J’ai passé ma semaine à courir les rabais et je me suis vraiment fait chier

Ça m'a même coûté plus cher qu'à l'habitude.

La semaine dernière, je me suis mis au défi de ne dépenser que sur des articles et des services à prix réduit. De tous mes défis précédents, celui-ci fut le plus pénible.

À la base, je ne suis pas super riche. J’ai donc déjà pris l’habitude d’acheter au rabais depuis que j’ai lâché ma job. Par exemple, je ne me souviens pas de la dernière fois que je me suis procuré un jeu vidéo au plein prix.

Ah oui! Ça me revient! C’était Mass Effect Andromeda et je l’ai regretté.

Cessons de vivre dans le passé lointain et voyons ensemble pourquoi cette semaine fut difficile.

Perdre sa liberté

Dans le monde capitaliste dans lequel nous vivons, un de nos plus grands pouvoirs en tant que consommateur est la liberté de sélectionner ce pourquoi nous dépensons.

Toute la semaine, je me suis senti comme si j’étais dans un buffet où certains de mes plats préférés étaient derrière une vitrine verrouillée à double tour.

Imaginez avoir envie d’une boisson gazeuse en particulier, que vous faites un détour au dépanneur pour en prendre et qu’elle n’est pas en rabais! J’ai vécu de l’agace-bulle quotidiennement!

1— Est-ce viable à long terme?

Non. Pour le bienfait de ma santé mentale, non.

Aussi, parce que plusieurs biens et services ne tombent jamais en spécial. Vous l’avez peut-être remarqué en comparant les photos de cet article et celui de la semaine dernière, mais je me suis fait couper les cheveux.

Vous n’avez pas remarqué? Come on, je croyais que notre relation allait quelque part!

Mon coiffeur est un exemple de fournisseur de service qui ne tombe jamais en promotion. S’il le fait, c’est une fois par année. J’ai déjà tenté l’expérience d’avoir des cheveux longs et ça finit toujours par des gens qui me pointent du doigt en riant.

Devoir attendre des rabais enlève une flexibilité dans nos achats.

Devoir attendre des rabais enlève une flexibilité dans nos achats. Bien sûr, certains objets de luxe peuvent patienter; pas juste pour une petite baisse de prix, mais pour une journée comme le Black Friday ou le Boxing Day.

Mais le quotidien est réellement handicapé lorsqu’on nous force à nous limiter qu’aux rabais, surtout parce que…

2— Suis-je tombé dans la surconsommation?

Parfois.

Admettons que j’avais envie de manger de la fine cuisine des braves gaillards nommés Allen & Wright, mieux connu sous les initiales de A&W et que je voulais un trio liqueur-burger-frite.

Au moment de passer à la caisse, le site de rabais du A&W m’offrait un prix réduit seulement si je prenais une poutine au lieu des frites. Je me suis donc ramassé à manger plus que je voulais initialement.

Certaines personnes pourraient me dire que je n’étais pas obligé de tout manger et ces derniers sont des saints d’avoir la capacité de laisser un restant de poutine se diriger dans les vidanges. Une poutine, ça se finit.

C’est arrivé quelques fois à l’épicerie que certains articles étaient en rabais si j’en prenais plus d’un.

C’est arrivé quelques fois à l’épicerie que certains articles étaient en rabais si j’en prenais plus d’un. Par contre, mes deux boîtes de spaghetti supplémentaires ne dureront pas trop longtemps non plus. Parce que c’est un achat que j’aurais pu faire de toute façon.

Vous pouvez le déduire. Je suis vraiment une fine gueule.

3— Ai-je économisé?

J’ai économisé systématiquement sur presque tous les produits que j’ai achetés. Ça m’a aussi forcé d’essayer d’autres marques que celles que je prends habituellement. Ce fut intéressant de sortir de mes petites habitudes quotidiennes. 

Ce défi du rabais à tout prix m’a forcé à perdre de l’argent sur le long terme.

Toutefois, ce défi du rabais à tout prix m’a forcé à perdre de l’argent sur le long terme. Par exemple, à l’épicerie, alors que je voulais me procurer du beurre d’arachide, seul le petit format était en rabais. 

Or, même avec le rabais, le coût par gramme du produit dans le petit contenant restait plus élevé que celui dans le plus gros des contenants. 

En temps normal, j’aurais non seulement économisé en optant pour la plus grosse des boîtes, mais je n’aurais pas besoin d’en racheter aussi rapidement ce qui entraîne des déchets supplémentaires que j’aurais évités.

Concluant?

Bref, peut-être que c’est parce que je fais déjà attention à la base, mais passer une semaine à me limiter aux achats à rabais fut pénible et moyennement concluant.

C’est sûr que de réfléchir à quel point acheter de la bière au dépanneur au lieu d’en boire au bar fut économique sur le long terme, mais à court terme, c’est très dur à suivre comme exigence. Alors je n’imagine pas m’imposer cette règle.

Là, je réalise que je me suis ouvert sur mes choix gastronomiques. Du A&W, du spagat’ et du beurre de pinottes… clairement, je vais me faire approcher pour devenir juge de l’émission Les Chefs la semaine prochaine!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up