Alfred/Aleera Verushka

J’ai donné un lift à une drag-queen pour aller voir RuPaul’s Drag Race

Les aventures de Zinc Ofax la drag-queen et de Latisha The Prius à Montréal.

URBANIA et Communauto s’associent afin de vous rappeler qu’on n’a pas besoin d’être propriétaire d’une voiture pour être « fierce »!

«GENTLEMEN, START YOUR ENGINES, AND MAY THE BEST WOMAN WIN!» me dis-je en embarquant dans la p’tite Prius de Communauto! Ce soir, la sickening drag-queen Zinc Ofax et moi, on a une date à l’Olympia pour aller voir Rupaul’s Drag Race Werk The World mais tout d’abord, je dois passer prendre Zinc chez elle à Laval. Ben oui, une drag-queen à Laval… Ça s’appelle du multiculturalisme, look it up!

 

Rupaul’s Drag Race, c’est le parfait mélange d’humour trash, d’humains talentueux (et badass) et d’eleganza extravagaaaaaaaza. Quoi demander de mieux? J’pars le char et il me pogne une envie de donner un nom de drag à ma Prius. M’semble que ça rend tout plus attachant, donner un nom. Ce sera… Latisha the Prius! J’lui donne un nom anglais parce que j’veux qu’elle ait des chances à l’international. J’pourrais aussi lui faire installer les genres de gros cils en plastique que les gens mettent parfois sur leurs lumières de char. Elle serait fierce. “Gag on my eleganza”, qu’elle dirait.

Ben oui, une drag-queen à Laval… Ça s’appelle du multiculturalisme, look it up!

Ça fait exactement 37 secondes que j’suis parti et y’a déjà d’la construction. Great. Un monsieur de la voirie me fait aller son p’tit drapeau. “Not today, Satan!”. Y’est quand même sexe, par contre. Bon, faut faire un détour, la route est barrée. Les instructions sont tellement mal indiquées que j’vais probablement me retrouver à Maniwaki. Hey, qu’est-ce que RuPaul veut dire par “she done already done had herses”? C’pas clair. Presque aussi pas clair que cet os** de détour là. This is just too fucking much!

Premier arrêt: Zinc O’land!

Je passe devant un beau camion qui shine comme une cenne neuve! Latisha the Prius est toute émoustillée. Le camion l’ignore. Pauvre Latisha… J’arrive alors chez Zinc Ofax. J’la regarde sortir de chez elle. What a bad bitch. J’ai découvert Zinc à cause d’un ami commun qui fait lui aussi du drag sous le nom d’Aleera Verushka (la queen aux looks les plus beaux que je connaisse, d’ailleurs). Zinc embarque dans l’char et on part direction l’Olympia!

J’me sens comme un intrus à Laval avec ma drag-queen dans l’char. Une p’tite madame traverse le chemin et nous regarde d’un œil réprobateur, l’air de dire “Go back to Party City where you belong!”

On s’arrête à une lumière. J’me sens comme un intrus à Laval avec ma drag-queen dans l’char. Une p’tite madame traverse le chemin et nous regarde d’un œil réprobateur, l’air de dire “Go back to Party City where you belong!” C’est ça qu’on fait, bitch, calme-toé! On passe alors devant une Micra avec des cils en plastique sur ses phares. Tous les camions la regardent. Latisha the Prius est fâchée noire. La marde va pogner su’à 15 Sud.

Zinc m’explique un peu l’espèce de hiérarchie qu’il y a dans l’univers des drag-queens. J’apprends qu’il y a des mamans drag-queens qui adoptent les queens débutantes afin de les prendre sous leurs ailes et de les conseiller.

Y’a même des sœurs et des grand-mamans. J’trouve ça cute. Presque arrivés à destination, on se stationne et marche vers l’Olympia. Zinc attire les regards et j’ai envie de serrer dans mes bras chaque inconnu qui lui crie “Yaasss gurl you look great!” C’est vrai qu’à torche, Zinc.

Plus qu’une simple performance. YASS MAMA!

On entre dans la salle, sold out de chez sold out, et on rejoint nos sièges. On a des maudites bonnes places. Direct en avant. Trop en avant. J’ai peur que l’animateur, Bob The Drag Queen, se mette à me parler pendant le show. J’haïs ça, les animateurs qui interagissent avec leur public, ça m’stresse. Zinc, elle, jase avec les gens assis à côté de nous. Elle me dit être plus sociable et moins gênée lorsqu’elle est en Drag.

Le show devrait commencer d’une seconde à l’autre et autant j’adore RuPaul’s Drag Race, le show télé, autant j’ai une relation amour-haine avec leur show live. On dirait que j’ai d’la misère à concevoir qu’on paye aussi cher pour voir les Queens faire un p’tit numéro de 3 minutes de lip sync. En même temps, j’ai déjà payé 200 $ pour aller voir Britney… Au moins, les Queens n’ont pas un regard de “pitié sauvez-moi j’déteste ma vie” tout le long du show, elles.

Les lumières s’éteignent, le rideau s’ouvre, le spectacle commence. “Good luck, and don’t fuck it up!” Je regarde ces belles créatures défiler devant moi sur la scène et à travers leur attitude de bad bitch et de leur look sickening, je vois des p’tits garçons timides, des outcasts qui se sont fait écœurer à l’école et qui jouaient secrètement dans la garde-robe de maman avec un peu de honte et qui, maintenant, sont sur une scène, plus fierces et fiers que jamais, assumés, célébrés et applaudis. Je ne peux m’empêcher d’avoir envie d’exploser d’amour pour eux.

L’amour, c’est tout! Okuuurrr?

Finalement, ce show, c’est beaucoup plus que des p’tits numéros de lip sync. J’regarde l’enthousiasme des gens dans la salle, j’regarde ces trésors sur la scène, et j’ai rarement été témoin d’autant d’amour durant un show, toutes catégories de shows confondues. Comment ressentir autre chose que de la pure admiration pour un phénomène aussi rassembleur?

Je reconduis Zinc chez elle et moi et Latisha, on revient à Montréal, le cœur plein de paillettes. J’me stationne et c’est l’heure de dire adieu à ma bibitte. Bonne nuit, Latisha The Prius. On va peut-être se recroiser quelque part à Montréal, qui sait. J’espère que t’es consciente que t’es hot même si le gros camion qui shine t’a ignoré et que tes phares sont toujours dépourvus de gros cils en plastique. Souviens-toi, ma p’tite Latisha, dans les mots de Mama Ru elle-même : “If you can’t love yourself, how in the hell you gonna love somebody else? CAN I GET AN AMEN UP IN HERE?

**********

Vous aimez faire des lifts à vos amis qui habitent dans des contrées éloignées comme Laval ou Terrebonne? C’est vraiment facile de s’organiser des activités entre amis avec Communauto. La banlieue n’aura plus de secrets pour vous!

Cliquez ici pour découvrir les avantages de s’abonner à Communauto.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Le Canal Famille a 30 ans et on se souvient des meilleures émissions

Ça ne s’appelait pas l’«écran magique» pour rien!

Dans le même esprit