Gloire aux Noëls magiques de Passe-Partout et du Canal Famille

(et autres chansons vintage des Fêtes)

Mes Noëls d’enfance auraient pu être bercés par le formidable album, A Charlie Brown Christmas. Ce classique de 1965 met en vedette Vince Guaraldi et offre la parfaite musique des Fêtes. En écoutant le piano qui accompagne la chorale d’enfants, on imagine les petits personnages de Schulz patiner en rond et on ressent automatiquement une douce chaleur nous envahir.

Mais ma passion des chansons de Noël ne me vient pas d’un iconique trio jazz qui a vendu 4 millions d’albums (pour lesquels le batteur néo-écossais a été payé 50 ans plus tard, d’ailleurs).

Elle me vient d’abord de ma grand-maman Gisèle qui jouait tous les cantiques traditionnels au piano. Je croyais bon de chanter « Minuit chrétien » du haut de mes quatre ans, debout sur un banc lors de la messe de minuit afin de charmer ceux qui se présentent à l’église une fois par année.

C’est aussi l’album Joyeux Noël de Ginette Reno paru en 1967 qui m’a réchauffé le cœur avec ses chansons francophones joyeuses. Comment ne pas sourire en voyant la face de Ginette dans une couronne de sapin sur la pochette?! Si vous n’avez pas envie de faire un tour de slay ride en écoutant « Promenade en traîneau » ou de manger une moelleuse tranche de pain sandwich sur l’air de « Noël blanc »… j’ai vraiment de la peine pour vous. Pour vrai, écrivez-moi parce que j’aimerais ça vous aider.

Avant de vous parler du top des tounes de Noël, je m’en voudrais (et inconsciemment vous aussi, vous m’en voudriez) de ne pas vous faire découvrir ou redécouvrir cette beauté musicale des années 60. La chanson « Je veux pour Noël une poupée » est un véritable cri du cœur de Michèle Richard. Non seulement la jeune Michèle nous offre quelques délicieux « Naël », mais vers 1 : 05 elle devient assez intense dans son souhait de recevoir c’te belle catin qui la comblera et de qui jamais elle ne s’éloignera. Si vous n’avez jamais désiré quelque chose autant que Michèle Richard a voulu cette poupée, franchement, vous n’avez jamais connu l’amour.

Le meilleur du meilleur de Noël

Passons maintenant aux incroyables trésors nationaux que sont les cassettes et CD du Noël magique du Canal Famille et de Passe-Partout : Le Noël de Pruneau et de Cannelle.

J’ai un tel attachement pour mes personnages préférés d’enfance et malgré le temps qui a passé, jamais je me tannerai d’entendre les voix à la fois enjouées et éraillées des marionnettes de Passe-Partout. Sur ces 29 chansons, on retrouve Pruneau, Cannelle, Mélodie, Ti-brin, Grand-papa Bi, Perlin, Perline et Madame Coucou. L’ultime gang, quoi!

On a aussi droit à de courts dialogues d’un Pruneau beaucoup trop énervé par les décorations du sapin, d’un Grand-papa Bi qui raconte la Nativité et d’un Ti-Brin qui diphtongue comme le p’tit bum de service qu’il est. (D’ailleurs, ce dernier est interprété par nulle autre que l’actrice Michèle Deslauriers, connue pour ses nombreux rôles ainsi que pour être la voix du Métro de Montréal.)

Cette chanson « Allons ensemble à Bethléem »  est parfaite parce qu’on comprend qu’ils jouent avec les figurines avec la crèche. Pruneau fait bouger les personnages en disant : « Tching tchoung tching » et Ti-brin veut s’assurer que tout le monde verra bien l’étoile.

Parlant de crèche (cet album date de 1985 et met l’accent sur l’histoire classique de la naissance de Jésus), ma toune préférée que je pourrais chanter à l’année longue… ok, ok, je la chante à l’année longue… c’est « Melchior et Balthazar », la chanson des Rois mages. J’aime tellement la phrase : « Le premier offrit de l’encens, le second de la myrrhe (bis) pour le divin enfant. Le troisième offrit de l’or (bis), parce qu’il était riche avec ses grands sacs d’or. » (quelle dernière rime réussie!) que mes parents m’ont rapporté de la myrrhe d’un voyage en Égypte tels des bons vieux Balthazar.

Terminons avec l’album du Canal Famille. Il commence avec les mélodies des thèmes d’ouverture de quelques émissions des années 80 et 90 : Bibi et Geneviève, Sur la Rue Tabaga, Fripe et Pouille… Ensuite Bibi Z9944X s’exclame devant la beauté du sapin puis Geneviève, Élyse Marquis, Christian Bégin, Pouille et compagnie lui racontent les traditions d’un Noël québécois puisqu’il est un extraterrestre venu de la planète XY1000Z.

Je connais tous les mots de tous les dialogues et de toutes les chansons avec toutes les intonations. Et oui, je me pense bonne en vous l’écrivant. Mention spéciale à Christian Bégin qui chante « Le diable est en bricole », un beau rigodon comme il ne s’en fait plus. Et à Elyse Marquis vraiment deep dans son interprétation de « Dors ma colombe », la berceuse qui conclut l’album.

Je vous laisse sur ce délice en vous souhaitant l’essentiel : des souliers dorés, une branche de sapin, un sac de cadeaux, des lumières bleues, et, surtout SURTOUT, un beau grand bonheur.

Joyeux Noël !

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Est-ce que CHOM joue vraiment toujours la même maudite musique ?

Les gens aiment beaucoup se moquer de CHOM et dire qu'ils jouent toujours les même trois criss de tounes. On a vérifié si c'était vrai.

Dans le même esprit