J’ai suivi un préposé à l’entretien le temps d’une nuit

Un métier invisible, mais dont tout le monde profite.

URBANIA et ROY s’unissent pour vous faire découvrir un métier nocturne qui est banal seulement en apparence.

J’ai toujours pensé qu’il n’y avait que deux sortes de nightlife : sortir la nuit pour faire la fête et travailler pour ceux qui sortent la nuit pour faire la fête.

Quand on sort, c’est pour s’amuser, faire du bruit et ignorer les conséquences. On ne pense pas trop à ce qu’on fait, même si on est entouré de gens qui eux, sont responsables d’emballer notre expérience. Les serveurs servent même si on est pressé d’arriver à notre spectacle, le DJ s’assure que toutes les chansons qu’il va mettre vont amplifier la soirée, etc.

L’envie de séparer les noctambules en deux groupes est forte, mais la semaine dernière, on m’a invité à suivre un préposé à l’entretien dans la tour de bureaux d’une entreprise financière et j’ai fait la connaissance d’un troisième type de nightlife; et pour être totalement honnête, je pense que c’est celui qui me plaît le plus.

Un zoo la nuit

Portez attention la prochaine fois que vous prendrez le métro autour de 22h. Levez les yeux de votre téléphone et essayez de repérer les passagers vêtus d’une veste bleue, d’un polo bleu, d’une chemise bleue. Dites-vous que c’est leur « heure de pointe ». Celle de ceux et celles qui se rendent au travail, pour nettoyer et entretenir les infrastructures que nous aurons désertées quelques heures plus tôt. Des humains exceptionnels qui font un travail nécessaire, mais dont on oublie trop souvent l’existence.

Ils m’étaient autrefois invisibles, maintenant je ne peux pas arrêter de les voir.

Je n’exagère pas : une simple soirée aura suffi à me convaincre que si ces travailleurs et travailleuses cessaient leurs activités ne serait-ce qu’une semaine, les immeubles tomberaient vite dans un piteux état. Depuis la semaine dernière, je ne peux plus entrer quelque part sans penser à ceux qui oeuvrent la nuit afin de s’assurer que toute cette structure fonctionne correctement. Ils m’étaient autrefois invisibles, maintenant je ne peux pas arrêter de les voir.

Luis, mon partenaire d’entretien, qui m’a appris ben des secrets du métier.

Le grand silence

Plusieurs choses m’ont marqué lors de cette soirée. La patience de Luis, la personne que j’accompagnais, le grand sentiment de communauté qui régnait lors de la fin du shift, lorsque tout le monde quittait la job en se saluant avec grands rires, mais surtout, et ça m’habite encore à ce jour : le silence.

Je viens d’une époque où le travail signifie stress, bruit et empressement. Jamais je ne me serais imaginé qu’un emploi où l’on était aussi librement abandonné à nos pensées pouvait exister. Pendant plusieurs heures, l’humeur était à l’introspection. J’observais l’employé qui passait minutieusement le balai sur un immense plancher en bois ciré. De le regarder aller me procurait un effet méditatif profond. Je ne crois pas m’être senti aussi serein au travail auparavant.

Une affaire de famille

Un truc agréable, c’est que pendant qu’on fait le tour des bureaux, on s’imagine une foule de choses à propos des gens pour qui on passe l’aspirateur. Je pense entre autres à cette table de travail où était déposée une copie de Catch-22 de Joseph Heller. Catch-22 est un célèbre roman qui porte sur le piège dans lequel on peut tomber quand on doit choisir, mais qu’on aura toujours tort quoi qu’on fasse. « Damned if you do, damned if you don’t » comme on dit. Un bouquin qui parle de choix et de l’ambiguïté du destin. En le voyant, j’ai immédiatement inventé un comptable pris dans son emploi, qui expose ce livre aux yeux de tous comme pour leur faire comprendre qu’il n’est pas simplement son emploi, qu’il est plus, qu’il veut plus.

On voit aussi beaucoup de photos de familles. Je regardais les cubicules alignés et je me disais qu’il faut bien avoir une image pour nous rappeler la raison pour laquelle on travaille. Je n’ai pas pu m’empêcher de trouver ça beau.

Mais en même temps, ce que j’ai compris en voyant ces préposés travailler de façon aussi vaillante et altruiste, c’est qu’ils le font, eux aussi, pour leur famille. Sur le coup, j’ai été pris d’une sorte de vertige, comme si les familles des photos et les familles de mes collègues d’une nuit étaient liées. Le jour, comme la nuit, tous travaillent pour que leurs proches puissent bénéficier d’une meilleure vie. S’occuper des gens qu’on aime, voilà ce qui unissait tout ce beau monde. Une forme de paix s’est ajoutée au silence des couloirs. 

Les nuits fauves

J’ai vécu plusieurs étapes dans ma soirée en tant que préposé. Au début, j’étais indigné de voir que ça prend moins de 8 heures pour que des finance bros se mettent à jeter du papier de toilette directement au sol au lieu de le déposer dans une poubelle comme quelqu’un de civilisé. J’ai grommelé pendant, mais après, la tâche a pris le dessus; je me foutais un peu de ces banquiers et j’ai été pris d’un sentiment de valorisation du travail bien fait. Peu importe si les bas bruns remarquent ou non que leur poubelle est vide en rentrant au travail, ou que leurs souliers sont réalignés le matin. Ce qui compte, c’est que moi je l’ai bien fait.

Peu importe si les bas bruns remarquent ou non que leur poubelle est vide en rentrant au travail, ou que leurs souliers sont réalignés le matin. Ce qui compte, c’est que moi je l’ai bien fait.

Puis au milieu de la nuit, je me suis rappelé de ce que Carlos Castaneda, anthropologue péruvien qui a fait du terrain avec des sorciers yaqui du Mexique, appelle le « non agir ». Le non agir, c’est la valeur d’un acte que l’on fait sans raison. L’acte en lui-même est sa raison d’être et agir sans chercher de signification ou de récompense ouvre la voie à une autre perspective sur le monde. 

Inutile de dire que je suis sorti de cette nuit avec une perception complètement différente des préposés à l’entretien. Comme si j’étais détenteur d’un secret. Seuls moi, leur communauté et la nuit savons à quel point ils sont importants. Et maintenant, j’espère que vous le savez aussi.

*********

La compagnie Roy. est toujours à la recherche de nouveaux talents. Pour connaître tous les avantages de joindre une équipe qui a du cœur, clique ici.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up