que peut-on porter à l’Assemblée nationale ?

Le règlement est flou.

Dans le même esprit