Mieka Jewett

Foule sentimentale : le côté sombre d’un couple Instagram

Quand les photos cutes cachent une relation abusive…

Foule sentimentale: une série de témoignages portant sur ce qu’il y a de beau (ou non) dans les relations. Aujourd’hui, une lectrice raconte comment sa relation est passée de «couple parfait sur Instagram» à relation abusive dans la vraie vie. 

Au début tout est beau. C’est un bon gars, c’est ça son casting (il est comédien). On l’engage pour jouer le bon papa, le voisin sympathique ou le chum pas capable de partir le lave-vaisselle. Il inspire la confiance et provoque le sourire. Tout le monde l’adore. Il est intense, mais tellement drôle.

Tranquillement, vous devenez LE petit couple gossant sur Facebook : celui qui partage leur bonheur à grands coups de filtres Instagram.

Tu ne fais pas partie de ceux qui ont leur cellulaire collé dans leur main, pour toi, l’essentiel des relations humaines se fait dans le vrai monde.

Un beau jour, tu apprends à connaitre ses démons. Tu as droit à un ouragan de textos anxieux, puis à une crise quand tu arrives à la maison… C’est à ce moment que tu aurais dû prendre tes jambes à mon cou.

Il s’excuse. Il souffre. Ses soupçons et ses accusations ne sont que l’expression d’une toute petite part de ses angoisses. RUN GIRL RUN!

Mais tsé… Il travaille pour aller mieux. Il va voir sa psy et il va dans des rencontres de A.A. (cet endroit où il est possible de se vanter de ses exploits d’ex-tout-croche tout en blâmant l’alcool et en félicitant une force supérieure si ça va mieux). Tu le crois, il a un bon fond et tu l’aimes pour vrai.

Mais.

Il est jaloux au point de t’en vouloir s’il soupçonne que tu aies eu un moment intime avec ton vibrateur. Tu essaies de le désamorcer dans son délire (le gars, pas le vibrateur) en lui disant que ton jouet était dans ta vie bien avant lui. Sans succès. Tu lui dis le plus sérieusement du monde que tu ne veux pas te réveiller avec un gars jaloux dans 2-3 ans. Tu veux croire que ça peut se placer.

Le début du cycle

Il est de plus en plus intense avec les statements amoureux et les photos de vous sur les réseaux sociaux… c’est à croire que votre bonheur n’existe que sur le web. Avec le temps, tu vas comprendre qu’il faisait juste marquer son territoire.

Il a beau fouiller dans ton cell quand tu es dans la douche, venir chez toi quand tu n’es pas là pour scruter ton ordi, toi tu pardonnes. Tu pardonnes parce qu’il est gentil quand il est gentil. Fuck. Tu parles comme une femme battue.

Tu vois de moins en moins tes amis. Tu refuses même des contrats parce que tu as peur de ses réactions.

Tu n’oses plus rien faire pour ne pas le mettre en colère. Tu ne te reconnais plus. Tu es toujours triste.

Tu n’oses plus rien faire pour ne pas le mettre en colère. Tu ne te reconnais plus. Tu es toujours triste. Ça y est, on est déjà trois ans plus tard. Tu sors avec un gars fucking jaloux. Tu aurais dû t’écouter.

Une chance que vous n’habitez pas ensemble. Par contre, il débarque chez toi à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit parce que tu n’as pas répondu à ses textos en moins de 2 minutes. Ou, pire, pour réclamer son dû : il arrive chez toi, en colère, sans un bonjour, parce que « me semble que ça fait longtemps qu’on n’a pas fait wink wink » et qu’il faut que ça se règle maintenant. #PasTopTurnOn et même #Metoo

Oser partir

Tu te dis : « faut que je le laisse », mais vous avez des shows qui s’en viennent. Tu penses : « C’est mieux de le laisser après le show, après sa fête, pas à la Saint-Valentin, ni juste avant Noël… Tu ne trouves jamais de bon moment. Tu ne veux pas le blesser, mais tu oublies qu’il n’y a pas de mauvais moment pour te sortir de ton calvaire.

Tu as peur de le laisser. Et, un jour, tu le fais. Tu vas passer par 3 phases : la peur, l’angoisse et la confirmation.

Tu redoutes les réactions : «Honnn!!! C’est dommage vous étiez tellement beaux ensembles!!»

Tu en parles à tes amis avec le sentiment que tu vas les décevoir. Que tu brises l’image du couple parfait que vous aviez bâtie. Mais tes meilleurs amis te disent la vérité : «Enfin, on ne te reconnaissait plus.»

Tu as peur parce que les gens l’adorent et comme il dit du mal de toi dans ta face, il ne se gênera pas pour le faire dans ton dos. Tous les gens que tu croises te demandent sans cesse de ses nouvelles. Tu ne te sens pas assez forte pour les affronter. Ça fait que tu te retires de tes projets, parce que tu ne veux pas te faire poser de questions, mais aussi parce que tu le connais. Si tu ne t’en vas pas, lui va le faire, et il va dire à tout le monde que tu t’es arrangé pour le faire sortir d’un projet.

Tu en parles à tes amis avec le sentiment que tu vas les décevoir. Que tu brises l’image du couple parfait que vous aviez bâtie. Mais tes meilleurs amis te disent la vérité : «Enfin, on ne te reconnaissait plus.»

Tu déménages, parce que tu habites entre chez lui et son travail.

Après la tempête vient l’angoisse

Puis vient l’angoisse.

«Est-ce que je devrais aller à tel événement? Ça se peut que je le croise. Je ne veux pas m’empêcher de sortir au cas où je le croiserais…» Mais tu sais que si tu le vois il va faire en sorte que tu sentes comme de la marde. Toi et tout le monde dans la pièce. Tu te prives. Encore. Puis tu reprends des forces. Peu à peu, tu retrouves les étincelles que tes yeux avaient perdues. Tu te bottes le cul et tu sors : advienne que pourra.

Et voilà la confirmation : les confidences de tes ami(e) s, connaissances et compagnie. «Hey, y’est donc bien weird ton ex? Depuis que vous êtes plus ensemble, il m’ignore quand on se croise», «mon amie l’a daté pi y’est fucking weird!», «T’as l’air mieux, y’était temps que tu sortes de cette relation abusive».

Ça va te prendre du temps avant de la nommer comme ça, ta relation abusive, parce que «ça arrive juste aux autres».

Coup de pelle dans face. Tu ne l’avais jamais vu comme ça. Tes amis sont les premiers à nommer ta relation de la sorte. C’est probablement parce qu’il y a eu beaucoup de beau dans votre relation et que tu t’es accroché à ça, même si, au final, le pourcentage de bon n’était pas assez élevé pour que ça en vaille la peine. Ça va te prendre du temps avant de la nommer comme ça, ta relation abusive, parce que «ça arrive juste aux autres».

Et là tu peux commencer à guérir, parce que, même s’il a réussi à te convaincre que tu étais le problème, tu sais maintenant qu’il avait tort.

*Alcooliques Anonymes, je ne hais pas les AA, mais ce n’est pas tout le monde que ça aide.

*Je sais que ça se peut des relations ou c’est la femme qui est jalouse as fuck.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Vivre sa rentrée scolaire avec pas d’prof

Ma fille n'avait pas de professeur à sa première journée d'école.

Dans le même esprit