J’étais obnubilé par sa présence

Nous arpentons les rues de notre ville, à la rencontre des Montréalais et de leurs histoires

« On s’est rencontrés par un ami commun, par hasard au cinéma. »
« Ça n’avait pas matché à l’époque ! »
« J’étais intéressé et elle était déjà avec quelqu’un. Mais j’étais obnubilé par sa présence, je ne me souviens pas du tout du film ! »
« Après ça on s’est retrouvés, on s’est reperdus… »
« Un peu comme la chanson, “Le tourbillon de la vie”. »
« Mais ça vient de faire 9 ans qu’on est ensemble. »

« Je viens de Suisse. J’ai grandi avec ma mère, mon père est parti quand j’étais tout jeune. Aujourd’hui, il habite en Australie avec mes deux demi-frères. C’est pas toujours facile d’avoir ses parents à deux bouts de la planète, mais j’ai l’habitude, j’ai presque toujours connu que ça. Et ça m’a aussi ouvert sur le monde. À 19 ans, je suis parti six mois en Asie tout seul, pour sortir un peu de ma zone de confort, rencontrer d’autres personnes. Ma mère était un peu inquiète, mais mon père m’a encouragé à le faire. Depuis, j’ai attrapé le virus du voyage ! »

« C’est sûr que je suis comme tout le monde : je regarde trop mon cellulaire, plus que ce que je devrais. Mais j’ai toujours un livre dans mon sac, pour lire dès que j’ai un petit moment. J’adore en ouvrir un nouveau et me faire happer. »

Pour poursuivre, Portraits de Montréal : « Plus jeune, j’étais toujours celui qui détruisait, qui faisait mal au monde. »

Portraits de Montréal est l’adaptation Montréalaise du blogue Humans of New York. Inspirés par le travail du photographe new-yorkais Brandon Stanton, nous arpentons aujourd’hui les rues de notre ville, à la rencontre des Montréalais et de leurs histoires. Plus encore que la photo, c’est la conversation qui nous intéresse : nous souhaitons établir une relation humaine entre des inconnus – que notre société nous a formé à appeler « étrangers » - en écoutant leurs histoires, et en permettant aux autres de les découvrir.

Du même auteur