Pascale Blanchet

FB Étiquette

Facebook ne vient pas avec un manuel d’instructions. Comme il y aura toujours quelqu’un quelque part qui demandera : « C’était écrit où, que je devais pas amener mon walkman dans la piscine ? », voici 35 règles qui guideront votre hygiène sur les réseaux sociaux.

Ce texte est issu de notre #26 : Spécial Médias Sociaux.


1. Écrire en anglais.

If you’re not anglophone and you are dont wrote english really well, ben écris en français, bout  de viarge !

2. Télécharger une photo de ton repas pendant que tu es au resto, avec ton iPhone.
Sur le moment, ça peut sembler être une bonne idée. Malheureusement personne, à part toi, n’est intéressé par le contenu de ton assiette. C’est fou, hein ?

3. Écrire un post, constater que personne n’a commenté  et rédiger deux heures plus tard un commentaire pas plus intéressant sur ce même statut ou, pire, reposter ton statut  en finissant : « Allo ? Quelqu’un !!! »
Tu sais, le malaise qu’on ressent envers les bijoux en pics de guitare d’Annie Dufresne ? Ben, c’est un peu ça qu’on ressent envers toi.

4. Rédiger des statuts qui comportent en moyenne deux fautes par mot.
Au lieu de créer trois groupes par jour, on te suggère fortement d’abandonner Facebook, de retourner t’user le fond de culotte sur les bancs d’école et apprendre la différence entre « ça » et « sa ». Sais-tu claire ?

5. Écrire en texto, du genre « T BELLE ! C B+VRAii T LA PLUS HOTT ».
On se donne même pas la peine d’en parler.

6. Namedropper tes amis-vedettes sans arrêt et leur donner des nicknames grossiers.
Ok, on nommera personne, mais même l’autre fois quand on en parlait avec Peter The Pointe et Cœur de Patate, ben, eux aussi, ils trouvaient ça gossant. Pis non, on n’est pas jaloux, on se sent juste mal pour toi.

7. Publier de grandes vérités.
« L’intelligence, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale. ». Hé fille ! Nous aussi, on a un dictionnaire de citations à la maison.

8. Liker systématiquement tous les statuts d’une même personne.
À moins que tu ne sois une groupie finie, c’est inacceptable. Et surtout, ne like pas tes propres statuts…
1-800-Insécure.

9. Twitter sur Facebook.
Tes tweets se ramassent par défaut dans tes statuts Facebook ? Pas une bonne idée. Twitter et Facebook sont deux médias fort différents, et les usagers du livre des visages se foutent profondément de retweetage via RF #jemencalisse.

10. Poster des messages amoureux du type : « Si tu as un homme merveilleux dans ta vie, copie ce message dans  ton statut ».
C’est la version 2.0 des chansons dédiées à sa tendre moitié à CKOI. Et non, c’est pas cute, c’est gênant !

11. Écrire chaque dimanche que tu es « tellement  lendemain de veille ».
Ça nous est tous arrivé de boire et d’être lendemain de veille. Ça peut aller si tu t’es réveillé dans le vomi de David La Haye, sinon, ça ne vaut pas la peine de partager ça avec nous.

12. Être déprimé.
Tout comme toi, on est humain et ça nous arrive d’être déprimé. Dans ce temps-là, on se claque
4-5 capsules d’oméga 3 en écoutant deux coffrets de CSI Miami et on passe par-dessus. Mais ce n’est pas une raison pour arrêter d’être déprimé. Non. Continue à essayer de faire pitié, parce que, des fois, ça fait notre journée.

13. Prendre le temps d’écrire « C’est fou ! C’est malade ! » quand tu es dans un party.
C’est sûr que si tu es dans un party, que tu donnes la peine de sortir ton iPhone, que tu te rends
sur Facebook et que tu ouvres ta page pour écrire ça, c’est que c’est sûrement pas si malade que ça…

14. Avoir un profil commercial.
On ne sait pas comment t’expliquer la différence entre les groupes et les profils. Mais on peut te dire que si, par exemple, la « Louve du FNC » débarque dans nos friend requests, on va peser sur ignore avec délectation.

15. Avoir un profil de couple.
Comment transformer en mots la sensation que l’on ressent quand on croise le profil de « Pat et Annie » ? Difficilement.

16. Choisir un nom ghetto.
Miiss Gooolld Liiciious, il est temps pour toi de faire face à la réalité, tu as passé toute ta vie à Saint-Bruno, pas dans le Bronx.

17. Avoir une voiture comme photo de profil.
Tu n’es pas une voiture.

18. Être plus que un sur ta photo.
Quand on tombe sur ton profil et qu’on voit trois jeunes filles souriantes dans une soirée branchée, euh, s’cuse, mais on sait pas t’es laquelle.

19. Prendre une photo webcam.
Quand dans ton dernier album de photos, on te voit dans ta chambre qui tend ta caméra à bout de bras et qui fait 47 moues à peu près similaires,  tu sauras que la seule raison pour laquelle on ne t’a pas défriendé, c’est pour en rire avec d’autres amis. Si en plus, tu t’es donné la peine d’écrire un
petit mot en Lucida Handwriting dans le bas, tu es sûrement notre fond d’écran du mois.

20. Mettre une photo de son bébé.
Chère nouvelle maman, on ne veut pas te faire peur, mais chaque fois que tu postes quatre albums du petit Jacob dans ton placenta, on souhaite en secret que ton enfant finisse comme Elizabeth Blouin-Brathwaite.

21. Décliner une invitation à un événement qu’on t’a envoyée en répondant sur le wall, par politesse, que tu es à Dublin.
On ne t’a jamais demandé un papier du médecin et tu sais pourquoi ? Parce qu’on s’en crisse.

22. Répondre « attenting » à un événement où tu ne comptes pas aller.
Ton âme sera probablement victime de combustion spontanée sous peu.

23. Sursolliciter tes amis Facebook avec tes invitations.
Ce n’est pas parce que tu les spammes comme un maniaque qu’ils vont venir à tes soirées de marde à Crémazie.

24. Poster un quiz.
Petite cousine, on ne veut pas savoir quel genre de frencheuses ou quelle genre de pute tu es. Tu es
du type escorte ? Ok, ça passe, mais garde-toi une petite gêne la prochaine fois.

25. Écrire un message de type retrouvailles du genre : « OMG ! Ça fait depuis le secondaire qu’on s’est vus, ça serait le fun d’aller prendre un café ».
Dude, Dieu n’a pas inventé les conventums pour rien.

26. Chercher le bouton dislike.
On va le dire rien qu’une fois, il n’y a pas de boutons dislike. Pis non, c’est pas drôle, hihi.

27. Écrire des messages personnels sur le wall à des gens que tu as croisés 3 fois à la cafétéria dans la file des micro-ondes au secondaire. « Salut, toi, comment vas-tu ? Eh bien, moi, j’ai deux belles puces. Ariane a 8 ans, Juliane en a 6. Elles vieillissent si vite. C’est fou ! je ne suis plus avec Simon, mais ça va quand même, même si des fois, c’est pas facile d’être une mère monoparentale et toi, comment tu vas ? J’ai hâte d’avoir de tes nouvelles. Bisous, mon numéro, c’est 450-525-0078. Appelle-moi ! »
Ne pense pas que tu peux tout mettre sur le dos de la maternité.

28. Ne pas avoir de mur.
On trouve ça louche. Ok, si tu étais Guy Cloutier, on comprendrait, mais là, on trouve ça juste cave, maudit pissou.

29. Ne pas avoir de mur.
Ok, on vient d’apprendre que c’est pas parce que tu es un pissou, mais parce que tu nous as
bloqués de ton mur. Ben, mon tabarnak !

30. Jouer à Farmville, Mafia Wars et toutes les applications dans ce genre-là.
Parce que c’est le nouveau : « Hé, savais-tu que je faisais du grandeur nature le dimanche
sur le Mont-Royal ? »

31. Surveiller les événements auxquels ton ex que tu aimes toujours assiste.
Oh, s’cuse, on avait oublié que toi aussi tu trippes sur la  musique « glitch dub »…

32. Devenir l’ami de la nouvelle fréquentation d’un de tes amis tout de suite après leur premier french.
Le truc, c’est d’attendre qu’il l’ait engrossée avant de l’ajouter.

33. Entamer la conversation et ensuite, attendre que l’autre anime la conversation sur le chat.
Ça se faisait pas au téléphone, ça ne se fait pas plus sur Internet.

34. Être « in a relationship ».
Encore une fois, on dit « patience ». Lorsque tu vas réaliser deux semaines plus tard que vous
concubinez avec une MTS ambulante — tsé tous ses amis que vous avez en commun — doublée d’un adulescent bipolaire, vous regretterez votre geste comme ce tribal que vous avez dans le bas du dos.

35. Rester ami avec un ex qui te fait chier juste pour avoir l’air plus mature.
La maturité, ce n’est pas de faire semblant d’avoir une vie sensationnelle entre New York et
Londres quand, en réalité, tu passes ton temps sur son wall à checker ses nouvelles photos et surtout ses nouvelles amies. Nous ne sommes pas dupes, lui non plus.

Pour lire d’autres articles de notre Spécial Médias Sociaux :
Pierre Côté est spécial
Sur les traces de Mark Zuckerberg (le gars de Facebook)

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up