Facebook veut que vous deveniez ami avec votre stalker

Grâce à la géolocalisation, il sera possible de voir apparaître les gens croisés sur notre chemin dans nos suggestions d’amis.

Les médias sociaux sont un outil incroyable de communication permettant à des milliards de gens de tantôt échanger sur leurs passions communes et de garder contact, tantôt de basher tout et son contraire, juste parce que t’sais. Facebook, avec ses 2,2 milliards d’utilisateurs mensuels actifs, demeure la plateforme la plus populaire d’entre toutes malgré la croissance très rapide d’Instagram, qui est aussi une propriété de l’entreprise de Mark Zuckerberg. Si la plateforme offre une multitude de fonctionnalités et de caractéristiques à ses utilisateurs (fil d’actualité, messagerie privée, stories, marché de seconde main et autres, comme le jeu Farmville, par exemple), elle facilite aussi une tendance assez fréquente sur les réseaux sociaux : le voyeurisme.

À ce sujet, il y a moins d’une semaine de ça, Emmanuelle Parent écrivait un article intitulé « Stalker son ex sur les réseaux sociaux » sur URBANIA dans lequel elle mentionnait qu’il était tout à fait sain de visiter, de temps à autre, les comptes de son/ses ex. Bon, évidemment, c’est avec parcimonie. Parce que si vous avez sauvegardé l’url de chacun de ses comptes sur Facebook et Instagram dans vos favoris, là il est peut-être le temps de slaquer la poulie, comme on dit.

Comme je vous en parlais en avril dernier, Facebook et son grand boss Mark Zuckerberg se foutent pas mal des données privées de ses utilisateurs, ne faisant pas particulièrement d’efforts pour les protéger des personnes malveillantes souhaitant les exploiter. Bien sûr, il en va de soi qu’en étant présent sur le web, il faut accepter qu’on ouvre une porte sur notre vie privée — c’est juste que Facebook, en mauvais bouncer, a trop longtemps permis à des tout croches de passer la porte.

Une nouvelle fonctionnalité très intrusive

Par exemple, si vous faites votre routine de jogging le matin dans votre quartier et que vous croisez souvent la même personne sur votre chemin, eh bien il sera fort possible que vous voyez sa face — sueur dégoulinante en moins — apparaître dans vos suggestions d’amis.

Selon un article publié plus tôt cette semaine sur le réputé site Naked Security, une nouvelle caractéristique a été approuvée (elle ne sera pas implantée pour le moment) sur la plateforme sociale la plus populaire au monde et elle a de quoi faire capoter quiconque ayant déjà des appréhensions sur l’utilisation des données privées faite par Facebook. Cette fonctionnalité s’apparente à celle déjà présente sur la plateforme appelée « Personnes que vous connaissez peut-être » (« People You May Know », en anglais) — vous savez cette section qui nous recommande des gens louches avec qui on a un ami en commun —, mais avec une solide coche de plus : elle permettra à deux personnes à proximité de voir leur nom popper dans la liste de suggestions d’amis, grâce à l’outil de géolocalisation des téléphones de chacune d’entre elles. QUOI? Oui, oui.

Par exemple, si vous faites votre routine de jogging le matin dans votre quartier et que vous croisez souvent la même personne sur votre chemin, eh bien il sera fort possible que vous voyez sa face — sueur dégoulinante en moins — apparaître dans vos suggestions d’amis. Louche, n’est-ce pas?

Comment ça marche?

Selon ce qu’on en sait, l’outil tiendra aussi compte du nombre de fois que les deux utilisateurs Facebook se sont croisés afin de déterminer un bon « match » potentiel.

Pour trouver la personne qui court en même temps que vous, l’outil utilisera l’app Facebook pour identifier les différents signaux sans fil (Bluetooth et autres) émis à proximité. Selon ce qu’on en sait, l’outil tiendra aussi compte du nombre de fois que les deux utilisateurs Facebook se sont croisés afin de déterminer un bon « match » potentiel. Donc, si vous arrêtez manger un bagel en chemin vers le travail, il est fort probable que le client, qui y est toujours en train de lire son horoscope, et vous aient un bon potentiel d’amitié Facebook — selon l’outil, on s’entend.

Pour préciser encore davantage la relation qui vous unit, cet étranger et vous, l’app fera aussi appel au gyroscope et à l’accéléromètre de vos appareils pour mieux déterminer ce que vous être en train de faire. Idéal quand vous vous croisez du regard, le temps d’un petit malaise aux toilettes du resto du coin. Selon ce que Facebook a précisé, quatre patterns de mouvement seront quantifiables : arrêt, marche, course et à bord d’un véhicule. C’est donc en tenant compte de tous ces facteurs que le fameux (maudit) algorithme Facebook déterminera s’il est justifié que deux utilisateurs soient mis en contact ou non.

Utilisations potentielles

Même s’il est vrai que cette nouvelle fonctionnalité pourrait être très utile par moment — pensons à une rencontre dans un contexte d’affaires (genre un 5@7) où deux personnes oublient de se présenter officiellement après avoir piqué un brin de jasette —, elle pourrait aussi être particulièrement dérangeante, comme dans le cas où un stalker pourrait l’utiliser pour traquer quelqu’un. Bon, faut pas virer parano, sauf qu’une personne malveillante pourrait s’arranger pour vous croiser plusieurs fois par semaine et ainsi, vous retrouver sur Facebook grâce à l’intégration de l’outil dans la fonctionnalité « Personnes que vous connaissez peut-être ». Et après qu’elle vous ait trouvé en ligne et qu’elle connaisse maintenant votre nom, le potentiel de stalkage est énorme.

En attendant de voir si Facebook va finalement implanter le tout, je vous suggère tout de même d’aller jeter un coup d’œil à vos paramètres de confidentialité. Pour ne pas que votre porte entrebâillée se retrouve défoncée dans le temps de le dire.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Être joignable en tout temps pour le travail, ça pèse sur la santé mentale

Depuis l’avènement d’internet, la damnée invention des laptops, ces ordinateurs pouvant être trainés à peu près partout (même sur une plage d’Hawaï), […]

Dans le même esprit