Fais-moi (encore) peur !

Pourquoi, malgré la terreur, je regardais religieusement Fais-moi peur ?

Plus jeune, j’adorais les vendredis. Parce que c’était le début de la fin de semaine et aussi parce que ce jour-là, à 16h30, était diffusée l’émission Fais-moi peur! (ou Are you afraid of the dark? en version originale).

Qui a déjà regardé cette émission? Le premier épisode en version originale anglaise a été diffusé le 31 octobre 1990? Le jour de l’Halloween! On ne peu pas être plus concept. De 1990 à 1996, les cinq saisons de cette émission canadienne ont été diffusées pour ensuite prendre une pause de quelques années. Elle est revenue en force en 1999 et 2000 avec un tout nouveau casting.

Pour ma part, ça été une de mes émissions préférées parce que je trouvais ça cool de «défier» la peur. Je trouvais que ça faisait tellement mature et adulte. Ma petite sœur n’avait pas le droit de l’écouter avec moi. Enfin, j’avais la télé pour moi toute seule… même si j’étais terrorisée.

Alors pourquoi je regardais quand même religieusement Fais-moi peur?

Pour le générique du début

Premièrement, le générique du début était creepy à souhait.

D’abord, la musique angoissante. Puis, les images peu rassurantes : parc de jeux avec des balançoires vides qui bougent, auvent qui claque au vent pendant l’orage, grenier digne des plus grands films d’horreur, face de clown, bruits inquiétants de planchers qui craquent, et étranges rires d’enfants. Le ton était donné.

Déjà pendant le générique, je remontais la couverture jusqu’à mon menton, je frissonnais d’appréhension et je jetais un petit coup d’œil par-dessus mon épaule, au cas.

Pour l’ouverture de l’émission

Les jeunes membres de la Société de Minuit se retrouvent à la nuit tombée. Chaque semaine, un membre raconte une histoire effrayante, autour d’un feu. Et l’histoire commence toujours de la même façon : «Soumise à l’approbation de la Société de Minuit, cette histoire s’intitule…» Et là, il garochait une poignée de sable (ou de farine?) dans le feu et le titre de l’histoire apparaissait à l’écran. Ça commençait…

QUI n’a jamais essayé de recréer une Société de Minuit avec ses amis? Tous les fans y ont déjà pensé.

Je trouvais ça génial que des jeunes se retrouvent dans le bois, chaque semaine, pour se raconter des histoires de peur! Je les enviais, même si je savais très bien dans mon for intérieur que JAMAIS je n’aurais eu le courage de faire ça.

Pour lire la suite de l’article, c’est par ICI!

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up