On est partis à la recherche du mini-cheval-canular du parc Jean-Drapeau

Et on a trouvé plusieurs choses consternantes.

L’île de Montréal était consternée aujourd’hui alors que plusieurs images montrant un mini-cheval à la crinière rose ont circulé sur les médias sociaux. Le canular, bien ficelé, mettait en scène un internaute qui aurait aperçu le mystérieux animal près du Biodôme et une joggeuse qui l’aurait croisé près du fleuve lundi matin.

La Société du parc Jean-Drapeau a pris ce signalement très au sérieux et Sauvetage Animal Rescue s’est rendu sur l’île Saint-Hélène dans l’espoir de retrouver l’animal perdu. L’organisme a déployé « drones et chiens pisteurs » pour accélérer le travail.

Nous nous sommes donc rendus au parc Jean-Drapeau pour tenter de retrouver le mini-cheval à la crinière rose. Parce que nous, on voulait y croire.

Toutes nos ressources, c’est-à-dire deux chargés de contenu et un sac de mini-carottes, ont été mises à profit pour tenter d’amadouer le cheval imaginaire afin de le ramener à la SPCA.

Malgré tous nos efforts, pas l’ombre d’un bout de crinière couleur barbe à papa n’a été aperçu.

Nous avons par contre fait quelques rencontres dignes de mention. D’abord, nous avons aperçu au loin les chiens pisteurs de Sauvetage Animal Rescue qui s’affairaient toujours à retrouver le mini-cheval fantôme. Ou des gens qui ont fait 30 minutes de métro pour aller prendre une marche… c’est selon!

Cette pancarte laisse par contre croire que l’animal serait possiblement rendu sur la South Shore. Citoyens de Saint-Hubert, si jamais vous croisez un mini-cheval qui catcall les femmes dans la rue en les appelant « des tannantes », c’est probablement l’animal que l’on recherche. Cela voudrait également dire qu’il s’est rapidement habitué à son nouvel environnement de vie sur la Rive-Sud.

Sans trouver l’étrange cheval à la crinière rose, nous avons par contre découvert une plantation de cônes. La légende raconte que c’est ici que Montréal fait pousser ses cônes pour l’été. D’ailleurs, ceux-ci ont une couleur orangée seulement une fois rendus à maturité. Le cône est alors cueilli, puis foutu en plein milieu d’un trottoir de manière totalement aléatoire dans la métropole, où il finira ses jours dans la disgrâce.

Un jeune téméraire montait aussi la garde du haut de la colline pour avoir une vue d’ensemble du terrain à défricher pour retrouver le cheval. (Ou était-ce Drake qui prenait une photo pour la pochette de son prochain album?)

Nous avons terminé notre tour de l’île Sainte-Hélène en croisant un mini cimetière. Décidément, avec ou sans cheval, l’île est le paradis des petites choses. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

On est partis à la recherche du mini-cheval-canular du parc Jean-Drapeau

L’île de Montréal était consternée aujourd’hui alors que plusieurs images montrant un mini-cheval à la crinière rose ont circulé sur les médias sociau […]

Dans le même esprit