Faut-il savoir bien doser ses émotions pour gagner à OD ?

Et la dégringolade imminente de Mathieu et Claudie

Je vais accélérer la partie où je justifie écouter Occupation Double: c’est un concept jubilatoire, et un meilleur liant social que les Belles histoires des pays d’en haut des années 50.

N’en déplaise à Séraphin et Donalda, c’est Camille, Mathieu, Kevin, Karl, Louis ou Rym qui ont été au cœur de vos conversations enflammées des dernières semaines. Aujourd’hui, c’est sur Claudie que l’on va s’attarder.

Dès ses premières paroles en septembre qui laissaient transparaître sa grande réceptivité émotionnelle aux événements, j’ai tout de suite su que la Beauceronne se ferait juger par plusieurs téléspectateurs.

Tout comme Karine Saint-Michel d’OD Bali, Claudie exprime son insécurité avec tout son corps: épaules, articulations, pupilles, voix, et… glandes lacrymales.

«C’est pas correct faire ça à un être humain!»

Lancée avec le même trémolo que le «Moi là, j’vais aller fumer une cigarette» de Claudia (et non Claudie) en 2008, cette citation est devenue culte depuis le mois dernier. Même dans les maisons, si on se fie à l’épisode de mardi dans lequel la production a remémoré aux candidats les meilleurs moments de la saison lors d’une soirée cinéma.

Je le concède : c’était une réaction un peu démesurée que de se mettre dans de si grands états pour un voyage avec quelqu’un d’autre que son coup de foudre. Mais, est-ce que ça nécessitait un hashtag #byeclaudie, des insultes à son égard, et des commentaires demandant si sa petite «crisette» ou son «braillage» étaient bientôt terminés ? On est à la limite du #cryshaming.

Se moquer des pleurs et de la réaction d’un individu, même si la situation semble bénigne, c’est renforcer la culture de l’intériorisation. Car le reste de la saison nous l’a prouvé : en dehors de ses quelques moments de panique, qui en tout, ont peut-être hypothéqué 1 heure 20 minutes du séjour de ses colocs, Claudie semble souriante, agréable et passionnée. Elle apporte aussi un vent de fraicheur en affirmant tomber en amour trop rapidement, et en faisant preuve d’autodérision en n’hésitant jamais à rire de ses propres excès.

Extérioriser ses émotions d’un seul coup, aussi intenses soient-elles, évite en fait de contrarier au quotidien son entourage à coup de micro-moments de chialage et de tentative de contrôle d’une situation, comme semble faire Ophelia.

Je ne dis pas qu’une façon de gérer son manque de contrôle (parce que c’est aussi ça, participer à Occupation Double: essayer de contrôler quelque chose que tu ne contrôles pas) est meilleure qu’une autre. Mais, la méthode Claudienne ne porte atteinte à personne et se manifeste dans des situations précises et isolées.

Ne devrions-nous pas dénoncer le comportement d’un candidat seulement s’il porte préjudice à un groupe ou une personne? (Comme de pointer du doigt les tendances intimidatrices de Camille et du chum de Claudie. Bravo à ceux qui dénoncent l’intimidation en passant!)

Claudie: notre petite fille intérieure.

L’hypersensibilité de Claudie, je la ressens, je la touche, je la tiens.

Lorsqu’elle a avoué se sentir inquiète après que son Mathieu lui ait dit ne «pas pouvoir gagner avec des photos comme les siennes», j’ai perçu un premier signe de dégringolade pour le couple qui, il y a quelques semaines, se promettait déjà mariage, bungalow et enfants. (Promesses qui, je l’avoue, nous ont fait vivre un mélange d’effroi et de mélancolie, pour paraphraser Solène Paré du réjouissant podcast  Les Ficelles.)

«Je suis tellement insécure les filles, c’est le gros problème de ma vie, c’est pour ça que je suis pas en couple», a-t-elle confié à ses consœurs à l’épisode 45. C’est à ce moment que j’ai cru entendre, dans l’abysse de sa voix transparente, le cri du coeur de toutes ces femmes si facilement entaillées chaque fois qu’un nouveau partenaire modifie abruptement son comportement à leur égard.

Claudie Mercier représente à mes yeux toutes ces personnes intenses et sincères qui ont tendance à choisir des amoureux fougueux, mais qui peinent au bout de quelques semaines à conserver leur cadence du début, faute d’authenticité.

VOICI DONC MES PRÉDICTIONS: J’ai l’impression que plus les insécurités de Claudie s’intensifieront, plus Mathieu laissera entrevoir son vrai visage. Elle découvrira alors avec effroi que son chum de rêve dissimule, sous son sourire fendu, une carence béante qui le pousse à écraser ses adversaires à coup d’insultes cruelles et infantiles.

Parce que Mathieu, même s’il est intense, n’est pas du tout l’équivalent masculin de Claudie qui, elle, est incapable d’indifférence et est bestialement humaine. Selon moi, cela mettra fin à leur idylle, avant ou après la fin de l’aventure, non pas sans larmes, hoquet et autoculpabilisation.

Le dosage idéal: Trudy et Jennifer.

Si le concept de téléréalité est si populaire, c’est en partie grâce à la glorification de l’ordinaire et à l’identification des spectateurs aux candidats. J’ai beau me projeter un peu dans Claudie, je m’identifie aussi à Jennifer et Trudy, qui, selon moi, sont les deux candidates préférées du public.

Jennifer est pour moi la version plus mûre de Claudie, avec une touche d’orgueil en plus. Elle a gagné l’amour du public en lui partageant sa vulnérabilité et sa fragilité à plusieurs reprises avec une transparence éclatante, en vivant par exemple le rejet, la confusion, l’attirance, et finalement l’indifférence de Kevin tout au long de son aventure.

Quant à Trudy, elle séduit le public par sa franchise désarmante et sa candeur rafraîchissante.

Toutefois, malgré que ces dernières parlent et agissent sans aucun filtre comme Claudie sait si bien le faire, je ne crois pas qu’elles vivront les représailles du public.

Pourquoi? Parce que jamais elles n’ont fait déborder un verre.

Il semble donc y avoir un dosage émotionnel à respecter pour gagner l’amour du public à Occupation Double: les larmes d’un candidat sont valides si elles sont exprimées à la bonne fréquence et pour les bonnes raisons. C’est la loi de la compassion.

Bref, si Trudy réussit à briser le fameux «top four» et que Mathieu «Robi» détend son torse, je suis pas mal certaine qu’ils seront couronnés roi et reine du développement immobilier le plus en vue de la Rive-Nord. À ma grande joie.

Et le prix de Claudie sera fort probablement de rayonner, sur YouTube ou au petit écran, dans un rôle d’animatrice décomplexée et décomplexante, repoussant les limites des tabous, de la franchise et des émotions.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up