Être célibataire, ça coûte cher

Je vous entends tout de suite protester : han c’est tellement pas vrai, moi quand je suis célibataire je me terre dans mon appart et je mange des céréales avec le même linge tout le temps, c’est plein d’économies le célibat.

Certes. Je suis comme ça aussi (je mange des Cinnamon Crunch jusqu’à ce que ça fasse mal au palais).

Il s’agit apparemment d’un comportement généralisé; prenez, par exemple, notre cher collaborateur Stéphane Morneau, lorsque interrogé sur la question : « Même en payant tous les frais, tes besoins sont moindres [quand tu es célibataire]. Appart plus petit, moins de bouffe, moins de fla fla et de sorties souvent, etc. Qui plus est, tu peux souper trois soirs en ligne aux saucisses à hot-dog quand tu es célibataire et personne te juge. »

Et si on ajoute à ces déplorables habitudes alimentaires les économies faites à la Saint-Valentin? Les célibataires doivent bien être riches, non?

Ça semble bien logique tout ça, mais en fait, ça dépend. Premièrement, ce n’est évidemment pas tous les célibataires qui mangent de façon aussi laxiste quand ils ne sont pas en couple. Plus de temps libre peut aussi vouloir dire plus de temps pour cuisiner, manger exactement ce qu’on veut, sortir dans les bars, s’acheter du linge pour faire son paon… ce qui équivaut à plusieurs dépenses.

Étant donné tout ce que l’argent peut changer dans une vie (eh oui), ça vaut la peine de poser la question plus sérieusement et de tenter d’avoir une réponse objective.

L’avis d’un expert : Pierre-Yves McSween, comptable, professeur, chroniqueur et auteur

Première observation : tout dépend au départ, d’à quel point la relation change tes habitudes en matière de dépenses. « Si quand je suis célibataire je reste chez moi la fin de semaine, mais que quand je suis en couple je me dis qu’il faut sortir, aller faire du ski, oui, le coût peut être plus élevé. Mais ça peut aussi être l’inverse : je connais des gens en couple qui se sont améliorés financièrement. Ils ne comptaient pas, ils sont tombés avec un gratteux et ça a changé leur vie! »

Mais là où le couple modifie les budgets de façon importante, c’est surtout quand les deux membres habitent ensemble et qu’il y a donc possibilité de faire des économies d’échelle. « En règle générale, à deux, tout est plus rentable que tout seul. L’espace habitable requis pour un couple est à 80 % le même que celui pour une personne seule, et les meubles et autres objets dans l’appartement ou la maison n’ont pas besoin d’être en double. » Il ne faut pas oublier les gros achats : une voiture ou une piscine, ça devient soudainement plus abordable à deux.

Ensuite et ici on parle évidemment des relations à long terme, il y a la question des salaires. « Pour la personne qui gagne moins d’argent, il peut y avoir des économies. Disons qu’un gars qui fait 35 000 $ par année sort avec une fille qui fait 150 000 $ par année. Si le partage des coûts est fait en fonction des salaires, ça se peut que la dame au gros salaire absorbe une partie du coût de la vie de l’autre personne », donne en exemple Pierre-Yves McSween.

Et un avantage valable pour les deux conjoints : lors d’une perte d’emploi, la situation est souvent moins dramatique que pour une personne seule. « Si je perds mon emploi demain matin, ma blonde peut assumer les coûts pour la famille pendant un bout, et si elle perd son emploi, je ferai même chose. Le fait d’être à deux diminue le stress financier. On peut voir ça comme un portefeuille en bourse qui est diversifié : être à deux, surtout quand on n’est pas dans le même milieu de travail, nous permet de séparer notre risque financier. »

Au-delà de ces divisions des dépenses, on doit se rappeler que les paramètres fiscaux changent dès que l’on est conjoints de fait (donc techniquement après un an de vie commune). « Ça fait perdre certains avantages fiscaux comme le crédit d’impôt pour personne vivant seule, ou encore le crédit d’impôt pour solidarité si les salaires combinés sont assez élevés. Ç’a des implications qui peuvent être importantes. »

Toutefois, sur un long cours, c’est avantageux. « À la retraite, quand on est célibataire, on a 100 % de notre responsabilité financière. En couple, on a les régimes des deux. Et si l’un décède, l’autre peut hériter de son régime de retraite. »

Se chicaner pour une Harley

 À tout prendre et à long terme, être en couple est donc plus avantageux financièrement pour la plupart des gens qu’être célibataire. Par contre, la gestion financière à deux vient évidemment avec son lot de problèmes : c’est d’ailleurs l’une des causes les plus importantes de divorces.

« À deux, il faut s’entendre; l’argent est l’un des gros facteurs de chicane dans la société québécoise. Si une personne veut mettre 20 % de son revenu de côté, mais que l’autre tient à s’acheter des Harley Davidson, rendu à la retraite, on ne pourra compter sur les économies que d’une seule personne. Quand une cigale et une fourmi sont ensemble, elles doivent s’entendre sur des valeurs et objectifs communs; par contre, certains vivent dans le déni total… »

Et c’est sans compter une possible séparation. L’exemple classique : qu’est-ce qu’on fait de la maison? « Disons que le prêt hypothécaire a été contracté sur cinq ans, en couple. Après la séparation, un doit rester là et acheter la partie de l’autre. Ce qui implique des frais de notaire, une potentielle taxe de bienvenue, une pénalité hypothécaire… plein de facteurs font en sorte que c’est complexe. »

Et vous, vous sentez-vous plus ou moins riche quand vous êtes célibataires?

Note : L’homme dans l’image d’en-tête représente bien le célibataire moyen, mais c’est en fait un Britannique dépendant des céréales qui en mange 13 bols par jour et qui tente vainement de se débarrasser de son addiction. Il est intéressant de savoir qu’il a une femme et un enfant…

Pour lire un autre texte de Camille Dauphinais-Pelletier: « 3 raisons d’aimer les voyages mal planifiés ».

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

« Restez à la maison » ça veut dire quoi pour ceux qui n’en ont pas ?

«La plupart des gens se disent : qu’on meure aujourd’hui ou demain, qui va s’en soucier?», lance Ray qui fait du bénévolat depuis […]

Dans le même esprit