Québec solidaire et les « prédateurs » chinois

Aussi, Trump vend des secrets nucléaires et des écoles font des sorties au Apple store.

Les médias du siècle dernier et moi dansons une danse sans fin. À tous les six mois, un journal que ne nommerai pas, mais dont le nom finit par «Devoir» m’appelle pour m’offrir une offre exceptionnelle d’une durée limitée. 

Comme je trouve que c’est un journal de qualité et qu’il faut sauvegarder les médias d’information si on ne veut pas que l’actualité se résume à des blogues louches et Buzzfeed, je m’abonne. 

Au bout de 3 mois, je me rends compte que je n’ai pas ouvert le journal une seule fois (je vous rassure, je suis abonné à la version virtuelle). Je me dis que je devrais me désabonner, mais il faut que j’appelle pendant les heures de bureau, ce qui requiert : A) que je parle au téléphone et B) que je sois éveillé pendant les heures de bureau. 

Alors je remets ça et deux mois plus tard, je me sens courageux et je jette un oeil à mon relevé de carte de crédit, pour me rendre compte que mon abonnement au journal est rendu super cher, parce que c’est ça le problème avec les offres limitées, elles sont limitées. 

J’oublie ensuite d’appeler pendant une semaine, mais je finis par appeler et me désabonner, malgré la voix déçue de la madame au bout du fil. 

Puis 6 mois plus tard, elle me rappelle avec une autre offre exceptionnelle et le cycle recommence.

Voici les actualités de la semaine (que j’ai lues dans mon journal, parce que je suis dans la phase où j’oublie d’appeler depuis une semaine). 

Québec solidaire raciste envers les Chinois? 

On parle tellement de Catherine Dorion depuis son élection qu’il est facile d’oublier qu’il y a 9 autres députés dans l’équipe de Québec solidaire.

Cette semaine, c’est la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, qui a réussi à semer le scandale, et pas à cause de son habillement. 

La députée solidaire a accordé une entrevue où elle a affirmé être préoccupée par les investisseurs étrangers qui lorgnent les terres québécoises. 

Jusque là, y’a pas de quoi crier au racisme. 

Le problème, c’est qu’elle a décrit ces investisseurs chinois comme des «prédateurs». Je vous laisse deviner où ça a accroché. 

La députée a souligné un vrai problème dont on devrait parler davantage. Juste pas besoin d’insulter le pays le plus populeux de la Terre. 

Non seulement la communauté chinoise a décrié la formule pour le moins maladroite, mais il s’avère que ce ne sont pas nécessairement les Chinois qui font de la spéculation avec les terres québécoises, mais bien… des compagnies d’investissement québécoises

La députée a souligné un vrai problème dont on devrait parler davantage. Juste pas besoin d’insulter le pays le plus populeux de la Terre. 

Donald Trump est-il en train de vendre l’arme nucléaire à l’Arabie saoudite?!?

Relisez le titre de ce paragraphe. 

Oui, c’est une vraie question qu’on doit aujourd’hui se poser, parce que nous sommes en 2019 et que nous vivons dans une dimension infernale. 

Deux mois après l’investiture de Donald Trump, son gendre, Jared Kushner, le mari d’Ivanka, a rencontré le prince saoudien Mohammed ben Salmane. Oui, le même MBS qui a ordonné l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. 

Une photo de la rencontre.

L’administration Trump aurait subi beaucoup de pressions de compagnies américaines, notamment de la part d’IP3 International, dont l’un des conseillers a été le conseiller de Donald Trump, et de  l’homme d’affaires Tom Barrack, organisateur de l’investiture de Trump et défenseur de l’Arabie saoudite. Ces compagnies souhaitent que les États-Unis transmettent leur savoir-faire à l’Arabie saoudite en matière d’énergie nucléaire. Pourquoi? Ça serait extrêmement payant pour ces entreprises de bâtir les infrastructures. 

Le hic, c’est que quand tu as les technologies pour construire une centrale nucléaire, t’es pas tellement loin d’avoir la technologie pour construire une bombe nucléaire. Pis ça, c’est pas mal moins le fun.

Les démocrates ont donc mis en place une commission d’enquête afin de s’assurer que Donald Trump n’est pas en train de donner au gouvernement saoudien les clés pour se construire des missiles nucléaires. 

C’est ben la base, tsé. 

Une sortie scolaire au Apple store

Quand j’étais adolescent, nos sorties scolaires c’était aller voir l’adaptation d’étudiants du Cégep d’une pièce de Ionesco, en ne nous donnant pas le moindre contexte, si bien qu’on revenait de là confus comme pas un. 

Mais apparemment, il y a des élèves à l’école primaire Marguerite-Bourgeoys qui ont des sorties vraiment pires, par exemple visiter un magasin Apple. 

C’est plutôt Apple qui propose ces sorties éducatives aux écoles, sous prétexte d’aider les jeunes à vivre avec la technologie et de les aider à maîtriser l’anglais.

Et l’école n’a pas eu l’idée toute seule. En fait, il y a eu plusieurs établissements scolaires partout au Québec qui ont organisé des sorties «éducatives» dans des magasins d’iPhone. C’est plutôt Apple qui propose ces sorties éducatives aux écoles, sous prétexte d’aider les jeunes à vivre avec la technologie et de les aider à maîtriser l’anglais.

Qu’est-ce que les jeunes vont apprendre là? Des affaires comme «comment prendre une photo avec un iPad». Fuck off. J’ai de jeunes frères et je suis pas mal sûr qu’ils sont capables de percer le secret des codes nucléaires avec un iPad si ça leur tente. 

C’est un problème qu’on laisse les multinationales entrer dans nos écoles comme ça. C’est pas mal pire pour influencer les jeunes qu’une prof voilée, je dis ça de même. (@coalitionAvenirQc @FrancoisLegault)

Mais faudrait aussi se demander pourquoi les profs en arrivent à organiser des sorties ridicules comme ça. Je suis sûr que la majorité des enseignants et enseignantes préféreraient amener leurs élèves à l’opéra et au musée. 

Sauf que ces temps-ci, il faut que les professeurs paient la colle en bâton de leur propre poche, parce qu’ils n’ont pas de budget. 

Donc, ils remplacent les sorties scolaires par des infopubs commanditées. 

C’est beau le capitalisme pareil, hein?

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

New York veut notre électricité pis on va être riches, beubé !

Aussi, Joe Biden se lance dans la course (soupir) et Fitzgibbon met sa propre tête sur le billot.