Et si j’étais payée plus que mon boss ?

Crache le ca $h !

Je trolle, tu trolles, il trolle

Je vous le dis en partant : c’est pas une vraie question, mais je me la pose pareil. On s’entend que c’est illogique, c’est mon boss qui décide mon salaire, le boss de mon boss décide de son salaire et ainsi de suite.

Mais mettons qu’on se transporte dans le monde merveilleux du « si magique »… (je rentabilise mon cégep en théâtre en remâchant les idées d’un vieux théoricien russe). Pourquoi gérer du personnel vaut plus d’argent que travailler en centre d’appels à répondre aux clients qui chialent, mettons?

Parce qu’on s’entend que le gestionnaire gestionne, tandis que les travailleurs travaillent.

Parce qu’on s’entend que le gestionnaire gestionne, tandis que les travailleurs travaillent. Juste ça, c’est un indice : quand tu work work work work work, tu devrais gagner un plus gros salaire, non?

Quand j’étais gérante dans une micro-brasserie, je gagnais moins que les serveurs parce que je n’avais pas de tips. En même temps, ils travaillaient plus fort que moi : j’étais là en back-up, au cas où, quand ils étaient trop dans le jus. Tandis qu’eux faisaient toute la job, pour vrai.

Quand c’était calme, je faisais des horaires, une bonne bière en main. Pendant ce temps-là, les serveurs devaient trouver une façon diplomatique de dire aux clients que non, on n’a pas de bière « qui ressemble à une Corona ».

Pourquoi les managers valent plus que ceux qu’ils managent?

En entreprise, les jobs de tête gagnent souvent plus que les jobs de bras. J’ai bien dit « en entreprise ». Je ne parle pas des travailleurs de la construction versus les doctorants en philosophie. Quoique la question se pose aussi : si personne ne voit que la brique a été posée, a-t-elle réellement été posée?

Faque, pourquoi ça devrait gagner plus, un boss?

  1. C’est plus difficile de trouver des bons gestionnaires que des bons employés

Je le crois. Tu peux être ben bon pour programmer un système informatique, mais nul à chier pour motiver une équipe à programmer.

  1. Un bon gestionnaire était un employé exceptionnel

C’est vrai, les meilleurs gestionnaires sont souvent ceux qui ont longtemps été des employés très efficaces qui ont fini par monter en grade. Dans mon livre à moi, un bon gestionnaire McDo, par exemple, devrait être capable de prendre le relais aux frites n’importe quand!

  1. Les gestionnaires ont des responsabilités plus importantes et stressantes

C’est vrai que sans conducteur de train, les wagons iraient probablement chacun dans une direction différente. (C’est tout à fait faux : un train a des rails, cette analogie est conne.) Mais oui, les gestionnaires ont le stress du rendement et de la performance de toute leur équipe.

Les écarts les plus aberrants

OK oui, peut-être que gérer c’est pas si facile. Mais on jase : un employé de Gildan (les chandails en coton cheap) gagne un peu moins de 14 000$ par année. On s’entend que ça comprend beaucoup de gens qui travaillent dans des usines au Honduras. Ben le PDG de l’entreprise fait 738 fois le salaire moyen de ses employés.

Est-ce que coudre des t-shirts à 40 degrés dans les Caraïbes, c’est plus facile que d’être PDG? C’est pas comparable, je sais. Et non, le couseur de coton n’a probablement pas les prérequis pour diriger une compagnie internationale. Mais on s’entend que, si on parle d’égalité des chances, le raccommodeur de gaminets est probablement parti avec plusieurs strikes dans son bulletin.

La plupart des PDG font plus de 100 fois le salaire de leurs employés.

En consultant cette liste de rémunération des PDG, on constate que la plupart font plus de 100 fois le salaire de leurs employés. Pis disons que je doute beaucoup que le PDG de Métro soit capable de refaire le facing des Froot Loops sur les tablettes s’il manque un employé…

Qui mérite plus?

Y’a certains emplois où c’est pas contestable : leurs tâchent valent plus que de savoir faire des fichiers Excel. Pour finir, j’ai donc fait une liste des métiers qui devraient gagner plus que leur boss :

– Pompier : sérieux, t’éteins des feux tandis que ton chef parle à La Presse. Je sais que personne veut parler à La Presse, mais personne n’en est mort non plus.

– Enseignant.e : gérer des morveux pis des boutonneux, c’est parmi les jobs les plus importantes qui soit. Et devoir apprendre à 30 enfants à lire, à compter pis à pas se frapper, si ça c’est pas une énorme responsabilité, je sais pas c’est quoi.

– Exterminateur : quand celui qui fait les horaires aura peur de ramener des punaises de lit à la maison, il aura le droit à un 0 de plus sur son chèque.

– Éboueur : celui qui dispatch reçoit pas de jus de compost dans la face. Toute job qui implique de recevoir du jus de compost dans la face mérite d’être payée au moins un lingot d’or par shift.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up