Horoscope : quelle est votre destination soleil selon votre signe ?

Ce mois-ci, notre astrologue en résidence vous indique quelle destination vacance viser pour vous évader du froid.

“Tous les palmiers, tous les bananiers” chantaient les membres de Beau Dommage. Et quelle chanson fort à point en cette période grise. En plus d’être un maître incontesté des sujets amenés, je suis également un astrologue hors pair, et c’est avec joie que j’ai mis tous mes talents à profit pour trouver à chaque signe une destination soleil où s’abriter du temps froid. Avec le changement d’heure, les premières neiges et les décorations de Noël déjà en vente au Dollarama, c’est facile d’avoir la mine basse. Suivez-mes conseils pour refaire briller le soleil dans votre cœur.

Bélier: un volcan en éruption (parce que c’est jamais assez chaud)

On vous connait pour vos solutions radicales à la «après moi le déluge» et c’est ce qui fait tout votre charme (c’est aussi ce qui vous rend autant redoutable). Cette année, vous organisez avec des ami.e.s une petite virée en nolisé qui partira vers ces montagnes percées sur le top et dégoulinantes sur les flancs, qu’on appelle également «volcans». Vous êtes vraiment de mauvaise humeur quand vous avez les pieds froids, vous n’attendrez donc pas bien bien longtemps avant d’enlever vos souliers et vos bas et vous dipper les bouttes dans cette si invitante mélasse en fusion qu’on appelle également «lave». Après ça, fini les problèmes de frilosité.

Taureau: le M&M center de New York (parce que la chaleur est aussi humaine)

Vous vous rappellerez toujours de votre voyage à New York en secondaire 5, et plus précisément du moment où le reste de votre groupe vous a cherché pendant 6 heures dans la panique la plus totale pour finalement vous retrouver, des étoiles dans les yeux, au deuxième étage du M&M store. Rarement avez-vous croisé un staff aussi crinqué que celui de ce magasin incontournable de la grande pomme. Le sourire aux lèvres et toujours prêt à remplir vos sacs de petites friandises multicolores, ces employé.e.s ont laissé une forte impression sur vous. Plus que jamais, en ce temps morne, vous vous languissez de serrer dans vos bras une chaleureuse mascotte de M&M jaune, en vous imaginant la grosse pinotte blottie sous l’enrobage ensoleillé.

Gémeau: le musée Tesla (et les lumières d’Elon Musk)

Votre signe est reconnu pour sa vivacité d’esprit. Et c’est avec ruse que vous avez planifié votre prochaine destination “soleil”. Vous avez compris mieux que quiconque que peu importe l’emplacement géographique, suffit d’un peu d’électricité et zap! de la chaleur, en voulez-vous, en voilà! Pour vous, il ne fait aucun doute : la meilleure électricité, c’est Tesla qui la fabrique. Avec un idéateur aussi bright, imprévisible et audacieux qu’Elon Musk, votre appétit sapiosexuel est amplement comblé. «Ah ouais, faque avec Grimes, c’est terminé ou non?» C’est ainsi que vous rêvez d’une rencontre fortuite au milieu des dédales du musée, une conversation éclairante, un échange d’idées de génie, une interaction électrisante qui éclipse fois mille le manque d’heure d’ensoleillement.

Cancer: la mer Morte (avec une mission)

Les lieux bienfaiteurs vous attirent comme l’«Avenue du Plateau» attire les riverains de Montréal la fin de semaine. Un flair presque mystique vous conduit à tomber par hasard sur le meilleur spa du coin, booker la meilleure massothérapeute du quartier, prendre la meilleure classe de yoga à votre centre préféré. Vous savez instinctivement que la mer Morte, telle un gigantesque bain au sel d’epsom, regorge de vertus. Cependant, vous avez récemment appris que son niveau d’eau chute à chaque année et qu’ironiquement, la mer Morte est… agonisante. Le pèlerinage que vous préparez satisfera deux besoins : 1. Atteindre des sommets de laisser-aller en flottant dans le liquide saturé. 2. Déverser des gallons de bouteilles d’Eska dans la célèbre marre pour lui permettre de survivre encore quelques générations. Quelle bonté!

Lion: la galerie des Glaces (on est jamais mieux réchauffé que par soi-même)

Premièrement, une grande véranda super bien éclairée en Europe est probablement plus chaude qu’un 4 et demi humide dans Rosemont. Deuxièmement, le bling vous sied à merveille, et ce serait fatale erreur de ne pas vous en entourer.  Troisièmement, il n’y a pas plus réconfortant que lorsque vos deux beaux grands yeux charmeurs se posent dans les deux beaux grands yeux charmeurs de votre reflet dans le miroir. Direction, la galerie des glace, où le clinquant éblouissant fera bonne couronne à votre chaleureuse majestuosité.

Vierge: une journée à Burlington (on a budget)

Si vous partez tôt le matin et que vous partagez le coût du gaz avec 3 autres camarades, empruntez sournoisement l’auto qu’on vous fournit à votre travail , préparez des lunchs pour ne pas avoir à aller au restaurant, sous-louez votre appartement sur Airbnb pour la journée, choisissez le jour de la semaine où les musées sont gratuits et revenez le soir même question de ne pas payer d’hôtel, vous avez rempli votre mission d’aller chercher un ou deux petits degrés Celsius supplémentaire par cet automne glacial, tout en respectant relativement votre budget. À condition bien sûr de ne pas s’arrêter sur la route pour un café, de ne jamais donner de pourboire, de ne pas rouler à plus de 80 kilomètre à l’heure pour sauver sur le gaz, de ne pas…

Balance: la Patagonie (est-ce que c’est trop dans le sud?)

Aller dans le sud pour combattre le froid? Ok, pourquoi pas? Mais bon, les États-Unis, ça vous semble un peu trop la porte à côté. Le Mexique peut-être? Mais on vous dit que c’est la saison des ouragans, ça serait mieux d’être poli et d’attendre son tour. Le Venezuela, vous y êtes déjà allé souvent. Le Brésil est politiquement en désaccord avec vous. L’Uruguay, passe encore, mais rendu là, pourquoi ne pas choisir le charme de la Patagonie Chilienne? Vous paquetez vos plus belles lunettes de soleil, vos shorts chanceux et vos flip-flops familiaux (transmis de génération en génération), partez en vol direct pour votre destination chérie. Le reste de votre voyage consiste à habilement rester dans le déni alors que vous risquez votre vie en escaladant la falaise d’un fjord glaciaire de 250 kilomètres carré.

Scorpion: le triangle des Bermudes ( ce qui se passe à Bermuda, reste à Bermuda)

L’automne, c’est la saison des grandes fraîcheurs, mais c’est aussi la rentrée scolaire, la rentrée culturelle, et le foisonnement d’activités sociales diverses auxquelles vous n’avez pas tant le goût d’assister. Votre soif de climat tempéré est aussi forte que votre faim de solitude et d’anonymat. Quel plaisir de quitter momentanément la frénésie de Facebook, de cesser les scrolls vains sur Instagram, de rêvasser à la vie monastique loin des centres urbains. Vos fantasmes de disparition prennent la forme d’une figure géométrique. Vous hallucinez des triangles. Rien ne vous semble plus attirant que le sweet spot entre la Floride, Puerto Rico et les îles Bermudes. Une évaporation temporaire. Un retrait succinct. Une rumeur.

Sagittaire: un tour du monde (rien que ça)

Éviter la grisaille automnale? Rien de plus simple pour les Sagittaires. Une petite visite à Disneyland à Orlando, subventionnée par un peu de  woofing (et par woofing, on entend : se déguiser en Pluto pour charmer la marmaille). Une ballade à Cuba (où on se loue une voiture et on se crée un compte Uberles rentrées d’argent étant toujours bienvenues). Quelques semaines en Égypte (pourquoi ne pas s’improviser guide touristique? Après avoir écouté Astérix et Cléopâtre, vous vous sentez d’attaque).  Un détour par le sud de la France (vendanges, vendanges, vendanges) et c’est comme si l’automne n’était jamais arrivé. Au final, pendant que tous les autres gèlent, les Sagittaires ont la chance de se collectionner quelques coups de soleil (et beaucoup, beaucoup de pages à leur CV).

Capricorne: un gros arbre (pour s’y attacher)

On parle souvent de l’ambition et de la mansuétude des Capricornes (en tout cas moi j’en parle tout le temps). Ce qu’on dit moins souvent, c’est que les natifs de ce signe sont accrocs à l’adrénaline. Et qui dit adrénaline, dit augmentation du rythme des battements du cœur, accélération du pouls et montée de la température. Vous avez bien lu : adrénaline = arrêter d’avoir froid parce qu’on est trop occupé.e à friser la crise cardiaque. Pour les Capricornes, il ne fait aucun doute : une action directe avec une portée environnementale est un excellent moyen pour se réchauffer tout en rendant service à l’humanité. Grosse corde d’escalade en main, c’est avec détermination que les chèvres à la queue de poisson (oui, oui, c’est ÇA un capricorne) se trouvent un arbre géant à défendre de son propre corps contre une coupe inévitable par une grosse corporation. À l’abri de la pluie et du vent, frémissant en exécutant l’acte héroïque, nul ne pense désormais à la mauvaise température.

Verseau: une base militaire (le soleil brille toujours dans un bunker)

Les Verseaux raffolent des théories conspiratrices, des phénomènes inexpliqués, des suspenses sans dénouement et des bunkers top secrets. Avant-même l’approche du temps froid, ce signe excentrique a déjà envoyé son inscription dans une milice quelconque, caressant le rêve d’être en assignation dans une base anti-missile située 500 mètres sous la surface de la terre, vivant comme si le concept de jour et de nuit était une fabulation digne d’un conte de fée. On dit qu’il fait toujours beau dans le métro, mais qu’en est-il du train blindé ultra secret qui relie le Parlement d’Ottawa au Pôle Nord magnétique à la vitesse grand V en cas de guerre nucléaire? Là, tu parles d’une destination vacances.

Poisson: Green Hill Zone (pas trop toffe, pis pas mal chill)

Les averses importent peu quand on est un hérisson bleu avec des spikes qui va vraiment, vraiment vite. Entouré de palmiers stylisés et de terre inexplicablement agencée en damiers géométriques, on n’a qu’à éviter les homards et les coccinelles cybernétiques et on peut se commencer une belle collection d’anneaux, puis profiter à foison de magnifiques tournesols, de plantureuses chutes d’eau, et de funk 16-bit vraiment accrocheur.  Reste juste à trouver une façon de se matérialiser dans cet inaccessible univers, et décidément, Trip Advisor n’aide vraiment pas à la tâche.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Brûlée et vive

Les carnets d'Anick Lemay.

Dans le même esprit