Êtes-vous prêts pour le «  Kiss a Ginger Day  » ?

Le 12 janvier  : la journée pour embrasser les personnes rousses.

Ce vendredi 12 janvier sera une journée de fête. Pourquoi? Parce qu’il s’agit du Kiss a Ginger Day, une journée faite pour embrasser les personnes rousses (avec leur consentement, doit-on le rappeler).

Qu’ont-elles fait pour mériter notre tendresse? ELLES ONT ENDURÉ DES SIÈCLES DE DISCRIMINATION. Et elles se sont fait massivement niaiser dans la série South Park.

On vous explique…

Un passé d’enfer

Maudits ou admirés, les roux ont toujours suscité la curiosité. Ça se comprend. Ils demeurent des spécimens rares, puisqu’ils ne constituent que 1 à 2 % de la population mondiale.

Reste qu’ils en ont  bavé, les pauvres. Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, les cheveux roux constituaient un défaut physiologique ou, pire, une preuve de sorcellerie, d’association avec le diable.

Parce que tout le monde sait bien que rouge = feu = diable.

On disait même que les femmes rousses avaient hérité de leur toison et de leurs taches de rousseur en raison de relations sexuelles avec Satan. En un siècle et demi, 20 000 de ces « pécheresses tentatrices » auraient péri sur le bûcher…

Notons que notre perception des rousses a depuis changé. À la Renaissance, elles se transforment notamment en objet de fascination et d’attirance pour les artistes.

Aujourd’hui, plusieurs mythes perdurent toujours au sujet de ces dernières : séductrices, croqueuses d’hommes, odorantes. Disons qu’elles doivent être au bout du roux-leau… la pognez-vous?

Une vague d’amour toute canadienne

En 2005, dans un épisode désormais mythique de la série South Park, le personnage Cartman exprimait son dégoût envers les roux. Loin d’être une invitation à la violence, cet épisode faisait référence à l’Holocauste, à la façon dont des discours haineux – aussi ridicules soient-ils – peuvent trouver des oreilles.

Or, comme il y a des idiots partout, des téléspectateurs ont pris le tout au pied de la lettre. Ainsi est donc né, sur Facebook, le Kick a Ginger Day (la journée des coups de pieds aux roux). Depuis, chaque année, le postérieur des personnes à la chevelure de feu devient une cible cruellement innocente.

Heureusement, l’humoriste canadien Derek Forgie (un roux aux bonnes valeurs) a refusé de rester de glace devant toute cette violence. En 2009, il a donc créé le Kiss A Ginger Day, question de rehausser l’estime de ces confrères capillaires fragilisés par les railleries.

Comment faire pour célébrer?

Si vous pensiez pouvoir embrasser tous les roux que vous croiserez au cours de la journée, et ce, sans égard, vous faites fausse roux-te (c’était le dernier jeu de mots, promis!).

Voici plutôt la marche à suivre :

Étape 1 : Remarquez un roux ou une rousse. (Le but n’est pas d’en dénicher ou de faire une chasse au roux. Vous ne pouvez célébrer que si la vie vous OFFRE la chance de côtoyer ces êtres lumineux.)

Étape 2 : Si vous connaissez bien cette personne et que vous pouvez affirmer qu’elle est votre amie, rappelez-lui la journée de célébration et demandez-lui si elle désire un baiser*. Si sa réponse est affirmative, demandez-lui si elle le désire sur la joue, le front, la main, la bouche, ou ailleurs.

* Notons que le baiser peut être remplacé par un cadeau, un poème, toute gentille attention ou des excuses.

Étape 3 : RESPECTEZ SA DÉCISION… même si « Kiss A Ginger Day » suggère de donner des bisous. Après tout, c’est leur journée. Vous avez les 364 autres, vous pouvez bien faire un effort…

Voilà! Il est maintenant temps de réparer les injustices du passé et de montrer aux roux qu’on les aime. Et n’oubliez pas que vous avez toujours l’option de juste les laisser vivre, sans les importuner à coups de violence et/ou de baisers…

Pour tout savoir sur les roux, procurez-vous le Spécial roux du magazine URBANIA!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

On a visité le Montréal souterrain tel que se l’imaginent les touristes français

On a pénétré le joyau québécois le plus emblématique aux yeux de la France après Garou.

Dans le même esprit