Facebook et la menstruaphobie

Ce matin, un grand quotidien français (L’obs) s’intéressait à l’un des tabous de notre société, les menstruations. La journaliste discutait avec Élise Thiébaut, l’auteure du livre «Ceci est mon sang, petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font». Comme vous l’aurez deviné, ce livre parle de diva cup, de sang et de menstruation, un truc qui concerne “juste” la moitié de la population…

L’objectif : briser le tabou de «cette expérience qui pour être d’une banalité absolue, était si peu partagée, si peu racontée qu’on aurait pu croire que les règles étaient au fond un phénomène imaginaire comme les licornes ou les sirènes». Plus généralement, l’article souhaitait donner un peu de place dans l’espace public à un sujet souvent négligé et mis de côté.

Plein de bonnes intentions sauf que…

L’article en question « 10 choses que vous ignoriez peut-être sur les règles (parce que c’est un gros tabou) » présente des informations pertinentes, avec une réelle recherche journalistique et … une photo où on voit du sang. Et là c’est le drame!!!

Quelques minutes après la parution de l’article, Facebook le supprimait. Mark Zuckerberg et sa gang de censeurs de la Silicon Valley confirmaient totalement le titre de l’article. Pas de sang sur Facebook, mon dieu mais quelle horreur!

Il faudra bien que Facebook apprenne à modérer ses modérateurs.

À l’inverse, les propos racistes, sexistes, antisémites et homophobes ont une bonne place et une belle diffusion sur la plateforme. Pas plus tard qu’hier, URBANIA publiait un texte sur le phénomène Babylone 2.0, une page facebook où 52 000 personnes pratiquaient le slut-shaming et dévoilaient des photos nues de leurs “conquêtes”… Sans aucun consentement, ni respect.

Facebook, la plateforme aux 1,13 milliards d’utilisateurs choisit ses batailles.

Et ce ne sont pas les cellules de recrutement de djihadistes, le slut-shaming, le racisme ou la cyber-intimidation. C’est juste les menstruations. Ah oui, et les tétons aussi, comme le montraient Lili Boisvert et Judith Lussier aka Les Brutes, dans cette vidéo!

Aaaaaah, pis pour finir sur une bonne note, on vous montre une photo de l’artiste Valérie Rosz. Parce que Facebook peut pas venir nous censurer ici!

https://www.instagram.com/p/BOkeo4iAX5r/?taken-by=valerierosz

Pour continuer la lecture : On avait rencontré il y a quelques semaines les deux photographes derrière The WomanHood Project, un projet visant à démystifier ce grand tabou sociétal. Y’a d’la job.

——

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Je suis ce mec de 6 pieds 5 qui empêche le monde de voir son show tranquille, mais je fais des efforts là-dessus. Je gère aussi le facebook d'URBANIA donc j'ai peut-être déjà stalké votre profil.

Du même auteur